Article mis en avant

La promotion M2 2018-2019

Photographie des étudiants de la promo 2018-2019
Fiers et motivés!

La promotion 2018-2019 du Master 2 EHLAM inaugure la maquette d’enseignement de la nouvelle offre de formation de l’UR ALLSH d’AMU, accréditée pour la période 2018-2002.

La promo 2018 2019: une équipe de rédacteurs au top

Ces étudiants ont donc pour la plupart suivi le Master 1 ACR et découvrent les nouvelles UE de cette maquette, notamment les Humanités Numériques, renforcées dans cette offre de formation !

Sur la photo, de gauche à droite: Anthony Garro, Julien Quintela, Jessica Fantino, Christine Peninon, María del Mar Lasso Duque, Vanessa Fernandes et Julio Diazgranados.

Pour voir les résumés des mémoires qu’ils ont soutenus l’année précédente, c’est par ici !



Eve Fourmont Giustiniani

Maître de conférences en Études Hispaniques, Aix-Marseille Université - Membre de l'UMR 7303 TELEMMe

More Posts - Website

Article mis en avant

Papel y Pantalla

PAPEL Y PANTALLA est le carnet des étudiants du master d’Études Hispaniques et Latino-Américaines d’Aix-Marseille Université.

Espace d’initiation au blogging scientifique, réalisé dans le cadre de l’UE “Humanités numériques appliquées à l’hispanisme et aux métiers de la culture” du M2, il permet aux étudiants d’exercer leurs compétences numériques et de valoriser leurs premiers travaux d’apprentis chercheurs.

Image d'un clavier de machine à écrire ancienne
Du livre à l’écran, il n’y a que quelques touches… (source: Pixabay)

Ce que vous lirez dans ces carnets

Papel y pantalla héberge des productions académiques (résumés de mémoires, comptes-rendus de manifestations scientifiques, recensions d’ouvrages…), mais aussi des chroniques relatives à la vie culturelle régionale en lien avec l’hispanisme, des billets d’humeur autour de l’actualité du monde hispanique, et des récits d’expériences de recherche, de stages, d’assistanat ou encore de voyages

Ce blog a ainsi un contenu résolument pluridisciplinaire, à l’image du Master poursuivi par ces étudiants: y sont abordés des contenus relatifs à la langue et à la linguistique espagnoles, à l’histoire, à la littérature et aux arts des aires espagnole péninsulaire et latino-américaine.

Une expérience de l’édition scientifique ouverte

Pour ceux d’entre ces étudiants qui choisissent par la suite de s’inscrire en doctorat, cette expérience constitue une préparation enrichissante à l’écriture académique, à l’édition ouverte et à la valorisation scientifique, indispensables pour la poursuite d’une carrière universitaire.

Photographie en noir et blanc d'une rédaction de quotidien où les journalistes semblent se tourner les pouces...
La rédaction du New York Times dans les années 20, source d’inspiration pour les apprentis rédacteurs du carnet ! (source: Pixabay)

Pour tous les diplômés du Master, ces compétences seront utiles dans une série de métiers auxquels entend également préparer ce master, notamment dans les domaines de la culture et de la communication, du tourisme et du patrimoine.

Lectorat

Les lecteurs attendus de ces Carnets sont d’abord les étudiants : étudiants de Licence intéressés par une poursuite d’étude dans ce Master, et masterants d’autres universités, qui pourront y trouver des conseils utiles, des récits d’expérience et des ressources pédagogiques et méthodologiques.

Les enseignants des disciplines concernées ou voisines, quant à eux, y trouveront un exemple vivant de mise en œuvre des compétences auxquelles sont formées ces étudiants.

Enfin, les différents partenaires de l’Université dans le monde économique, associatif ou culturel, par exemple les institutions hébergeant les stages prévus dans le cadre du master, ou les futurs employeurs de ces jeunes diplômés, y verront une passerelle entre les mondes du travail, de l’enseignement et de la recherche.

Eve Fourmont Giustiniani

Maître de conférences en Études Hispaniques, Aix-Marseille Université - Membre de l'UMR 7303 TELEMMe

More Posts - Website

Vivre la musique hispanique à Marseille

Marseille est une ville vivante où cohabitent plein de cultures différentes. Des gens venus des quatre coins du monde s’y retrouvent et font vivre la ville. Le continent sud-américain contribue à cette offre culturelle avec des spectacles, des cours de danse, des projections de films ou des festivals, entre autres.

Petites précisions sur le monde associatif à Marseille

Depuis la création du Mucem (Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée) en 2013, le monde associatif marseillais a malheureusement pâtit d’une réduction des budgets auparavant affectés au milieu associatif culturel par la Région. Ces réductions budgétaires ont conduit à la dissolution de plusieurs associations et de quelques sites culturels qui n’ont pas pu se maintenir à flot sans ces subventions. Cependant, d’autres ont été créées, rendant ainsi accessibles à tous un univers culturel à petite échelle.

Les musiques du monde hispanique à Marseille

Ce billet recense quelques endroits où vous pourrez vivre et explorer l’univers musical hispanique et latino-américain, qui travaillent pour faire évoluer et rendre plus visibles et attirantes les expressions culturelles du monde hispanique.

