Comment utiliser les témoignages oraux pour son mémoire de master?

“Historia: narración y exposición de los acontecimientos pasados y dignos de memoria, sean públicos o privados.” (Diccionario de la Real Academia Española

L’importance des sources

L’histoire est soumise à l’évolution des méthodes de travail, à l’évolution des sociétés et à la découverte des nouvelles sources. Elle évolue dans le temps et dans l’espace.

L’étude de l’histoire est basée sur l’analyse de différentes sources qui nous permettent de connaître le passé. Ces sources sont essentielles et indispensables à l’apprentissage de l’histoire et dans la construction de notre futur. Sans sources il est difficile, voire impossible, de découvrir l’histoire.

Il existe différentes natures de sources

David Adam Kess, Une photo en noir et blanc de l’aqueduc de Ségovie en Espagne, 2013, Wikimedia Commons
Vestige romain

Les sources dites « muettes », transmises grâce aux vestiges, aux ruines, aux objets, aux restes d’une civilisation passée.

Mais il y a aussi les sources écrites qui existent depuis l’apparition de l’écriture et qui regroupent les documents d’archives comme la presse, les documents juridiques, les journaux intimes. 

Archivo-FSP, Fondos archivo, 2007, Wikimedia Commons
KMpumlwana, onde sonore tenant la forme, 2022, Wikimedia Commons
réprésentant un enregistrement

Et pour finir les sources orales qui mettent en jeu les souvenirs d’une personne témoin qui aurait vécu un moment important dans l’Histoire.

Il faut aussi savoir que ces sources constituent des sources primaires c’est-à-dire qui rendent compte de la première apparition d’une découverte ou d’un évènement. Les sources primaires constituent la base du travail de recherche. Si ce travail porte sur une œuvre littéraire d’un écrivain, dans ce cas, le livre correspond à une source primaire. Mais pour un mémoire de recherche nous pouvons aussi nous appuyer sur des sources secondaires, c’est-à-dire un document qui offre des explications sur une source primaire. Par exemple, les thèses constituent des sources de seconde main qui aident à comprendre un sujet.

Avec l’apparition d’Internet et ses prouesses qui se développent de jour en jour, les documents écrits de première source sont de plus en plus accessibles grâce à la numérisation. Cependant il ne faut pas oublier que d’autres moyens existent pour trouver l’information. C’est le cas des témoignages oraux. Ils nous permettent de découvrir des aspects que l’on ne trouve pas dans les sources dites « muettes » et « écrites ».

Qu’est-ce qu’un témoignage oral ?

La source orale correspond à la déclaration d’une personne ou d’un groupe de personne à propos d’un évènement historique ou sur une période historique dont font partie les témoins. Les témoignages oraux permettent de nous montrer des aspects différents de ce que nous offrent les autres sources. C’est une source précieuse pour les historiens car la source orale permet de trouver des preuves quand elles ne sont pas présentes dans les écrits. Elle permet aussi de poser des questions qui ne sont pas présentes non plus. D’une certaine manière elles peuvent procurer une vision complémentaire par rapport aux documents d’archives en nous montrant les sentiments, les émotions et la vision d’une personne ; son ressenti face à une période ou un évènement. Ainsi, le choix des mots est très important dans ces déclarations. Un témoin peut insister sur certains passages et nous partager les moments qui l’ont marqué, donc son importance pour lui et d’une autre manière pour l’histoire. 

De plus, il faut se dire que chaque personne est vouée à disparaître, tout comme ses souvenirs. Avec les témoignages de ces personnes, leur mémoire est préservée à travers le temps et aide à construire l’histoire. Cela permet de ne pas oublier ce qu’ont vécu certaines personnes et de les inscrire dans l’histoire. Ces personnes laissent leur trace dans le temps.

Mariano, SantaCruz – CuevaManos, 2005, Wikimedia Commons

Les difficultés

Bien que le témoignage oral aide à ce que le travail d’investigation soit plus enrichissant il connaît aussi quelques difficultés. Pour obtenir des témoignages il faut trouver des personnes qui correspondent à l’étude souhaitée, au niveau de la période historique, de la zone géographique, du genre, de l’emploi… De plus, il est aussi très compliqué de trouver des personnes qui souhaitent témoigner, car les témoins ne veulent pas forcément se replonger dans le passé.

D’autres facteurs contraignants sont à prendre en compte comme la période étudiée qui fait que des personnes peuvent être plus ou moins âgées et pas toujours en vie. de plus, la mémoire n’est pas infaillible ce qui complique la véracité des souvenirs et donc des faits historiques. C’est pour cela qu’il faut sans cesse interroger et confronter les sources afin de découvrir la vérité. Toute personne ne peut donc pas être une source. C’est le principal problème des témoignages : l’incertitude des souvenirs.

Comment trouver des témoins ?

Une des grandes difficultés est de trouver des témoins qui soient concernés par notre sujet d’étude. Pour cela, rien de mieux que de commencer par interroger ses proches que ce soit la famille, comme les amis ou les camarades de classe. Ensuite, il existe peut-être des associations qui ont été créés sur le sujet étudié ou bien les fameuses associations pour la préservation de la mémoire.

D’autre part, selon la période étudiée, on peut aussi bien demander dans les maisons de retraites, dans des entreprises, dans des groupes. Pour finir, nous vivons à l’ère du numérique où l’information circule rapidement grâce, en partie, aux réseaux sociaux. Des groupes de discussion ont certainement été créés (au niveau géographique, autour d’un évènement historique…) pour vous permettre de mener à bien votre quête de témoins.

« Qui ne tente rien n’a rien. »1

Conclusion

Pour conclure, malgré les contraintes du témoignage oral, et après avoir trouvé des personnes qui correspondent à notre sujet d’étude et qui se souviennent de l’évènement ou de la période souhaitée, c’est une source très importante et enrichissante apportant un aspect complémentaire à celle des archives écrites.

“Él que busca, halla, por mal que vaya”2



Citer ce billet
Laura Gallorini (2023, 1 octobre). Comment utiliser les témoignages oraux pour son mémoire de master? Papel y Pantalla. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t3yn

  1. proverbe français []
  2. variante del evangelio según San Mateo, capítulo 7, versículos del 7 al 8 []

Laura Gallorini

Étudiante en deuxième année de Master LLCER, Études hispaniques et latino-américaines.

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search