Lucía : analyse cinématographique de l’histoire individuelle et collective

Article rédigé par Sonia ARMAND et Laura GALLORINI, dans le cadre de l’édition 2022 du Festival de cinéma espagnol de Marseille Cinehorizontes.

Affiche du film
Cine Horizontes, Affiche du film Lucia, 2020, Cine Horizontes
https://www.cinehorizontes.com/listing/lucia/

Machisme, analphabétisme et révolution, trois substantifs qui peuvent faire allusion à la complexité de la société cubaine et de ses conséquences lors de la période révolutionnaire. C’est dans ce contexte qu’a été produit le film Lucía, de Humberto Solás, en 1968. On y rencontre trois femmes, trois Lucía, dans différentes périodes (la guerre d’indépendance, la dictature de Machado et la période post-révolutionnaire). Trois femmes différentes et pourtant qui incarnent le rôle de milliers d’autres femmes, victimes elles aussi.

Dans le cadre de ce travail nous étudierons le cas spécifique de la troisième Lucía, relatif à la phase postrévolutionnaire. La présentation de cette dernière est ponctuée par des thématiques en lien avec l’urgence de l’émancipation féminine et la quête absolue de l’instruction face à un époux révolutionnaire – Tomás – au comportement possessif et oppressant. Notre étude vise à expliquer les obstacles auxquels la femme cubaine dut faire face afin de s’inscrire comme protagoniste intégrante et non à la marge de la société cubaine en mutation. Il s’agira également de s’inviter dans l’intimité conjugale pour démontrer que le couple Lucía / Tomás au travers de ses doutes, ses conflits, ses comportements était loin d’être une exception dans le panorama sociétal cubain. Plus encore, cette narration individuelle semblerait être un angle de vue propice à l’agrandissement vers le récit d’une histoire collective, celle d’être une femme dans la société cubaine postrévolutionnaire.

DEL VALLE Ignacio, BELEM julien, Lucía 3ème épisode – Independencia y cine histórico en Argentina, Cuba y Chile (1968-1976), Ignacio del Valle et Belem Julien, Cinémas d’Amérique Latine No 18. https://www.jstor.org/stable/42598447

Lucía apparaît comme une personne déterminée, joyeuse, sociable et amoureuse et qui va peu à peu devenir une femme fragile, sensible et prisonnière sous la contrainte caractérielle de son mari Tomás. Celui-ci, tout au long de ce troisième épisode, va se montrer de plus en plus autoritaire et violent. Cette amour se transformera en amour passionnel et toxique. Lucía, comme de nombreuses autres femmes, se retrouvera réduite à l’état de femme-objet sans en prendre conscience. De plus, Lucía va démontrer un intérêt pour l’indépendance, perceptible par le retour au travail, ce qui ne sera pas accepté par Tomás, apeuré à l’idée de perdre son pouvoir sur elle. C’est la clé d’une société machiste : l’homme a le pouvoir partout, dans la sphère publique comme privée.

Lucía est analphabète, un trait qui a été favorisé par son milieu social mais également par la société patriarcale qui entretient une relation complexe avec la figure de la femme. C’est avec l’arrivée du brigadiste, missionné par l’État afin d’alphabétiser suite au triomphe de la révolution que Lucía pourra se rendre compte de sa situation inconfortable et que son désir de se cultiver s’initiera.  

En somme, il est pertinent de noter que la condition de la femme cubaine à cette époque semble s’apparenter d’une part, à un désir d’émancipation, et d’autre part à celui de l’instruction et de la liberté. Cependant cette quête s’est vue entravée par les violences conjugales. De fait, l’éducation apparaitra comme unique moyen d’émancipation à cette société postrévolutionnaire encore très patriarcale.

Ainsi, Humberto Solás permet de prendre conscience des dessous cachés de la Révolution et des prémices de la période postrévolutionnaire en soulignant le travail restant qui conduira à une amélioration partielle voire à une équité totale entre les genres. De plus, il nous met en garde contre les dérives, qui peuvent surgir au sein d’un couple et plus généralement au sein d’une société, qui menacent toutes les formes de stabilité.  



Citer ce billet
Laura Gallorini (2023, 8 mars). Lucía : analyse cinématographique de l’histoire individuelle et collective. Papel y Pantalla. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t3xu

Laura Gallorini

Étudiante en deuxième année de Master LLCER, Études hispaniques et latino-américaines.

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search