La Casa Colorada

La Casa Colorada, centre culturel et artistique de l’Amérique Latine, est gérée par une association dédiée à la diffusion de la culture latino en région Sud. Vous pouvez trouver dans ce petit coin d’Amérique caché dans Marseille des expos, repas, des concerts et des cours d’espagnol.

Capture d’écran du site web de la Casa Colorada – https://casacoloradamarsella.wordpress.com/

La Cité de la Musique

La Cité de la musique de Marseille offre la possibilité d’apprendre à jouer d’un instrument, mais cet espace propose aussi, en fin d’année, des concerts de musiques d’Amérique du Sud.

La Casa 108

La Casa 108 vous propose des stages et cours de flamenco (danse et chant). Elle a la chance de compter avec l’un des meilleurs enseignants de la guitare flamenca qui soient: Nico el Duque, qui vous mènera droit au but dans votre apprentissage de cette musique et du cajón andalou.

Page d’accueil du site web de la Casa 108 – https://www.lacasa108.com/

Radio Galère

Radio Galère (fréquence 88.4 FM à Marseille) est une radio associative dont la programmation musicale explore tous les continents. Les amateurs de musique des Caraïbes pourront écouter, le lundi de 15h00 à 16h30, l’émission Que Viva la Música, animée par Ernesto Concha, Carlos Ordoñez et l’auteur du présent billet, Julio Diazgranados. Grâce à cette émission vous pourrez pratiquer votre compréhension orale de l’espagnol et découvrir des musiques traditionnelles et folkloriques du continent. Et si vous avez raté une émission, rendez-vous sur le site de la radio pour l’écouter en podcast !

Tango por Vos

Tango Por Vos est une association loi 1901 qui propose des cours de tango, de milonga et de vals.

Diego Amado, danseur de tango réputé, est aussi un enseignant exceptionnel !Et à la belle saison, n’hésitez pas à vous renseigner sur le site pour savoir où se tient la Milonga hebdomadaire où tous les amateurs peuvent venir danser…

La page d’accueil de l’association tanguera de Marseille : http://www.tangoporvos.com/

La culture hispanique à Aix-en-Provence

Vous habitez à Aix, vous êtes nouveau à Aix, vous comptez emménager à Aix, vous êtes intéressés par la culture hispanique et vous ne savez pas où aller? Ce billet est fait pour vous!

Envie d’un petit film en espagnol? 

A deux pas du cours Mirabeau, le Ciné Mazarin, classé cinéma d’art et d’essai, fait partie des trois cinémas aixois avec le Cézanne et le Renoir. Le Mazarin compte 3 salles, à quelques mètres du cours Mirabeau, et propose des films de tous horizons, des documentaires, des reprises, le tout en version originale, et donc en espagnol !

Photo: Kris Luhaerts – Source: unsplash.com

Envie de découvrir des danses typiquement espagnoles, d’apprendre la langue et un tas d’autres choses en rapport avec le monde hispanique? 

La maison de l’Espagne (7 et 9 rue Mignet) est un espace patrimonial au cœur d’Aix-en-Provence consacré à la valorisation et la promotion des cultures hispanophones sous toutes leurs formes d’expression. Elle vous propose des cours de flamenco, de sevillana et de guitare. Elle propose aussi des expositions, séminaires, repas, et des cours d’espagnol. De même, elle propose des cours de français pour les hispanophones nouvellement arrivés en France. 

Envie d’approfondir vos connaissances sur la langue espagnole ainsi que sur culture hispanique?

La Noria est une association franco-hispanique, abritée au sein de l’Espace Jeunesse du 37 Boulevard Aristide Briand, sur le boulevard périphérique. L’association propose des cours d’espagnol (castillan) tous niveaux, tous âges, des ateliers de conversation, de lecture et d’écriture, de chant, de théâtre, des ateliers pour les enfants dès l’âge de 3 ans et pour les étudiants. Les cours proposés sont donnés par des professeurs de langue maternelle espagnole, diplômés dans leur pays et/ou en France. 

Ce billet n’est que le début d’une longue liste d’associations en lien avec le monde hispanique… si vous en connaissez d’autres, n’hésitez pas à nous les communiquer!

Anthony Garro

Etudiant en Master 2 Etudes Hispaniques et Latino-américaines à Aix-Marseille Université

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

Retour d’expérience : mon stage de M1 au Centre Aixois d’Études Romanes (CAER)

Dans le cadre du Master 1 LLCER, il est prévu d’effectuer un stage d’une durée minimale d’un mois, par exemple dans un laboratoire de recherche ou dans une institution culturelle.

Pourquoi un stage ?

Tout d’abord, il semble judicieux d’éclaircir la question qu’on se pose à peu près tous à la rentrée : pourquoi un stage dans un cursus Recherche ?

D’après le Guide des stages étudiants du Ministère de l’Enseignement Supérieur (disponible sur le Guide de l’étudiant), il s’agit d’une « mise en situation professionnelle » visant à « acquérir des compétences professionnelles nouvelles que je pourrai valoriser dans mon CV ou dans un premier emploi » et permettant « d’avoir une idée concrète de la vie d’une entreprise (ou de tout autre organisme), de son fonctionnement, d’engranger une expérience non négligeable qui me servira lorsque je chercherai un emploi. De plus, le stage est un moyen de modifier ou d’affiner mon orientation professionnelle car je me confronte à une expérience réelle ».

