Images du Franquisme dans l’Espagne contemporaine: compte rendu de la journée d’études

Le 15 octobre 2022 a eu lieu une journée d’études organisée par Eve FOURMONT GIUSTINIANI, chercheuse au laboratoire TELEMMe, et Saramaya PELLETEY, chercheuse au Centre Aixois d’Études Romanes, en collaboration avec le festival de marseillais Cinehorizontes. Le projet de cette journée d’études s’articule autour de la sortie du film documentaire Pico Reja, La verdad que la tierra esconde (2022). Le film traite de l’ouverture de la fosse commune Pico Reja, à Séville, afin d’exhumer les corps des défunts et permettre aux familles, grâce à l’ADN, de pouvoir récupérer les corps de leurs proches, d’avoir des réponses sur la cause de leur mort, le lieu où ils se trouvent et de pouvoir refermer certaines des blessures du passé, toujours ouvertes aujourd’hui dans beaucoup de familles espagnoles. 

Journée d'études: Images du Franquisme dans l'Espagne Contemporaine autour du film documentaire Pico Reja, la verdad que la tierra esconde de Remedios Malvárez et Arturo Andújar, Producciones Singulares 2021. Conférences, projection et table ronde - En présence de la réalisatrice, Samedi 15 Octobre 2022, 14h-19h, Le Cube, Faculté des Arts Lettres Langues et Sciences Humaines.

Présentation de la journée d’études

Ainsi que l’expose le texte de présentation de cette journée, la “mémoire historique” de la période qui s’étend de la Guerre civile espagnole (1936- 1939) jusqu’aux années de la Transition dite démocratique, en passant par les quatre longues décennies de la dictature du général Franco (1939-1975), demeure au cœur de l’actualité péninsulaire. En témoignent les dizaines de milliers de fosses communes en attente d’exhumation qui parsèment encore le pays, les tentatives renouvelées et infructueuses de juger les crimes de la répression, tout comme l’énorme quantité de publications, films, œuvres d’art et produits culturels de toute nature qui y sont consacrés.

Dans quelles mesures les “fantômes du passé” continuent-ils de hanter la société espagnole actuelle ? Comment cette mémoire est-elle véhiculée, socialisée, transmuée par l’art et la culture ? Qu’est-ce que ces traces et images de la dictature qui persistent dans l’Espagne d’aujourd’hui nous disent de la gestion collective d’un passé douloureux ?

Cette journée d’études a été consacrée aux mutations du combat mémoriel mené, en ce début de XXIe siècle, depuis la société civile mais aussi depuis le monde de la culture espagnole, à travers des formes plurielles de mise en images de la mémoire historique de la guerre et de la dictature.

Programme :

  • De la Loi d’Amnistie (1977) à la Loi de Mémoire Démocratique (2022): 45 ans de controverse. Conférence de Bernard BESSIÈRE, professeur émérite des universités
  • Images et traces du franquisme dans l’art contemporain espagnol. Conférence d’Eve FOURMONT GIUSTINIANI, chercheuse à l’UMR 7303 TELEMMe (Aix-Marseille Université, CNRS)
  • Pico Reja, La verdad que la tierra esconde (Producciones Singulares, 2021). Présentation du film par Chloë BODJI, diplômée du Master Études Hispaniques, qui a mené ses recherches de deuxième année sur la fosse commune Pico Reja; et projection du film
  • Le film documentaire : outil de combat mémoriel ? Table ronde et débat avec le public, en présence de Remedios MALVÁREZ, réalisatrice du film. Avec Bernard BESSIÈRE, professeur émérite des universités, Chloë BODJI, diplômée du Master Études Hispaniques, et Saramaya PELLETEY, chercheuse au Centre Aixois d’Études Romanes

De la Loi d’Amnistie (1977) à la Loi de Mémoire Démocratique (2022): 45 ans de controverse

Bernard BESSIÈRE, professeur émérite des universités, a ouvert la journée en intervenant sur les différentes lois qui traitent de la mémoire du Franquisme. Il a commencé par rappeler leur contexte historique, de la mort de Franco jusqu’à nos jours, tout en relevant quelques dates importantes pour comprendre la transmission de la mémoire :

