Article mis en avant

La promotion M2 2020-2021

La promotion de M2 2020-2021 du Master LLCER d’Études hispaniques et latino-américaines est une promotion un peu particulière, crise sanitaire internationale oblige.

Les étudiant.es en "présentiel" de la promotion M2 du Master EHLAM 2020-2021, le 25 septembre 2020.
Les étudiant.es en « présentiel » de la promotion M2 du Master EHLAM 2020-2021, le 25 septembre 2020. Il et elles ont vite remis leur masque après la photo…

Plusieurs des étudiant.es du master ont néanmoins pu partir en Espagne, pour effectuer une année Erasmus voire un contrat d’assistant.e de langue, et le reste de la cohorte suit ses enseignements tantôt en mode « hybride », tantôt en « tout distanciel », au gré des mesures en vigueur. L’adaptation à ces conditions parfois difficiles et souvent frustrantes est cependant l’un des apprentissages de cette crise. Voici nos étudiant.es, nos enseignant.es, nos chercheurs et chercheuses contraints de s’approprier bon an mal an les outils des « humanités numériques ». Et d’en découvrir les potentialités.

Playground virtuel pour les étudiants de notre master, les Carnets Papel y Pantalla se dotent cette année d’un nouveau mode de fonctionnement : une rédaction en chef déléguée, qui sera exercée par deux étudiantes de la promotion, Marie Hornain et Rawaa Talib. Elles conduiront une équipe de rédaction qui comprend également Alicia Clerc, Aurélia Courte, Anne Daubert, Radia Hannouf, Charlène Jumel, Lina Quinche, Camille Rabe et Jean Sotomayor Rivera.

Retrouvez ces jeunes auteurs dans les colonnes habituelles du Carnet, et dans une nouvelle rubrique qui sera consacrée à la présentation de projets arts-science.

Eve Fourmont Giustiniani

Maître de conférences en Études Hispaniques, Aix-Marseille Université - Membre de l'UMR 7303 TELEMMe

More Posts - Website

Article mis en avant

Papel y Pantalla

PAPEL Y PANTALLA est le carnet des étudiants du master d’Études Hispaniques et Latino-Américaines d’Aix-Marseille Université.

Espace d’initiation au blogging scientifique, réalisé dans le cadre de l’UE “Humanités numériques appliquées à l’hispanisme et aux métiers de la culture” du M2, il permet aux étudiants d’exercer leurs compétences numériques et de valoriser leurs premiers travaux d’apprentis chercheurs.

Image d'un clavier de machine à écrire ancienne
Du livre à l’écran, il n’y a que quelques touches… (source: Pixabay)

Ce que vous lirez dans ces carnets

Papel y pantalla héberge des productions académiques (résumés de mémoires, comptes-rendus de manifestations scientifiques, recensions d’ouvrages…), mais aussi des chroniques relatives à la vie culturelle régionale en lien avec l’hispanisme, des billets d’humeur autour de l’actualité du monde hispanique, et des récits d’expériences de recherche, de stages, d’assistanat ou encore de voyages

Ce blog a ainsi un contenu résolument pluridisciplinaire, à l’image du Master poursuivi par ces étudiants: y sont abordés des contenus relatifs à la langue et à la linguistique espagnoles, à l’histoire, à la littérature et aux arts des aires espagnole péninsulaire et latino-américaine.

Une expérience de l’édition scientifique ouverte

Pour ceux d’entre ces étudiants qui choisissent par la suite de s’inscrire en doctorat, cette expérience constitue une préparation enrichissante à l’écriture académique, à l’édition ouverte et à la valorisation scientifique, indispensables pour la poursuite d’une carrière universitaire.

Photographie en noir et blanc d'une rédaction de quotidien où les journalistes semblent se tourner les pouces...
La rédaction du New York Times dans les années 20, source d’inspiration pour les apprentis rédacteurs du carnet ! (source: Pixabay)

Pour tous les diplômés du Master, ces compétences seront utiles dans une série de métiers auxquels entend également préparer ce master, notamment dans les domaines de la culture et de la communication, du tourisme et du patrimoine.

Lectorat

Les lecteurs attendus de ces Carnets sont d’abord les étudiants : étudiants de Licence intéressés par une poursuite d’étude dans ce Master, et masterants d’autres universités, qui pourront y trouver des conseils utiles, des récits d’expérience et des ressources pédagogiques et méthodologiques.

Les enseignants des disciplines concernées ou voisines, quant à eux, y trouveront un exemple vivant de mise en œuvre des compétences auxquelles sont formées ces étudiants.

Enfin, les différents partenaires de l’Université dans le monde économique, associatif ou culturel, par exemple les institutions hébergeant les stages prévus dans le cadre du master, ou les futurs employeurs de ces jeunes diplômés, y verront une passerelle entre les mondes du travail, de l’enseignement et de la recherche.

Eve Fourmont Giustiniani

Maître de conférences en Études Hispaniques, Aix-Marseille Université - Membre de l'UMR 7303 TELEMMe

More Posts - Website

El charango, un legado cultural en el Perú de hoy

«¡Porque el alma solo sana,
porque el alma solo sana con la música peruana!»[1]

Es de esta manera que el cantante de Latin-pop peruano Gian Marco inicia su anhelada presentación en la noche del 26 de julio en la clausura de los décimo octavos Juegos Panamericanos Lima 2018. Este acontecimiento fue sin duda uno de los más grandes que se ha realizado en la antiguamente llamada ciudad de Los Reyes, hoy Lima ciudad capital del Perú.

Este evento deportivo de gran magnitud tuvo como representantes a varios artistas de talla mundial como fueron Leslie Shaw y Luis Fonsi, quienes cantaron la canción del momento, “Échame la culpa”. Pero la verdadera estrella de la noche fue sin duda alguna el pequeño cordófono de cinco órdenes dobles tañido por el mismo Gian Marco quien no solo deleitó al público asistente con su increíble técnica al ejecutarlo, sino también por la forma con la que este artista logra mezclar su música con las sonoridades vernáculas tan típicas y tan propias de este instrumento.

