Des études hispaniques à l’art contemporain: stage au sein d’une plateforme curatoriale

Un aspect du site internet de l’association marseillaise Dos Mares

Dans le cadre du Master 1 Recherche parcours Etudes Hispaniques et Latinoaméricaine, j’ai effectué un stage d’un mois auprès de l’association Dos Mares, basée à Marseille sur deux sites, à la gare de la Blancarde et dans la rue Boris Vian. L’association a été fondée par le duo d’artistes Ronald Reyes et Laurent Le Bourhis.

« Chacun de leurs projets (…) partage le même objectif : proposer une vision singulière du monde et s’inscrire dans une démarche artistique définie par l’un et l’autre artiste, et aborde une spécificité de l’écosystème de l’art et tente de fournir une réponse aux problématiques que rencontre l’artiste dans l’exercice de sa pratique. Qu’il s’agisse de la dimension relationnelle, critique, curatoriale de son travail ou de l’aspect économique, social ou fiscal que l’artiste est amené à aborder, nous mettons en place des programmes d’accompagnement qui lui permettent d’explorer toutes les richesses de la complexité de son activité et d’imaginer une position pertinente dans nos sociétés actuelles. Dos Mares accompagne les artistes et chercheurs dans la pensée de leur pratique, le développement de leur réseau professionnel, l’analyse critique de leur travail, la production de connaissances interdisciplinaires, la mise en place de pratiques translocales, le commoning, les collaborations interculturelles et la construction de modèles économiques alternatifs et hybrides » (définition proposée par Dos Mares)


J’ai décidé de faire mon stage aux côtés de Dos Mares car la perspective qu’emprunte l’association est très différente de ce dont j’ai l’habitude. En effet, ce stage m’a permis de réaliser l’étendue des possibilités professionnelles que représente ma formation. Même si j’aspire à devenir enseignante, l’approche du monde hispanophone peut passer par le prisme artistique, et ainsi donner un accès au monde de la culture et aux métiers qui l’entourent. J’étais d’autant plus motivée et enthousiaste à l’idée d’effectuer mon stage avec Dos Mares que j’y retrouvais une cohérence avec la recherche que j’ai entamée depuis le début de ma seconde année de Master. Pour mon mémoire de Master 2, j’ai en effet choisi de travailler sur la pratique artistique du peintre cubain Marcelo Pogolotti, en m’attardant plus amplement sur son engagement social au travers de sa pratique artistique avant-gardiste.
Au sein des ateliers proposés par l’association, j’ai fait diverses rencontres, avec des artistes résidents, des curateurs, des étudiants, des personnes en service civique … Échanger avec chacun d’entre eux, de manière plus ou moins légère, m’a aidée à poser les enjeux de mon mémoire: en quoi consistent les métiers de la recherche, pourquoi les embrasser, dans quelle démarche, avec quelle position, etc.


Le stage a été divisé en deux temps : les deux premières semaines, je me rendais aux ateliers de la Blancarde, et mon rôle était surtout d’aider mon tuteur, Ronald, dans ses tâches quotidiennes. Il est le seul à être rémunéré dans cette structure et touche absolument à tout. J’ai donc fait plusieurs tâches comme la communication sur les réseaux sociaux qui impliquait donc de préparer des posts en ligne via Photoshop, ou encore être responsable du mailing relatif à la communication.

À ces tâches de fond permanentes le long du stage s’en ajoute une autre, la traduction. La plateforme curatoriale s’adresse à plusieurs nationalités, ce qui implique la traduction permanente du français à l’espagnol à l’anglais, peu importe dans quel ordre. Par exemple, j’ai été chargée de retranscrire des interviews et de les traduire en français, espagnol ou anglais selon la langue source. Même si la traduction n’est pas ce que je préfère dans l’apprentissage d’une langue car cela peut paraître fastidieux, j’ai réellement vu ici une concrétisation de la formation que je suis depuis quatre ans maintenant.

Ce temps à la Blancarde a aussi été nécessaire pour préparer le Printemps des Arts Contemporainns, un festival auquel Dos Mares participe. C’est précisément l’organisation, la préparation et le déroulé de cet événement qui ont caractérisé le deuxième temps du stage, que j’ai réalisé rue Vian à Marseille. Durant ces semaines, mon rôle était de faire le lien entre l’association et les artistes en retour de résidence. Pour cela, je me suis renseignée sur leur travail, pour envisager des questions et des pistes de recherche. J’ai aussi dû bien comprendre le but d’une résidence et me familiariser avec un univers qui m’était plutôt inconnu. Le but était d’ouvrir un atelier sur trois jours pour présenter aux publics le travail des artistes, et par la suite l’association qui propose de nombreux projets. Durant ce temps, nous avons aussi réalisé des interviews pour le site de Dos Mares, que j’ai retranscrites et traduites ensuite. Le fait de suivre Ronald qui change en permanence de casquette m’a permis de me rendre compte de l’implication et du travail que cela représente, mais aussi d’avoir toutes les facettes du projet : de la réalisation d’une interview à sa traduction, à sa publication sur les réseaux sociaux par exemple.

Ce deuxième temps a aussi été consacré à la réalisation de ce que Ronald Reyes aime appeler mon Projet : la rédaction de textes au sujet du travail de chaque artiste. Nous avons réalisé et imprimé un livret qui voulait renseigner le public et lui donner un accès plus général et extérieur à la pratique artistique. Ce que l’association proposait au festival n’est pas un travail achevé, mais un état des lieux de la recherche que les artistes mènent depuis plusieurs années souvent, et cela peut être difficile à saisir pour le grand public qui n’est pas forcément face à des œuvres dans le sens strict du mot. J’ai donc énormément discuté avec les artistes afin de saisir leur propos, leur souhait, avec la peur certaines fois d’écrire en étant à côté de ce qu’ils véhiculent. Lorsque ces textes ont été validés, je me suis rendue chez Espace Copie, toujours à Marseille, afin d’imprimer le livret et de le mettre à disposition du public lors des portes ouvertes et expositions du festival. Nous les avons ensuite traduits en espagnol afin de les diffuser le plus largement possible.


La recherche peut être difficile à appréhender pour des étudiants-chercheurs en devenir :
comment apporter au monde universitaire ? Par où commencer ? Ne rien inventer, mais ne
rien répéter ?
Entre les mois de mai et juin 2022, j’ai pu travailler avec Dos Mares et agir avec l’association pour la mise en place du Printemps des Arts Contemporains. Ronald m’a assez fait confiance pour proposer une réflexion née des rencontres et des échanges que j’ai faits avec cinq artistes, sur leur travail, leurs projets, la résidence artistique internationale. De quoi nourrir ma propre réflexion, et apporter un regard extérieur au domaine artistique.
Le stage m’a permis de me rendre compte du champ des possibles malgré mon souhait de poursuivre mon cursus dans l’enseignement, en éclairant l’aspect culturel du master. De plus, le fait de faire de la recherche s’est avéré être intimement lié à la recherche artistique, et n’a été que bénéfique dans la perspective de rédaction de mon mémoire.



Citer ce billet
Jeanne Canela (2023, 1 septembre). Des études hispaniques à l’art contemporain: stage au sein d’une plateforme curatoriale. Papel y Pantalla. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t3yf

Jeanne Canela

Etudiante en M2 d'Etudes hispaniques et latino-américaines (Recherche) à l'Université d'Aix-Marseille.

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search