En effet, si on choisit bien son stage, cette expérience peut s’avérer très riche et s’inscrit de manière réellement utile dans le cours de notre cursus et de la préparation de la suite de nos études. Ça a été le cas pour moi !

L’institution d’accueil: un laboratoire de recherche

Pour ma part, j’ai choisi d’effectuer mon stage au sein d’un laboratoire de recherche : le Centre Aixois d’Etudes Romanes (CAER), l’un des deux laboratoires de rattachement du Département d’Études Hispaniques et Latino-Américaines (DEHLAM). Il me semblait pertinent de profiter de l’opportunité d’un stage pour découvrir les coulisses d’un laboratoire de recherche.

Fondé à l’Université de Provence en 1996 à l’initiative de Georges Ulysse, le CAER est né de la fusion des anciens centres de Recherche des langues romanes de l’Université de Provence. Son siège se situe au troisième étage de la Maison de la Recherche, sur le site Schuman d’Aix-Marseille Université. Il est actuellement dirigé par Claudio Milanesi. Les littératures, les civilisations et la linguistique de l’aire culturelle romane, notamment de l’Italie, de l’Espagne, de l’Amérique Latine, du Portugal et de la Roumanie, constituent ses domaines de recherche.

La toute nouvelle Maison de la Recherche sur le site de la Faculté des Lettres à Aix

Pourquoi le CAER ?

Mon choix s’est donc porté sur ce laboratoire auquel est rattachée une large part des enseignants-chercheurs du DEHLAM. Cette première année de Master nous introduisant dans le monde de la recherche, il m’a paru judicieux de saisir l’opportunité que nous offre un stage pour connaître de manière plus approfondie les tenants et les aboutissants du métier d’enseignant-chercheur. Me destinant à cette carrière, j’ai souhaité acquérir une expérience portée tout particulièrement sur l’aspect « chercheur » de la profession, étant plus familiarisée avec l’aspect enseignement.

Mes attentes

Mes attentes étaient d’acquérir et/ou approfondir des connaissances et des compétences dans plusieurs domaines, à savoir la structure et les rouages de l’organisation du laboratoire, la communication et le travail en équipe, les normes d’édition propres aux publications du CAER, la mise en place des colloques, ainsi qu’une expérience de terrain dans le déroulement d’une journée type.

Mes missions

Mes missions durant ce stage ont constitué trois activités principales :

  • la relecture des articles issus de communications proposées lors de colloques organisés par le laboratoire, en vue de leur publication;
  • la participation à la préparation des colloques et l’accueil des intervenants;
  • et la mission communication: j’étais chargée de l’administration des pages « AIPI Summer School » sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter), évènement qui a eu lieu en juillet 2017, à l’initiative d’un groupe de doctorants d’Etudes italiennes.

Mon bilan

Le CAER m’a effectivement offert une première expérience professionnelle concrète par l’immersion dans le monde de la recherche universitaire. Les difficultés rencontrées ont été bénéfiques en ce sens qu’elles m’ont permis de me confronter à des situations susceptibles de se reproduire au long de mon cursus de formation universitaire puis de ma carrière. Ce stage s’est donc parfaitement inscrit dans la logique de mon plan de formation et a répondu à mes attentes.

Rapport de stage et soutenance : Conseils méthodologiques

Conseils méthodologiques pour rédiger un rapport de stage

Voici un exemple de plan que vous pouvez reprendre pour rédiger votre rapport :

  • Une première partie dédiée à la présentation de l’organisme d’accueil (informations sur son historique, ses membres, la nature de ses activités et de ses projets).
  • Une deuxième partie qui traitera de vos différentes missions au cours du stage : vous pouvez décrire précisément les tâches qui vous ont été confiées et les activités/manifestations auxquelles vous avez participé, en indiquant quel a été votre rôle.
  • Enfin, faire un bilan de votre stage, partie que vous pouvez organiser en deux sous-parties : bilan au niveau professionnel / bilan au niveau personnel.
Photo de Tim Gow – unsplash.com

Conseils méthodologiques pour préparer sa soutenance de rapport de stage

⚠ Erreur à ne surtout pas commettre ⚠ La soutenance de stage ne doit pas être égale à un résumé du rapport : les membres du jury sont au courant, ils l’ont déjà lu…!

Voici des éléments clés que vous pouvez insérer dans le plan de votre oral :

  • Il est pertinent de commencer par faire une brève présentation de la structure d’accueil et des missions qui vous ont été confiées.
  • Vous pouvez revenir sur un ou plusieurs points pour les approfondir, donner des détails et informations complémentaires, qui ne figurent pas dans la version écrite du rapport et qu’il vous semble pertinent d’évoquer.
  • Donner votre impression personnelle et apporter un point de vue critique sur le déroulement du stage en parlant des difficultés que vous avez rencontrées et de la façon dont vous les avez surmontées.
  • Rappeler les motivations qui vous ont portés à choisir ce stage en particulier et dire si celui-ci a répondu à vos attentes, en évoquant éventuellement ses limites.