Si bien el charango es parte incontestable de la herencia que lleva el Perú en la sangre, como bien nos lo hace recordar el Premio Nobel de Literatura 2010 Vargas Llosa cuando se refiere a lo dicho por el escritor indigenista peruano José María Arguedas “Perú, País de todas las sangres[2] pues este instrumento no tiene hasta en la actualidad un origen bien definido.

Las diferentes teorías que sustentan hasta los más ilustres investigadores suelen tropezarse con la realidad del instrumento. Pero bueno, aquello es historia vieja, tan vieja como el Paititi[3] con sus mitos y leyendas, pues el charango en la actualidad se está forjando un camino dentro del universo musical en el Perú moderno.

Aquella noche de concierto en el Estadio nacional de Lima donde el cordófono andino acaparaba todas las miradas internacionales se tocaban melodías suaves y enérgicas, como el paso del majestuoso cóndor del altiplano con sus alas desplegadas sobre su cordillera. Si la interpretación de sus melodías hacían extasiar a más de un asistente, ¿qué decir de las letras que ilustraban el sentimiento profundo del espectro sonoro?

Tengo una mañana constante y una acuarela esperando verte pintado de azul, tengo tu amor y tu suerte y un caminito empinado, tengo el mar del otro lado, tú eres mi norte y mi sur”

Estas palabras son, sin duda, el reflejo de lo que el cantante Gian Marco siente por su país y su cultura musical, como lo dice él, esto: “no es una canción de amor de pareja”, esto es una oda a su país.

Así como Gian Marco, muchos otros artistas han optado por darles más importancia a los instrumentos y sonidos  andinos. En la actualidad podemos ver que el charango o la zampoña juegan un papel importante, no solo en la música tradicional peruana, sino latina y mundial. El rock, la cumbia, el reggae entre otros, han tenido un buen recibimiento por parte de un público cada vez más ávido por oír melodías nuevas que resalten los distintos géneros. El grupo de Reggae Laguna Pai es uno de ellos, estos han “inventado” el reggae andino, con la canción “Sopla el Viento”.

Esta fusión exótica es símbolo de libertad, de pasión y de unión, algo que es imprescindible en un espacio cultural donde las nuevas generaciones son el foco de un importante suceso.


[1] Gian Marco, frase de principio de concierto.

[2] Vargas Llosa Mario, Discurso en la academia Sueca: Premio Nobel de Literatura 2010, minuto 00:04:40.

[3] El Paititi, un rincón del que se dice que en él se esconden las más grandes de las riquezas Incas, el famoso El Dorado.

Dalex Sotomayor Rivera

Escribano de la más sórdida de las ilusiones y del arado de mis vaticionios. -Dalex Sotomayor Rivera-

More Posts

Souhila Yahiaoui

Je m’appelle Souhila Yahiaoui, j’ai 23 ans et je suis étudiante en première année de master de recherches en études hispaniques. Après l’obtention de mon baccalauréat littéraire, j’ai décidé de commencer une licence en langue, littérature et civilisation espagnoles. Étant passionnée depuis plusieurs années par la culture hispanique, le choix de cette formation m’est apparue comme une évidence. J’ai pu en apprendre davantage au sujet de l’histoire et la littérature du monde hispanique, et également consolider mes connaissances en langue.

Lors de ma deuxième année de licence, j’ai eu la chance de faire une expérience Erasmus dans le sud de l’Espagne, à Cadix. Cela m’a permis de rencontrer plusieurs natifs et j’ai pu découvrir leur mode de vie qui, malgré plusieurs différences, est semblable au nôtre. J’ai par ailleurs pu voir quels différents accents se trouvaient en Espagne mais aussi en Amérique latine. En effet, j’ai rencontré plusieurs étudiants latino-américains qui vivaient la même expérience.

À l’heure actuelle, je souhaiterais partir en Argentine, pourquoi pas dans le cadre de l’assistanat. J’aurais voulu que ce projet se fasse durant l’été 2020 mais malheureusement j’ai été freinée par la crise sanitaire que nous traversons.

Après mes études, j’aimerais passer des concours qui me permettront de travailler dans un domaine qui lie la culture française et la culture hispanique, et pourquoi pas vivre à l’étranger.

syahiaoui

Étudiante de M1, passionnée par les langues vivantes.

More Posts

Ryan Benidiri

Bonjour, je m’appelle Ryan Benidiri, j’ai 21 ans et je suis actuellement en Master 1 LLCER Espagnol. Au lycée, j’étais passionné par l’étude des langues vivantes et surtout par l’espagnol. De ce fait, après le lycée, j’ai décidé de me diriger vers la licence LLCER Espagnol d’Aix-Marseille Université dans le but d’approfondir mes connaissances de la langue et de la culture espagnoles. Ces trois années en Licence m’ont permis de de découvrir de nouvelles choses sur l’espagnol. Après le Master, je souhaiterais passer les concours de l’enseignement et ainsi devenir professeur d’espagnol en Université.

D’autre part, je pratique le foot à la faculté d’Aix en Provence , je suis une personne qui adore le sport. Chaque semaine, j’essaye de faire le plus de sport possible pour me maintenir en forme.

Ryan Benidiri

Je m'appelle Benidiri Ryan et je suis actuellement en Master 1 LLCER Espagnol.

More Posts

Manuella Fernandez

Après obtention de mon baccalauréat littéraire en 2017, j’ai décidé de me tourner vers des études universitaires; c’est pourquoi je me suis inscrite en licence LLCER Espagnol.

Dès ma première année de faculté, j’ai choisi d’apprendre le catalan, et je me suis trouvée une vraie passion pour cette langue, à tel point qu’en deuxième année j’ai obtenu la certification de catalan de l’Institut Ramon Llull (basé à Barcelone), d’un niveau B1.

Cette année, je suis en Master 1 Recherches Études Hispaniques, et je prévois de partir en Erasmus à Valencia au S8 (mais cela reste à voir à cause de la crise sanitaire). Aussi, j’aimerais effectuer mon stage de fin de M1 au Consulat d’Espagne ou du Mexique à Marseille.

Il se trouve que suis passionnée par l’Espagne et le Mexique, -je prévois d’y aller un jour-, mais aussi par le monde de la beauté. En effet, je prévois début 2021 de faire une formation de « nail art » (pour être prothésiste ongulaire), et plus tard, peut-être, une école de maquillage.

A la fin de mes études, j’aimerais m’orienter vers le monde du tourisme, car les voyages m’ont toujours fait rêver.

Manuella Fernandez

Etudiante en Master 1 Recherche Etudes Hispaniques.

More Posts

La construcción discursiva de la mujer indígena mexicana. Estudio comparativo de « Balún Canán » de Rosario CASTELLANOS (1957) y de « Chen tumeen x chu’upen: Sólo por ser mujer » de Marisol CEH MOO (2015)

Mémoire de M1 EHLAM réalisé par Camille RABE 

Sous la direction de Dante BARRIENTOS TECÚN

Soutenu le 23 septembre 2020 devant un jury composé de Dante BARRIENTOS TECÚN et de Pierre LÓPEZ

Mots-clés : littérature mexicaine, féminisme, indigénisme, altérité et représentation, narratologie.

Résumé : Ce travail de recherche vise à étudier de manière contrastive l’évolution du traitement discursif du personnage de la femme indigène dans la littérature mexicaine, à travers l’étude de deux romans écrits par des auteures mexicaines qui n’ont pas la même condition sociale et qui s’inscrivent dans des contextes sociaux et littéraires différents (milieu du XX siècle pour Rosario Castellanos et XXIe siècle pour Marisol Ceh Moo).

Resumen :

El presente trabajo propone estudiar la construcción narrativa y discursiva de la mujer indígena mexicana a través del estudio comparativo de dos novelas: Balún Canán1 (1957) de Rosario Castellanos y Chen tumeen x chu’upen: Sólo por ser mujer2 (2015) de Marisol Ceh Moo.

El punto de partida de este trabajo fue un interés particular para la obra de Rosario Castellanos, autora clásica y pionera del neoindigenismo y de la literatura feminista del siglo XX en México. Siendo muy estudiada la narrativa de Rosario Castellanos, resultó interesante comparar su primera novela (germen de su pensamiento) con una obra más reciente y de autora con condición social diferente, que trata de los mismos temas: Marisol Ceh Moo, autora con producción literaria reciente, mujer indígena maya yucateca, y segunda mujer en ganar el premio Nezahualcóyotl de Literatura en Lenguas Mexicanas por su novela bilingüe Chen tumeen x chu’upen: Sólo por ser mujer.
La narrativa de Ceh Moo se inscribe en la corriente iniciada por Rosario Castellanos y pese a su alejamiento temporal, ambas obras tratan del mismo tema: el “doble castigo” de ser a la vez mujer e indígena.

Mujer e indígena, dos factores identitarios que van a ser el punto de anclaje de la reflexión que se desarrolla acerca de la construcción del personaje de la mujer indígena dentro de la narrativa femenina mexicana. No se pueden estudiar los mecanismos de la doble marginación de la mujer indígena sin una revisión del concepto de « indigenismo »3 y de « literatura escrita por una mujer »4 .

El objeto de este estudio es el personaje de la mujer indígena porque se encuentra en el cruce entre dos identidades marginadas por los valores del sistema dominante blanco y masculino. La mujer indígena aparece como un “otro” rechazado del orden social, lo que evidencia la importancia de la cuestión de la alteridad. En efecto, el concepto de otredad será también al origen del estudio ya que Rosario Castellanos construye un personaje del mismo sexo, pero de etnia y clase social diferentes a las suyas, y que Marisol Ceh Moo construye un personaje de sexo y etnia idénticos a su condición lo que plantea la noción de autovisión y de autorepresentación.

Además, la noción de alteridad permite analizar el enfrentamiento en el que se arraiga la construcción de la identidad, entre un “yo”5 y un “otro”. Si plasmamos el concepto de alteridad dentro de la diégesis, bien se ve que el personaje indígena y femenino se construye también desde el prisma de los otros personajes en contacto, ya que en cada novela se propone un verdadero panorama social tejido de relaciones fronterizas6 a nivel social, genérico y étnico. 

Por consiguiente, proponemos analizar cuáles son las estrategias literarias utilizadas para la construcción discursiva del personaje de la mujer indígena mexicana comparando dos novelas de períodos diferentes y de autoras de condición social opuesta.

Para ello se comparan los procedimientos estilísticos, el tratamiento discursivo y las estrategias literarias necesarias para la construcción del personaje de la mujer indígena, trabajando a través del análisis de textos y de los discursos de la voz del personaje mismo como de las voces de las demás instancias narrativas.

Continuer la lecture
  1. Rosario Castellanos, Balún Canán, 5. ed., México, D.F, Fondo de Cultura Económica, coll. “Colección popular”, n˚ 92, 2007, 291 p. []
  2. Marisol Ceh Moo, Chen tumeen chu’úpen… / Sólo por ser mujer, Primera edición., México, Distrito Federal, Consejo Nacional para la Cultura y las Artes, 2015, 271 p. []
  3. Aquí empleado en un sentido amplio para caracterizar el acto de escribir a propósito de los indígenas []
  4. Expresión que preferimos a « literatura femenina » []
  5. El « Yo » se refiere aquí al sujeto cuyo sistema de valor se impone []
  6. Es decir entre dos mundos antagónicos []

« La bobería y la educación de la mujer en la obra La dama boba de Felix Lope de Vega y Carpio »

Mémoire de M1 EHLAM réalisé par Alicia CLERC

Réalisé sous la direction de Christine OROBITG

Soutenu en septembre 2020 devant un jury composé de Christine OROBITG et de Sophie-Bérangère SINGLARD

Palabras claves : literatura española, literatura del Siglo de Oro, Lope de Vega, La dama boba, educación de la mujer

Résumé : Ce mémoire cherche à présenter le lien entre idiotie et éducation de la femme dans l’œuvre La dama Boba (1613) de Felix Lope de Vega.