Zotero : un outil révolutionnaire pour les étudiant.e.s du master

Zotero est un logiciel de gestion de références gratuit, libre et open source qui s’inscrit dans la philosophie du Web 2.0. Il permet de gérer des données bibliographiques et des documents de recherche.  

Étudiante assise sur un lit entourée de livres volant autour de sa tête
Zotero, l’arme de désencombrement massif de votre mémoire !! (source: Pixabay) 

J’ai découvert l’outil informatique Zotero en première année de master LLCER (ex-master ACR recherche) par le biais d’une formation à la Bibliothèque Universitaire. La B.U. a d’ailleurs mis en ligne un super tutoriel pour ceux qui auraient raté la formation ou manqué des épisodes…

Après une prise en main quelque peu fastidieuse, j’ai commencé à utiliser Zotero pour recenser mes sources, d’abord pour réaliser mon mémoire, puis pour mes cours et enfin pour mes projets personnels.

Pour télécharger le logiciel, c’est par ici !!

Malgré le nom quelque peu comique de l’outil (oui, nous avons tous pensé à Zorro…) je m’y suis aventurée avec beaucoup de réticences : « encore un outil universitaire qui ne sert à rien », « ça va être compliqué à manier », etc.

… Pour finalement me rendre compte que c’était simple et efficace !

Zotero, compliqué à utiliser? Non….

Alors, pourquoi s’en servir ?  Voici 3 bonnes raisons d’utiliser Zotero

1. Pour en finir avec les mille favoris accumulés depuis 2015 qu’on se promet de trier tous les ans  

Le souci avec les favoris, c’est qu’on peut vite les stocker, et très lentement les trier… Ils finissent par s’accumuler par centaines et rien que le temps de défiler la longue liste, on n’a déjà plus envie de les consulter.

Image d'un tunnel fait de tranches d'ouvrages reliés
Dans le tourbillon des références bibliographiques (source: Pixabay)

Pour remédier à ça, Zotero est bien plus pratique et rapide, on peut créer des dossiers (qu’on appelle dans Zotero des collections), y ajouter des sous-dossiers («sous-collections») et moissonner ainsi des données de façon bien plus organisée que dans une liste chronologique de favoris. 

Et ça ne sert pas seulement pour les études, d’ailleurs: si on est passionné.e. de danse ou de musique, on peut faire des « collections » de nos passions et ne JAMAIS les perdre.

Sans oublier que la fameuse collection « non classés » déjà configurée dans le logiciel vous permet quand même d’enregistrer des références qui restent à trier ou à effacer ! La perte des références n’est pas non plus définitive puisqu’on peut les récupérer dans la corbeille.

Bref, plus aucune excuse pour trier, et aucun moyen de perdre des références.   

Si c’est à ça que ressemble votre espace de travail, il est temps vous se mettre à Zotero ! (Pixabay)

2. Pour vaincre le monstre des normes académiques bibliographiques

Pour les étudiant.e.s qui découvrent le magnifique monde des normes bibliographiques, c’est toujours un peu compliqué de savoir exactement comment bien citer ses sources. Et en plus d’être compliqué, c’est toujours assez long à faire.

La magie de Zotero opère alors particulièrement à ce moment-là : lorsque l’on découvre que Zotero peut fonctionner avec Word et ainsi générer automatiquement une bibliographie impeccable, en deux clics.

Main sur une souris d'ordinateur, à côté d'un clavier et d'une tasse de café
Et clic ! Générer une biblio, c’est simple comme boire un café ! (source: Pixabay)

Dans le cadre des études hispaniques, la norme académique généralement prescrite est «ISO 690 (author-date, Spanish)». En générant automatiquement la bibliographie, certains détails peuvent être à modifier mais plus de la moitié du travail est faite, plus besoin de recopier une à une les références sous Word ! Fini les feuilles volantes, oui oui ! Et, ce qui ne gâte rien, on ne perd JAMAIS sa bibliographie.

En plus, on peut utiliser Zotero pour stocker les fiches de lectures et les pièces jointes, ce qui permet de lier automatiquement la références des sources recensées avec les informations qu’on tient à ne pas oublier.     

Personne dessinant un schéma heuristique
Parce qu’une idée mal rangée, c’est une idée perdue… (source: Pixabay)

3. Pour impressionner les enseignant.e.s (et vous-même)  

Pour être honnête, il faut plus que Zotero pour impressionner les enseignants… Mais c’est déjà un bon début ! Je m’explique, lorsque l’on doit rendre un dossier ou bien faire un exposé il est toujours utile de donner aux enseignant.e.s une bibliographie, pour montrer quelles sont nos sources afin de démontrer le sérieux du travail effectué (et, au passage, ne pas prétendre s’approprier les travaux des autres !).

Une bibliographie permet de se rendre compte qu’on a vraiment travaillé un sujet; et, cerise sur le gâteau, on peut aisément la partager, et la réutiliser selon les besoins. Sans oublier que l’on peut mentionner dans le mémoire l’utilisation de Zotero, ce qui prouve qu’on sait l’utiliser et que les formations dispensées à la Fac ne sont pas inutiles (ce qui fait toujours plaisir aux enseignants).   