Resumen : El objetivo de este trabajo es proponer un análisis de la relación entre la bobería y la educación de las mujeres durante el Siglo de Oro español. ((Período que se extiende entre el siglo XV y el siglo XVII)) La acción de la obra se desarrolla entonces en España, más precisamente en Madrid, y pone en escena a dos hermanas, Finea y Nise, la una idiota y la otra discreta1. Finea tiene que casarse con un hombre a quien no conoce, pero siendo Finea boba en extremo, Liseo elige a la hermana discreta; en cuanto a Nise, está enamorada de un galán de su academia de literatura, Laurencio, pero porque Nise no tiene una dote tan consecuente como la de su hermana, Laurencio decide enamorar a Finea y casarse con ella. La obra presenta un cruce de galanes y damas, poniendo de realce la oposición entre bobería y discreción, entre amor y celos.

Continuer la lecture
  1. ¡Cuidado! el término « discreto » no tenía el mismo sentido que hoy en día ya que tenía por referente la sabiduría, el entendimiento []

Alicia CLERC

Étudiante en 2ème année de Master Études Hispaniques et Latino-Américaines.

More Posts

Mon semestre Erasmus à l’université de Salamanque : une expérience riche en apprentissages et en découvertes

Photo du patio de la Universidad de Salamanca
Vue de l’église (à gauche) de la Universidad Pontifica, sur la rua Mayor. À droite, la fameuse Casa de las Conchas.
Photo: Manuel Ramallo sur Pixabay.com.

À l’issue de ma licence LLCER Espagnol à l’université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines (UVSQ), désireuse d’en savoir plus sur l’Espagne, j’ai décidé d’aller passer mon deuxième semestre de licence 3 dans une université espagnole. Or, laquelle choisir ? La question s’est posée dès le début de la deuxième année, car un semestre Erasmus se prépare l’année qui précède. Je souhaitais avant tout aller dans une université andalouse (Séville ou Grenade), mais étant donné que l’UVSQ n’est pas affiliée à toutes les universités espagnoles et ne choisit pour chacune que certaines matières, il s’est avéré que l’université de Salamanque (USAL) correspondait davantage aux matières que je privilégiais (histoire et arts). À ce critère s’ajoutait la notoriété de cette université, qui compte parmi les plus vieilles d’Europe, et j’y allais pour les 800 ans de sa création.

Nous voilà un an plus tard, en Janvier 2019. Le départ en Erasmus a coïncidé, dans mon cas, avec la vente de la maison dans laquelle j’avais grandi à Porchefontaine (quartier résidentiel de Versailles). Après de derniers préparatifs et 5 jours de voiture avec mes parents, me voici à Salamanque, dans un petit appartement de 45 mètres carrés en plein cœur de la vieille ville, à 2 minutes à pieds de la faculté de lettres, que j’ai loué avec l’aide de mes parents.

Nous voilà un an plus tard, en Janvier 2019. Le départ en Erasmus a coïncidé, dans mon cas, avec la vente de la maison dans laquelle j’avais grandi à Porchefontaine (quartier résidentiel de Versailles). Après de derniers préparatifs et 5 jours de voiture avec mes parents, me voici à Salamanque, dans un petit appartement de 45 mètres carrés en plein cœur de la vieille ville, à 2 minutes à pieds de la faculté de lettres, que j’ai loué avec l’aide de mes parents.

La vieille ville est entièrement piétonne et il est agréable de s’y balader, de se rendre en cours ou encore d’y faire ses courses.

Au niveau de la façon de faire cours, les espagnols sont un peu particuliers. Ils arrivent en retard et terminent en avance s’ils ont terminé ce qu’ils voulaient transmettre durant le cours. Je me suis parfois retrouvée à sortir 15 à 20 minutes avant la fin officielle du cours. Les thèmes d’enseignement diffèrent également de ceux utilisés en France. Par exemple, en histoire, le professeur détaille plus la vie des gens à une époque donnée que sur les faits historiques en eux-mêmes. J’ai ainsi découvert comment les espagnols vivaient à l’époque de l’invasion napoléonienne de 1808. Les élèves espagnols sont davantage incités à intervenir spontanément dans le cours, donnant parfois lieu à des débats que je trouve très enrichissants.

Le rythme espagnol, plus tourné vers la vie nocturne, m’a parfois déstabilisée. Deux jours par semaine, je terminais mes cours à 21 heures, un horaire inimaginable en France. Au sortir de ces cours, quelle n’était pas ma surprise de voir des gens effectuer le rituel du « paseo » (promenade) dès 7-8 heures du soir, toutes générations confondues. Si vous voulez faire vos courses à 15 heures, vous risquez d’avoir une mauvaise surprise! Les magasins espagnols ferment entre 14 heures et 17 heures, pendant que les gens prennent leur déjeuner (souvent vers 15-16 heures). Si vous êtes français et qu’à 13 heures, votre estomac crie famine, merci de patienter…!

En Espagne, il n’est pas rare de voir dans une salle de cours des élèves atteints d’un handicap, que ce soit mental ou physique. Les Espagnols semblent en effet mieux accepter la différence que les Français, comme en témoigne l’auteure et professeure d’espagnol Julia March dans son autobiographie.
Je me suis fait des relations à Salamanque, dont une amie avec qui je garde des liens encore à l’heure actuelle.

Je me suis enfin baladée en Andalousie avec ma famille venue aux vacances de Pâques, c’est à dire pendant la fameuse Semaine Sainte (Semana Santa). À Séville, à Grenade, à Cordoue, chaque jour, pendant une semaine, les processions sillonnent la ville: les costaleros transportent à dos nu d’impressionnants pasos (les chars) montrant des scènes de la Passion du Christ ou exhibant des statues de Vierges, encadrés de longues colonnes de pénitents coiffés de l’effrayant capirote. La foule qui se presse, la musique inquiétante des orchestres qui accompagnent les processions, font de l’assistance à une procession une expérience très intense ! Tenter de se frayer un chemin au milieu de tout ce monde ne fut pas toujours chose aisée.

Je prodigue à tous ceux qui aimeraient passer comme moi un Erasmus à Salamanque les conseils habituels (aller à la rencontre des gens, goûter à la cuisine, etc.) et, surtout, de prendre des vacances au moment de la Semaine Sainte. Une expérience qui vaut le détour.

Aurélia Courte

Étudiante en deuxième année de master « Études hispaniques et latino-américaines ».

More Posts

Epicentro

« Si l’être humain n’apprend pas par l’expérience, ça doit être l’artiste et l’art qui livrent cette expérience »,

Hubert Sauper, France Culture, 18/08/20201

Film documentaire d’Hubert Sauper, 2020

Photo du réalisateur Hubert Sauper à Berlin, en 2014, par Sebaso

Mais qui est Hubert Sauper ? Pour en savoir plus, je vous invite à un petit voyage offert par la chaîne Arte, dans son émission 28 minutes2 : https://www.arte.tv/fr/videos/099193-001-A/hubert-sauper-28-minutes/

Quel voyage nous propose Epicentro ? Un voyage dans l’histoire de Cuba ? Un voyage dans l’histoire du cinéma ? Une immersion dans le quotidien des Cubains ? Ou s’agit-il d’une autre histoire ?

Hubert Sauper, cinéaste engagé, nominé aux Oscars pour « Le cauchemar de Darwin » 3, n’a pas fini de nous surprendre ! C’est à travers le regard de ceux qu’il a surnommés les « petits prophètes », des enfants cubains étonnants, que le réalisateur nous propose non seulement un état des lieux politique, économique et social de l’île mais également l’histoire d’une usurpation. Voyage d’introspection, au détour des rues de La Havane, caméra subjective qui dévoile le pouvoir des images et leur ambivalence. Des images utilisées par les États-Unis pour hypnotiser les masses en 1998, provoquer la guerre contre les espagnols, et asseoir l’impérialisme américain aux images d’Hollywood qui entretiennent le rêve américain, Hubert Sauper n’épargne à aucun moment cet extraordinaire outil de propagande qui est son propre et précieux outil de travail.

Voyage d’introspection, au détour des rues de la Havane, caméra subjective qui dévoile le pouvoir des images et leur ambivalence.

En pleine pandémie, Epicentro nous questionne aussi sur un des piliers de l’économie mondiale actuelle et sa viabilité : le tourisme. Il interroge notre regard d’occidentaux sur les pays en « voie de développement ». Émotion, révolte, prise de conscience, joie, questionnements, aliénation, bonheur…à partager sans modération !

Et en attendant que les salles ne réouvrent, si nous sommes toujours confinés à l’heure où vous lisez cet article, voici un avant goût de ce film documentaire avec la bande annonce officielle !

« Epicentro est un voyage, une expérience, et les gens sortent avec un grand sourire ! »

Hubert Sauper, France culture, 18/08/2020

  1. https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-culture/hubert-sauper-documentariste-filme-cuba-epicentre-historique-des-jeux-de-pouvoir-de-loccident []
  2. Disponible jusqu’au 12/08/2021 []
  3. https://www.cairn.info/revue-afrique-contemporaine-2005-3-page-243.htm# []

Anne Daubert

Enseignante dans le secondaire et étudiante en master 2 d'études hispaniques et latino-américaines

More Posts

Sísifo, plongée numérique, littéraire et historique au cœur de la bataille de la Cité Universitaire de Madrid

Du 15 au 23 novembre 1936, se déroulait l’un des épisodes majeurs de la bataille de Madrid, faisant de la Cité Universitaire le théâtre d’affrontements entre les républicains espagnols aidés par les Brigades internationales et les forces soviétiques, et les rebelles nationalistes dirigés par Franco, soutenus par les régimes fascistes allemands et italiens.

Quatre-vingts ans plus tard, quatre artistes imaginent un projet de narration numérique prenant appui sur ce fait historique (mis en ligne entre 2017 et 20181). À l’origine de cette entreprise, deux auteurs, Léo Henry et luvan, accompagnés de deux graphistes/programmateurs, Laure Afchain et Nicolas Chesnais, qui proposent une relecture de cet épisode historique au moyen d’une création littéraire numérique originale, qui sonde « les frontières entre fiction et documentaire d’une part, littérature et multimédia d’autre part2) ».

Page de titre, qui apparaît à la fin du Prologue3.
Continuer la lecture
  1. Avec les soutiens de l’Eurométropole de Strasbourg, le Shadok, la Médiathèque André Malraux et la Région Grand Est []
  2. Nicolas Chesnais, « Sísifo », © autre.space 2011-2016, (à consulter sur https://autre.space/landpage/projects/sisifo/fr/ []
  3. Toutes les images insérées dans cet article sont des captures d’écran réalisées à partir du site Sísifo le 14/11/2020. []

Marie Hornain

Diplômée du master Monde du livre de l'Université d'Aix-Marseille en 2020, je suis actuellement étudiante en master 2 LLCER Études hispaniques et latino-américaines au sein de la même université.

More Posts

Les mémoires de M1 soutenus en 2020

Les étudiants inscrit dans le Master 1 d’Études Hispaniques et Latino-Américaines d’AMU en 2019-2020 ont soutenu, entre avril et octobre 2020, les mémoires suivants:

COURTE, Aurélia, Entre deber de memoria e imperativos turísticos : la difícil cuestión de la patrimonialización de lo judeo-andalusí, mémoire de Master 1 de Langues, Littératures et Civilisations Étrangères, parcours-type Études Hispaniques et Latino Américaines, dirigé par Michel Jonin, Aix-Marseille Université, Faculté des Arts, Lettres, Langues et Sciences Humaines, 2020.  

CLERC, Alicia, La bobería y la educación de la mujer en la obra La dama boba de Felix Lope de Vega y Carpio, mémoire de Master 1 de Langues, Littératures et Civilisations Étrangères, parcours-type Études Hispaniques et Latino Américaines, dirigé par Christine Orobitg, Aix-Marseille Université, Faculté des Arts, Lettres, Langues et Sciences Humaines, 2020.  