Voilà les principales raisons pour lesquelles j’ai adopté Zotero, évidemment la liste n’est pas exhaustive et reste personnelle… à vous de vous faire votre propre avis!

Recherche, rédaction, soutenance: le parcours du “masterant”

Photo d'un écran d'ordinateur sur un bureau
En route vers la rédaction du manuscrit

Cette rubrique regroupe les résumés et projets de mémoires de recherche de Master 1 et 2 réalisés par les étudiants de la formation.

La réalisation d’un mémoire, au niveau M1 comme au niveau M2, met en jeu: 

  • des compétences rédactionnelles et linguistiques (le mémoire de M1 est rédigé en espagnol),
  • une connaissance approfondie de l’aire hispanique et/ou latino-américaine,
  • une aptitude à la recherche documentaire, à l’analyse et à la synthèse,
  • et enfin une capacité de mener à terme un projet personnel de recherche et de le défendre dans le cadre d’une soutenance.
Étudiant réalisant une présentation orale
L’art de la soutenance (source: gereso.com)

Cet exercice complet permet donc aux étudiant de mettre en œuvre des compétences qui leur seront utiles non seulement s’ils poursuivent leurs études en doctorat, car il constitue une préparation à la thèse, mais aussi s’ils s’insèrent dans d’autres types de carrières, notamment dans les métiers de la culture, de la communication et du tourisme, car ces compétences transversales leur y seront précieuses. 

Pour lire les tous les résumés de mémoires de M1 de la promotion 2018-2019, c’est par ici !


Eve Fourmont Giustiniani

Maître de conférences en Études Hispaniques, Aix-Marseille Université - Membre de l'UMR 7303 TELEMMe

More Posts - Website

L’Art de la recension

Dans la rubrique “Lu, vu, entendu” de Papel y Pantalla, les étudiants du Master publient leurs comptes-rendus de lectures, de conférences, journées d’études ou colloques, partie intégrante de la vie d’aspirant-chercheur, dont la rédaction les initie à l’art délicat de la recension…

Le lecteur y trouvera aussi des billets bibliographiques, parce que nous croyons aux vertus de la publication ouverte des données de la recherche !

Eve Fourmont Giustiniani

Maître de conférences en Études Hispaniques, Aix-Marseille Université - Membre de l'UMR 7303 TELEMMe

More Posts - Website

Dans la jungle académique: récits d’aspirants chercheurs

Personnage assis sur la branche d'un arbre gigantesque, dans une forêt tropicale
Comme un oiseau sur la branche, l’étudiant à l’affût de toute source d’information utile pour s’orienter dans la jungle académique (source: Pixabay)

Vous trouverez dans la catégorie “Le labyrinthe de la recherche” de ces carnets des récits d’expériences -premières immersions en archives, démêlés avec un sujet difficile- ou encore des billets méthodologiquespourquoi utiliser des logiciels comme Zotero, par exemple- qui rendent compte à la première personne des interrogations vécues par les aspirants chercheurs que sont les étudiants du master…

La lecture de ces billets sera riche d’enseignements pour les (futurs) étudiants de master comme pour leurs enseignants !

Eve Fourmont Giustiniani

Maître de conférences en Études Hispaniques, Aix-Marseille Université - Membre de l'UMR 7303 TELEMMe

More Posts - Website

Étudier autrement

Dans la rubrique “Expériences” de Papel y Pantalla, les étudiants du Master ont carte blanche pour relater leurs expériences, réalisées ici ou ailleurs, dans l’univers universitaire ou professionnel, vécues durant leurs années d’études.

Source: Pixabay

Ces billets relatent des stages réalisés dans le cadre du Master -dans des laboratoires, institutions culturelles, associations…-, des séjours Erasmus, des expériences à l’étranger en tant qu’assistants de langue (française ou espagnole), des voyages réalisés à titre personnel ou encore des séjours  consacrés à la recherche de terrain ou à l’immersion dans les  archives

Jalons de leurs allées et venues, récits d’expérience, listes de ressources et de bons tuyaux, ces billets donnent envie de bouger !

Eve Fourmont Giustiniani

Maître de conférences en Études Hispaniques, Aix-Marseille Université - Membre de l'UMR 7303 TELEMMe

More Posts - Website

Culture(s) hispanique(s): chroniques de passionnés

Cinéma, danse, expos, livres, théâtre, concerts, conférences, gastronomie, spectacles et sorties en tout genre… la culture des pays de l’aire hispanique et latino-américaine est bien vivante en région d’Aix-Marseille !

Taverne cubaine à l'ambiance chaleureuse.
Taberna La Botija, Trinidad, Cuba, oct. 2016. Source: Wikimedia Commons. Auteur: Yoeztudioz

Les étudiants du Master vous livrent leurs impressions, ressources, agendas et bonnes adresses dans la rubrique Culture(s) hispanique(s)  de ce blog.

Parce qu’être étudiant, ce n’est pas qu’étudier !

 

Eve Fourmont Giustiniani

Maître de conférences en Études Hispaniques, Aix-Marseille Université - Membre de l'UMR 7303 TELEMMe

More Posts - Website

Le Master d’Études Hispaniques et Latino-Américaines: une formation riche

Le Master d’Études Hispaniques et Latino-Américaines est un parcours type du Master LLCER, nouveau diplôme de l’offre de formation de la Faculté des Arts, Lettres et Sciences Humaines d’Aix-Marseille Université accréditée pour la période 2018-2022.

Ilustración del diario El País, 01/01/2013, 
https://elpais.com/cultura/2012/10/16/actualidad/1350402182_571820.html

Une vocation pluridisciplinaire

Les études hispaniques en Master étaient auparavant intégrées dans le master ACR (Aire Culturelle Romanes), au côté des études italiennes, luso-brésiliennes et roumaines – des champs disciplinaires désormais intégrés dans le master LLCER, qui comprend aussi les études germaniques et slaves.

Ce master s’est donc toujours caractérisé par deux valeurs fortes: plurisciplinarité et transversalité. Le parcours-type Études Hispaniques et Latino-Américaines, qui constitue le prolongement de la Licence LLCER Espagnol, conserve l’héritage de l’ex master ACR, tout en renforçant les contenus disciplinaires et les enseignements méthodologiques, de façon à préparer les étudiants au monde de la recherche et à la préparation de concours tels que l’agrégation.

La formation prodiguée combine ainsi l’apprentissage des méthodes et outils de la recherche, des enseignements de spécialité (civilisation, littérature et arts) et de traduction.

Compétences visées

Ce Master vise non seulement l’acquisition d’une solide formation disciplinaire dans tous les domaines embrassés par l’hispanisme, mais initie aussi aux outils et à la méthodologie de la recherche et à la veille et à l’analyse documentaire. Certains des billets de ce carnet sont d’ailleurs l’occasion pour les étudiants de relater leur apprentissage de cette méthodologie, ou encore de livrer en quelques mots les résultats de leurs recherches avec des résumés de leurs mémoires.

Il développe chez les étudiants d’importantes capacités organisationnelles, rédactionnelles et communicationnelles, par la pratique d’exercices variés et complémentaires: mémoires scientifiques,  rapports de stage, compte-rendus en français et en langue étrangère.

Source: Pixabay

À l’issue de ce Master, les étudiants démontrent un solide niveau linguistique et une connaissance approfondie de l’aire hispanique et latino-américaine. Ils les dote également de compétences transversales applicables dans de nombreux champs professionnels: aptitude à l’analyse et à la synthèse, capacité de mener à terme un projet personnel de recherche et de le défendre dans le cadre d’une soutenance.

Professionalisation et internationalisation

Étudiants en plein remue-méninges
Source: Pixabay

Un stage, d’au moins 30 jours, est exigé en Master 1 (semestre 3). Il peut être effectué dans un laboratoire de recherche ou dans une institution culturelle (bibliothèque, archives, musée…), en France ou à l’étranger. Les stages à l’étranger, vivement recommandés,peuvent être effectués dans le cadre du programme Erasmus (minimum 2 mois). Le stage donne lieu à la rédaction d’un rapport de stage qui fait l’objet d’une présentation orale devant un jury. Vous pourrez lire des comptes-rendus de ces expériences sur ce blog.

Le Master a donc une forte vocation internationale et permet aux étudiants qui le souhaitent d’enrichir leur parcours par des séjours longs à l’étranger, dans le cadre de partenariats Erasmus + ou de contrats d’assistanat de langue française en Espagne ou en Amérique Latine. Ces carnets abritent aussi des récits de ces enrichissantes expériences !

L’Alhambra de Grenade. Source: Pixabay

Débouchés

Le Master Recherche a vocation première à former de futurs chercheurs ou enseignants chercheurs. L’inscription en doctorat à l’issue du Master 2 est donc une poursuite d’études attendue.

Toutefois, les compétences acquises lors de cette formation permettent aux détenteurs de ce master de s’inscrire à la préparation de l’Agrégation, pour embrasser la carrière enseignante, ou encore de se tourner vers les métiers de la traduction, de la culture, de l’international, de la communication…




Eve Fourmont Giustiniani

Maître de conférences en Études Hispaniques, Aix-Marseille Université - Membre de l'UMR 7303 TELEMMe

More Posts - Website

Mon stage à la Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH)

Vue d'ensemble du bâtiment de la MMSH
Le site de la MMSh au Jas-de-Bouffan à Aix. Photo: Wikimedia Commons

J’ai effectué mon stage à la phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH) d’Aix-en-Provence. La phonothèque a été intégrée à la MMSH lors de sa création en 1997. Elle est actuellement dirigée par Véronique Ginouvès. La phonothèque a pour but la collecte d’enregistrements du patrimoine sonore qui apportent des informations sur les champs ethnologiques, linguistiques, historiques, musicologiques ou littéraires, centrées sur l’aire méditerranéenne

Mon choix s’est orienté sur la phonothèque pour diverses raisons. En premier lieu, au niveau professionnel, le stage de cette première année de Master m’a offert l’opportunité de découvrir le monde de la recherche. En deuxième lieu, au niveau personnel, d’origine péruvienne et habitant dans le sud de la France depuis sept ans, j’ai eu envie de découvrir et d’enrichir mes connaissances sur la Méditerranée.