JUMEL, Charlène, La institucionalización de la guerrilla colombiana: las Fuerzas Armadas Revolucionarias Colombianas-Ejército del Pueblo, mémoire de Master 1 de Langues, Littératures et Civilisations Étrangères, parcours-type Études Hispaniques et Latino Américaines, dirigé par Gérard Gomez, Aix-Marseille Université, Faculté des Arts, Lettres, Langues et Sciences Humaines, 2020.  

RABE, Camille, La construcción discursiva de la mujer indígena mexicana. Estudio comparativo de Balún Canán (1957) de Rosario Castellanos y de Chen tumeen x chu’upen: Sólo por ser mujer (2015) de Marisol Ceh Moo

SOTOMAYOR RIVERA, Jean, El Charango: Imaginarios, estéticas y prâcticas. Enfoque del itinerario del instrumento en Francia, mémoire de Master 1 de Langues, Littératures et Civilisations Étrangères, parcours-type Études Hispaniques et Latino Américaines, dirigé par XXX, Aix-Marseille Université, Faculté des Arts, Lettres, Langues et Sciences Humaines, 2020.  

TALIB, Rawaa, Tête / Cabeza: organización semántico-referencial, mémoire de Master 1 de Langues, Littératures et Civilisations Étrangères, parcours-type Études Hispaniques et Latino Américaines, dirigé par Stéphane Pagès, Aix-Marseille Université, Faculté des Arts, Lettres, Langues et Sciences Humaines, 2020.  

Eve Fourmont Giustiniani

Maître de conférences en Études Hispaniques, Aix-Marseille Université - Membre de l'UMR 7303 TELEMMe

More Posts - Website

Camille Rabe

Je m’appelle Camille, j’ai 22 ans et je suis étudiante en deuxième année de Master d’Études Hispaniques et Latino-américaines. Au cours de mes années d’études supérieures, et après avoir effectué deux années en CPGE Littéraires en me spécialisant dans les Lettres Modernes, j’ai souhaité développer mon apprentissage de la langue et de la culture du monde hispanique. Ayant toujours voulu devenir professeure spécialisée dans les lettres, le choix de continuer à l’université en LLCER Espagnol s’est imposé, me permettant ainsi de poursuivre un cursus mêlant littérature et langue espagnole. 

Mon projet professionnel a évolué avec mon parcours puisqu’au début de mes études je souhaitais devenir professeure et passer le CAPES. Cependant, étant arrivée en licence durant la troisième année du cursus, sans aucune expérience et sans avoir effectué d’échange linguistique, je n’avais pas encore l’assurance nécessaire pour tenter ce concours. Mon choix s’est alors porté vers le master Recherche qui m’a fait découvrir une nouvelle manière d’apprendre et de pousser la réflexion personnelle. La rédaction de mémoire de Master 1 (« La construcción discursiva de la mujer indígena mexicana. Estudio comparativo de Balún Canán (1957) de Rosario Castellanos y de Chen tumeen x chu’upen: Sólo por ser mujer (2015) de Marisol Ceh Moo ») m’a alors conforté dans mes choix et j’ai donc désiré continuer en deuxième année dans l’optique de passer l’agrégation et de poursuivre dans la recherche scientifique.

Pour cette deuxième année de master j’ai d’ailleurs décidé de faire un pas de plus dans la culture hispanique en partant en Espagne en tant qu’assistante de français grâce au programme du CIEP. J’espère que cette formation pré-professionalisante va me permettre de m’ouvrir à de nouvelles méthodes pédagogiques, de consolider mon niveau d’espagnol et surtout de découvrir par moi-même cette culture que j’aime tant. 

« Entre deber de memoria e imperativos turísticos : la difícil cuestión de la patrimonialización de lo judeo-andalusí »

Mémoire de M1 EHLAM réalisé par Aurélia COURTE

Sous la direction de Michel JONIN

Soutenu le 30 juin 2020 devant un jury composé de Michel JONIN et de Claire VIALET.

Mots-clés: Andalousie, Judaïsme, Moyen-Âge, tourisme

Résumé: Ce travail cherche à savoir, à travers l’analyse de deux exemples architecturaux judéo-andalous, s’il existe un double discours : d’une part la reconnaissance de l’expulsion des juifs et des violences perpétrées antérieurement, et d’autre part, un discours nostalgique sur un Al-Andalus marqué par une cohabitation pacifique et une expulsion soudaine et violente.

Façade latérale de la Sinagogue du Tránsito. Source: que­ve­re­nel­mundo.­com.

A principios del siglo XIX, nació un movimiento artístico llamado romanticismo. Entre sus características, aparecen un afán profundo para la naturaleza y un gusto pronunciado por lo oriental. En este contexto, en España los artistas empezaron a interesarse por la patrimonialización de los restos arquitectónicos del periodo medieval español, que se caracterizó por la existencia, entre 711 y 1492, de un reino musulmán llamado Al-Andalus. Este periodo medieval propio de España transformó este país en “vestíbulo del Oriente” en la mirada de los románticos. Esta visión romántica ha perdurado hasta la actualidad y perdura en los sitios web turísticos promocionando tal o cual monumento histórico medieval español.
Cuando hablamos de este periodo medieval, hablamos de una convivencia entre los judíos sefardíes, los musulmanes y los cristianos.
Sin embargo, se tuvo que esperar el aniversario del Quinto Centenario de la toma de Granada y de la expulsión de los judíos, en 1992, para que se tomara en cuenta el legado sefardí.

No obstante, si miramos los contenidos de estos sitios web turísticos españoles, parece existir un doble discurso en cuanto al legado andalusí, y particularmente al sefardí. Por una parte, se reconocen la expulsión y las violencias perpetradas años antes, en particular la masacre de 1391. Pero por otra parte, se constituye un discurso puramente turístico basado en un sueño nostálgico de un al-Andalus mitificado, en el que habrían convivido en perfecta armonía el judaísmo, el cristianismo y el islam. Y de un día para otro, en 1492, hubiera ocurrido sin más ni más la expulsión de los judíos de España.