Mes missions

Mon stage a donné lieu à trois missions principales:

  • un travail de traduction (du français à l’espagnol et de l’espagnol au français) de ressources proposées sur le site de la phonothèque;
  • un travail d’analyse de fonds sonores destinés aux archives de la phonothèque;
  • et enfin l’analyse d’enquêtes de terrain (orales et écrites) de chercheurs liés à la MMSH, en vue de leur catalogage dans les archives de la phonothèque.
Image en gros plan d'un vieux magnétophone bobine à bobine.
Magnétophone bobine à bobine. Source: PublicDomainPictures.net

La traduction

Une de mes principales missions à la phonothèque a été de traduire des document, du français à l’espagnol comme de l’espagnol au français. J’ai dans ce cadre travaillé en binôme avec une collègue, comme moi stagiaire hispaniste à la phonothèque. Le premier document traduit était issu du Deuxième Congrès International d’Archives Numériques qui venait de se tenir à Morelia (Michoacán), au Mexique. Nous devions traduire de l’espagnol au français la présentation, l’objectif de la conférence ainsi que les thématiques abordées lors de la journée d’études. La conférence s’intitulait « Conectando los saberes de bibliotecas, archivos, museos y galerías para la preservación ».

Nous avons également dû traduire en français la présentation du congrès sur le site de la « Escuela Nacional de Estudios Superiores » (ENES) de Morelia. Notre traduction a été publiée sur les carnets de la phonothèque.

Image d'une loupe et d'un stylo posés sur un ouvrage ancien, à côté d'un globe terrestre.
Photo by João Silas on Unsplash

Nous avons enfin traduit du français à l’espagnol le billet « Numériser des archives audiovisuelles à la phonothèque de la MMSH » également disponible sur ces Carnets.

Ces exercices m’ont permis d’approfondir mes techniques de traduction en les appliquant à un univers scientifique et lexical concret. Il a aussi été l’occasion pour moi de découvrir les procédés de numérisation qui sont réalisés par l’équipe de la phonothèque.

L’analyse de fonds sonores

Dispositif de numérisation d'archives sonores: magnétophones à bobines, table de mixage, ordinateur.
Les archives sonores du département de musicologie de l’Université Saint-Esprit de Kaslik. Photo Bagolina, licence CC BY-NC 2.0, phonotheque.hypotheses.org/25326

La mission sur les analyses de fonds sonores m’a été confiée au vue de la journée d’atelier « Données citoyennes et petit patrimoine », organisée le 12 mars 2018, qui a eu lieu au Campus du CNRS Joseph Aiguier à Marseille.

L’objectif de ma mission était d’analyser onze enregistrements, préalablement choisis par ma tutrice, sur la base de données Ganoub. Puis, en m’appuyant sur la fiche de renseignements de chaque document audio, je devais trouver les moments où le témoin décrivait ce qui pouvait être considéré comme un « petit patrimoine ».

Ces enregistrements m’ont fait découvrir les métiers tradionnels exercés dans le sud de la France, tels que le métier de pêcheur à Martigues, à Cassis et à Marseille, ainsi que le métier de mineur, à travers les témoignages de travailleurs des mines de Gardanne. Les écoutes ont été longues mais j’en ai tiré profit dans la mesure où elles m’ont permis d’approfondir et d’élargir mes connaissances sur ce thème, et de me former à une technique d’analyse de documents que je n’avais guère pratiquée jusque là.

L’analyse d’enquêtes de terrain (orales et écrites)

Cette troisième mission m’a d’abord amené à travaillé sur les archives écrites de Michel Seurat, sociologue et chercheur au CNRS, issues de notes qu’il a prises lors d’enquêtes de terrain en Syrie et au Liban entre 1981 et 1985. J’ai dû les organiser et les classer selon différents critères établis avec ma tutrice.

J’ai par la suite pu travailler sur les archives orales de Pierre Laurence. Il faut préciser que ces archives sonores, qui se trouvaient sur la base de données de la phonothèque, avaient été en grande partie mélangées et supprimées. C’est pour cette raison que depuis quelques années la phonothèque est en train de restaurer les fonds sonores enregistrés par celui-ci. J’ai donc contribué à cette mission en analysant ces extraits audio en vue de leur catalogage sur la base de données Ganoub. Pour chaque extrait, j’ai rédigé un petit commentaire en expliquant brièvement les questions posées par Pierre Laurence, tout comme pour les réponses des informateurs. La plupart des témoignages reprennent les histoires de sorcellerie et des chants en patois qui décrivent leur tradition. 

Grace à ces deux enquêtes, j’ai acquis tout d’abord des connaissances sur les pays musulmans, notamment sur la Syrie et le Liban avec les archives de Michel Seurat. Avec celles de Pierre Laurence, j’ai découvert ensuite des éléments en lien avec les croyances et les histoires de sorcellerie. Lors de mon stage, les chants en patois m’ont le plus surpris, car j’ai trouvé ces derniers très originaux.

Bilan du stage

Au niveau professionnel, je considère que mon stage à la phonothèque de la MMSH a été très bénéfique car j’ai énormément appris sur le domaine des humanités numériques et sur l’analyse d’archives sonores. Cette découverte a été possible grâce aux tâches que j’ai menées telle que la mise en ligne d’enregistrements en format MP3 sur la base de données Ganoub. J’ai particulièrement apprécié le travail de recherches réalisé sur les archives sonores.

La journée atelier au CNRS, à laquelle j’ai participé en constituant un corpus d’extraits sonores, m’a beaucoup apporté au niveau professionnel, car le fruit mon travail a été diffusé au public pendant l’atelier. Cela a été une belle expérience, car j’ai pris part à un événement scientifique organisé par le CNRS.

De la même manière, ma traduction pour le « Deuxième Congrès International d’Archives Numériques », au Mexique a enrichi mon lexique de spécialité et m’a permis de connaître les activités mexicaines dans le domaine de la numérisation. 

Au niveau personnel, comme je l’ai affirmé précédemment, l’une des raisons qui m’a fait choisir la phonothèque pour accomplir mon stage était l’envie d’approfondir mes connaissances sur la France méditerranéenne. Les enregistrements réalisés par Pierre Laurence m’ont fait découvrir de nouvelles langues régionales telles que l’occitan et le provençal ainsi que les traditions et les danses typiques des villages méditerranéens français.

L’accueil qui m’a été réservé, lors de mon arrivée, a favorisé ma bonne intégration à l’équipe et le déroulement harmonieux de mon stage. Cette ambiance conviviale m’a permis de réaliser les tâches qui m’étaient assignées dans de bonnes conditions. Le suivi de ma tutrice tout au long de mon stage a été important car, il a été vecteur d’apprentissages de savoirs et de savoir-faire. Travailler avec Véronique Ginouvès a été une expérience enrichissante car elle m’a transmis son savoir sur le monde méditerranéen.

En conclusion, je ne peux que conseiller aux futurs étudiants du master de choisir de réaliser leur stage de M1 à la Phonothèque de la MMSH ! Et de façon générale, si vous aimez les archives sonores ou si vous êtes intéressés par le monde méditerranéen, je vous conseille vivement d’aller faire un tour à la Phonothèque.

Anthony Garro

Etudiant en Master 2 Etudes Hispaniques et Latino-américaines à Aix-Marseille Université

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

Auxiliar de conversación en Francia

Centre historique de la ville de Besançon
Besançon, downtown. 2015. Photo: Mar Lasso

Dos maletas, nervios y mucho miedo.

Así comenzó el viaje que me llevaría a descubrir Francia y el continente europeo…. Crucé el Atlántico el 22 de septiembre de 2015.

Después de 15h de vuelo, 2 escalas y 3h en tren, llegué a Besançon, una pequeña ciudad al este de Francia. En octubre, me incorporé como auxiliar de lengua en el lycée Louis Pasteur y el collège Victor Hugo. Allí, me esperaban vari@s profesores (¡muy amables!) que me acogieron y me guiaron durante toda mi estancia en esta ciudad.

Ser asistente me permitió conocer el sistema educativo francés, tener una experiencia profesional enseñando mi lengua materna, compartir aspectos de la cultura colombiana y latinoamericana y, por supuesto, viajar y aprender francés.

En efecto, si algo me ha gustado del sistema educativo es que cada 7 semanas hay vacaciones, esto me llevó a viajar por más de 15 ciudades europeas. Esta experiencia me hizo constatar que no hay mejor escuela que la vida real, me hizo valorar más a mi familia y amigos y a sentirme orgullosa del país de dónde vengo.  

Ser auxiliar de lengua significa… 

  1. Rellenar papeles (¡muchos papeles!) 
  2. Intentar meter toda tu vida en una, dos, tres maletas 
  3. Dejar a tu familia, a tus amigos… y a tu gato 
  4. Mudarte a un lugar que no conoces 
  5. Conocer a nuevas personas, hacer nuevos amigos y quizás enamorarte 
  6. Trabajar con profesores que estarán siempre dispuestos a ayudarte
  7. Realizar actividades que a lo mejor nunca has hecho (esquiar por ejemplo) 
  8. Descubrir una nueva cultura, costumbres, quesos y vinos 
  9. Viajar 
  10. Perderte para volver a encontrarte 

Maria del Mar Lasso

Etudiante en Master 2 Etudes Hispaniques et Latino-américaines à Aix-Marseille Université

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

Mémoires de M1 2017-2018

Voici les résumés de mémoires réalisés par les étudiants de la promotion de M1 2017-2018!

Photo d'une table avec une machine à écrire, des carnets, et une paire de lunettes...
Petit aperçu de techniques modernes d’écriture…
(source: Pixabay) 

La trayectoria socioplítica y militar de Andrés Avelino Cáceres Dorregaray durante el período de la Guerra el pacífico (1879-1883)“, par Anthony Garro

Transculturación y sincretismo religioso en la novela Todas las sangres (1964) de José María Arguedas“, par Jessica Fantino

El 2 de mayo de 1808 en el ABC de Sevilla en tiempos de la Guerra Civil y de la dictadurafranquista (1937-1975)“, par Vanessa Fernandes

El rol de Policarpa Salavrrieta en el movimientoindependentista de la Nueva Granada (1816-1817)“, par María del Mar Lasso Duque

Eve Fourmont Giustiniani

Maître de conférences en Études Hispaniques, Aix-Marseille Université - Membre de l'UMR 7303 TELEMMe

More Posts - Website