En este trabajo, proponemos la problemática siguiente : ¿Existe en España una tensión entre el reconocimiento de la expulsión de los judíos sefardíes que tuvo lugar en 1492, y por otra parte los imperativos turísticos alrededor de los monumentos históricos de Andalucía?

Para este trabajo, proponemos un plan tripartito. En la primera parte se trató de definir los conceptos de patrimonialización y de trabajo de memoria, que proceden de la tensión entre memoria histórica y colectiva. Se proporcionó igualmente la metodología necesaria para la tercera parte.

En la segunda parte, se procede a una retrospectiva histórica de la patrimonialización paulatina del legado andalusí, que se centró durante mucho tiempo en lo islámico. Abarcamos respectivamente los siglos XV hasta XIX, el siglo XIX y primera mitad del siglo XX, y el periodo contemporáneo desde la segunda mitad del siglo XX.

En la tercera y última parte, se elaboró un análisis semiótico de varios sitios turísticos y folletos entorno a dos ejemplos arquitectónicos sefardíes : la sinagoga del Tránsito de Toledo y la judería de Córdoba.

Nos percatamos, durante este trabajo, de que hasta el aniversario del quinto centenario de la expulsión de los judíos y de la toma de Granada, en 1992, se hizo todo lo posible para olvidar, o borrar, la más mínima huella del periodo de Al-Andalus en España, aunque los Grandes de España se apasionaran ya por lo musulmán, pero de manera superficial. Se refleja este fenómeno en la corriente literaria de la maurofilia. A principios del siglo XIX se empezó un largo proceso de patrimonialización del legado andalusí, pero hasta 1992 se centró casi exclusivamente en lo islámico.
La existencia de una tensión entre memoria e imperativos turísticos se pudo igualmente averiguar durante el análisis de la tercera parte. Unos sitios web turísticos centrados en los descendientes de los sefardíes, especialmente la Red de Juderías, ofrecen un turismo basado en un trabajo de memoria en cuanto a la expulsión de 1492. Pero otros sitios turísticos, menos especializados, proporcionan un sueño nostálgico de un Al-Andalus desaparecido y de unos sefardíes que hubieran convivido pacíficamente con los musulmanes y los cristianos, antes de que, del día a la mañana, los Reyes Católicos los expulsaran sin más de España.

Aurélia Courte

Étudiante en deuxième année de master « Études hispaniques et latino-américaines ».

More Posts

Lina Quinche

Je m’appelle Lina Marian Quinche, je suis une étudiante étrangère en M2 LLCER Études hispaniques et latino-américaines à l’Université d’Aix-Marseille et diplômée dans l’enseignement des langues étrangères plus précisément de l’espagnol, du français et de l’anglais de l’Université Pédagogique de Colombie.

L’enseignement m’a toujours passionnée depuis que je suis petite et mon désir d’apprendre des langues, en particulier le français, est apparu à partir du moment où j’ai commencé mes études à l’université. Le français était ma langue étrangère préférée, c’est pour cela que j’ai décidé de venir en France pour améliorer mon niveau de langue et mieux connaître ce beau pays.

Ma carrière m’a permis d’acquérir de l’expérience comme enseignante de langues vivantes, en particulier des langues anglaise et française. J’ai eu l’opportunité de donner des cours particuliers de français mais j’ai surtout travaillé comme professeur d’anglais, dans une école primaire, pendant un an et demi. Cette belle expérience a confirmé mon souhait de continuer à travailler dans la sphère de l’enseignement. Mais le fait d’être immergée dans la culture française a aussi suscité en moi l’envie de montrer et d’enseigner ce que je connais de ma propre culture et ma langue maternelle.

Continuer la lecture

Lina Quinche

Etudiante étrengère de M2 LLCER études hispaniques, diplômée dans l'enseignement des langues étrangères (espagnol, français, anglais) à Colombie.

More Posts

« La institucionalización de la guerrilla colombiana: las Fuerzas Armadas Revolucionarias Colombianas-Ejército del Pueblo »

Mémoire de M1 EHLAM réalisé par Charlène JUMEL

Sous la direction de Gérard GÓMEZ

Soutenu en septembre 2020 devant un jury composé de Gérard GÓMEZ et Dante BARRIENTOS TECÚN

Mots-clés: Amérique Latine, Colombie, Politique, Guérilla, Paix

Résumé: Ce travail de recherche présente et analyse le processus d’institutionnalisation de la guérilla des « Force Armées Révolutionnaires Colombiennes- Armée du Peuple » dans le système politique colombien à la suite de l’Accord de paix, engagé en 2012 et signé en 2016, par le président Juan Manuel Santos. L’analyse de ce processus se focalise principalement sur l’étude du processus judiciaire qui a permis à la guérilla une reconversion politique.

Drapeau des FARC-EP. Source: site officiel du parti FARC.

Esta investigación se centra en una de las organizaciones revolucionarias más antiguas y poderosas de América del Sur: las Fuerzas Armadas Revolucionarias Colombianas- Ejército del Pueblo, más conocidas bajo las siglas FARC-EP. Mi interés por esta organización armada nace de la pasión por la historia de la América hispanohablante y, en particular, por Colombia, país al que estoy fuertemente vinculado desde mi infancia gracias a mis vecinos colombianos, que a su vez han pintado un retrato de su patria, a veces positivo y a veces negativo. Sin embargo, me interesé en las FARC-EP porque es una organización de protesta que ha tenido un profundo efecto en Colombia y en la sociedad colombiana, pero también ha tenido un impacto internacional, además de plantear cuestiones sociales.

Al contrario de los procesos de desmovilización, dejación de armas y reintegración tradicionales que privilegian la individualización de los excombatientes, las “Fuerzas Armadas Revolucionarias Colombianas-Ejército del Pueblo”, comúnmente conocidas bajo las siglas FARC-EP, optaron por una reincorporación colectiva mediante la creación de un nuevo partido político. Esta conversión política puso fin al conflicto más viejo que conoció Colombia (más de cincuenta años), entre el gobierno colombiano y el grupo rebelde. Durante medio siglo, la expansión de la guerrilla en el territorio andino y en América Latina fue objeto de debate y de medidas cada vez más duras de lucha contra los movimientos contestatarios. Este fenómeno de la guerrilla no solo tuvo un éxito en Colombia sino en todo el continente con diversos grupos insurgentes, de más o menos larga duración, resultados de las desigualdades sociales y económicas características de América Latina.

Estudiar las FARC-EP es estudiar una estructura militar compleja y de gran cohesión interna, que permitió al grupo continuar la lucha mientras se fracturaban los demás grupos insurgentes, un fenómeno de violencia extrema por partes adversas. Se debe comprender asimismo por qué la guerrilla se extendió tan rápidamente en este país, entender cuál fue la ideología comunista-marxista y, sobre todo, al final, entender por qué la violencia contestataria tuvo y sigue teniendo tal importancia en Colombia.

Se trata también de abordar un tema actual que dividió las opiniones públicas e internacionales y que suscitó mucha aprehensión por parte de todas las comunidades y de la sociedad colombiana. Un tema que demuestra también que la paz se vuelve necesaria y puede ser alcanzada sin violencia. Con el “Acuerdo de Terminación Final del Conflicto”, firmado en 2016 por Juan Manuel Santos y el grupo guerrillero, las FARC-EP firmaron el fin definitivo del conflicto y alcanzaron la institucionalización de la guerrilla en el sistema político y democrático colombiano.

¿Cómo se ha institucionalizado la guerrilla en el sistema político colombiano, convirtiendóse en una entidad politica, y cuál fue el proceso judicial que permitió esta conversión?

El objetivo de este trabajo es de demostrar que a través de las FARC-EP, se asistió a una institucionalización del fenómeno de la guerrilla. Para mostrarlo, el trabajo se divide en tres grandes partes, cada una dividida en dos capítulos.

La primera parte muestra el contexto general que permitió el desarrollo de las FARC-EP. Esta parte del estudio empieza con el contexto general internacional y continental. También se abordan brevemente los acontecimientos que marcaron la historia colombiana, acontecimientos violentos como el Bogotazo (1948) o el período llamado de “La Violencia” (1946-1958). También, se trata de los diferentes gobiernos durante los cuales las FARC-EP se desarrollaron. Al mismo tiempo, se presenta una breve historia de la creación del grupo rebelde. La primera parte de la tesina tiene pues como objetivo aportar informaciones sobre el contexto en el que las FARC-EP actuaron para poder, después, entender el funcionamiento de la guerrilla y los retos del Acuerdo de paz.

La segunda parte trata del fenómeno de la guerrilla y principalmente del “Acuerdo Final de Terminación del Conflicto”. Se da una definición clara de lo que es la guerrilla, su historia y cómo se implantó en América Latina con la Revolución cubana. Además, se demuestra cuál fue la estructura guerrillera elegida por las FARC-EP y toda su organización económica y social. En segundo lugar, se aborda el tema de la necesidad de imponer la paz, es decir el derrumbamiento y la pérdida de terreno por parte de las FARC-EP y las medidas aproximadamente dictatoriales de los diferentes gobiernos que condujeron a la necesidad para ambas partes de alcanzar la paz lo más rápidamente posible. Se trata también del “Acuerdo Final de Terminación del Conflicto”, de las negociaciones hasta la firma de dicho acuerdo.

La tercera y última parte trata de un tema primordial en la institucionalización de la guerrilla en Colombia: la Justicia Transicional. La Justicia Transicional es un tipo de justicia específica para los casos de guerra y que tiene como objetivo reconciliar a todas las partes de una sociedad dividida por un conflicto. Una justicia muy criticada pero que es importante en el entendimiento del proceso de paz entre el gobierno colombiano y las FARC-EP. También se trata al final del nuevo partido político de las FARC-EP y se demuestra con una reflexión personal y gracias a nuestro trabajo de investigación cómo se ha institucionalizado dicho grupo rebelde. Se da un panorama de información sobre el nuevo partido político fundado por las FARC-EP denominado “Fuerza Alternativa Revolucionaria del Común” (puede visitarse el sitio web oficial del nuevo partido aqui). Esta última parte de nuestro estudio tiene como objetivo llegar a una reflexión sobre la institucionalización de la guerrilla.

En definitiva, con este trabajo de investigación el lector tiene un panorama principalmente histórico para entender el contexto de creación y formación de las FARC-EP. Propongo sin embargo un enfoque social para entender mejor cómo funciona la institucionalización y por qué las FARC-EP han sido institucionalizadas.

Charlène Jumel

Etudiante en Master 2 études hispaniques et latino-américaine passionnée par l'histoire de l'Amérique du sud.

More Posts

Charlène Jumel

Je m’appelle Charlène Jumel, j’ai 23 ans et je suis actuellement en deuxième année de Master d’études hispaniques et latino-américaines. Depuis toujours, je suis passionnée par l’histoire du monde hispanique, plus particulièrement de l’histoire du continent sud américain, et je me suis donc naturellement orientée vers ce Master.

Je souhaite par la suite, à la fin de ma deuxième année de Master, tenter de passer l’agrégation pour, plus tard, enseigner l’espagnol et plus précisément l’histoire du monde hispanique.

Mon envie d’enseigner s’est développée à la suite d’un stage en deuxième année de licence dans mon ancien lycée où, avec mon ancienne professeure d’espagnol, j’ai pu découvrir les enjeux et les rudiments de l’enseignement dans le secondaire. J’aimerais beaucoup, dans un futur lointain, écrire une thèse et peut-être envisager de me réorienter vers la recherche car enquêter sur des faits historiques me passionne tout autant que l’enseignement.

Pour cette dernière année de Master, mon mémoire s’oriente vers le domaine de la civilisation latino-américaine, comme celui l’année précédente, dont le sujet était La institucionalizacion de la guerrilla : el caso de las FARC-EP, l’Amérique Latine étant un continent riche en histoire et en thématiques sociétales.

Charlène Jumel

Etudiante en Master 2 études hispaniques et latino-américaine passionnée par l'histoire de l'Amérique du sud.

More Posts