  • 1977: Loi d’Amnistie;
  • 2000: Création de la première Asociación para la Recuperación de la Memoria Histórica par Eduardo Silva. Il en existe entre 200 et 300 de nos jours;
  • 2007: Ley de Memoria histórica;
  • 2010: “Plainte argentine” de Dario Rivas qui cherche à dénoncer les crimes du franquisme. Il tente une action extérieure à l’Espagne au nom de la “justice universelle”; 
  • 2016: le Dr. Eduardo Vela est accusé de près de 40 000 vols d’enfants, mais il est absout pour prescription;
  • 2019: la dépouille de Francisco Franco est déplacée au cimetière du palais du Pardo;
  • 5 octobre 2022: vote de la Ley de Memoria Democrática

Par la suite, M. Bessière a présenté la Loi d’Amnistie de 1977. On peut en retenir qu’elle représentait « un pacte d’oubli » pour effacer les crimes commis plutôt qu’une tentative de punition ou de réparation. Elle interdit tout recours à la Justice afin de réviser les condamnations prononcées pendant la Guerre Civile et la Dictature. Dans cette loi, les crimes commis lors de la répression ne sont pas considérés comme des « crimes contre l’humanité ». Elle a donc permis à tous les anciens tortionnaires de conserver leur emploi et leur place dans la société espagnole. 

Bernard Bessière a poursuivi en expliquant ce que représentait la « Ley de Memoria Histórica » de 2007, c’est-à-dire le premier pas vers la reconnaissance des crimes et des violences commises, même si elle reste pleine de contradictions. Voici les points les plus importants à en retenir :

  • Elle déclare les tribunaux franquistes illégitimes mais ne les annule pas;
  • Elle représente une invitation à localiser et éventuellement exhumer les dépouilles mais ne donne pas de budget à l’État pour le faire;
  • Elle invite aussi à éradiquer les symboles franquistes de l’espace public, mais sans en faire une contrainte ni une obligation.

Pour terminer son intervention, M. Bessière a présenté la récente Ley de Memoria Democrática du 5 octobre 2022. Selon lui, elle représente un progrès évident quant à la reconnaissance des crimes commis et à la récupération de la mémoire. Nous pouvons citer quelques exemples de ce qu’elle déclare :

  • Elle n’abroge pas la loi d’Amnistie, mais annule cette fois-ci les sentences des tribunaux franquistes; 
  • Elle oblige le retrait des symboles franquistes de l’espace public;
  • Elle demande l’inclusion des thèmes liés à la mémoire dans les programmes scolaires afin de favoriser la cohésion et la solidarité entre les générations;
  • Elle établit que l’État aidera à la recherche dans les fosses et à l’identification des disparus grâce à la constitution d’une banque d’ADN des victimes. 

C’est ainsi la première loi qui condamne réellement le franquisme.

Images et traces du franquisme dans l’art contemporain espagnol

Eve FOURMONT GIUSTINIANI a proposé d’étudier la représentation de la dictature franquiste dans l’art contemporain espagnol en se concentrant sur des œuvres qui traitent la figure de Franco et la répression. Le manque de socialisation des savoirs sur la dictature franquiste, la question de l’individu, de la curiosité générationnelle sont des thèmes qui n’ont cessé de questionner les artistes depuis le Franquisme et la Transition.

Le premier axe de la conférence de Mme Fourmont s’intitulait « Españoles : Franco… ¡No ha muerto! ». Parmi les œuvres qu’elle a pu faire découvrir au public, Franco no fue tan malo como dicen, de Riiko Sakkinen (2019), ou encore Always Franco, de Eugenio Merino (2012), sont représdentatives de la volonté de ces artistes de créer une polémique pour attirer l’attention et faire prendre conscience d’un problème.

Dans l’oeuvre de Merino, Franco est représenté sous la forme d’une statue hyperréaliste de taille quasi réelle, enfermée dans un frigo surélevé comme un cercueil, ce qui rappelle les cérémonies d’hommages aux leaders. Le frigo est coloré aux couleurs de Coca-Cola, avec un procédé relevant du pop art : cela singe la propagande franquiste en l’assimilant à une propagande commerciale, en jouant sur le fait que les États-Unis étaient l’appui international de la Dictature. Cette œuvre a tellement fait polémique qu’elle a été retirée de l’exposition où elle était présentée et la Fondation Franco a intenté un procès à l’artiste, lequel l’a gagné au nom de la liberté d’expression. 

Le deuxième axe de la conférence de Mme Fourmont Giustiniani s’intitulait « Redonner voix et corps aux victimes ». Les artistes contemporains s’intéressent à cette question de rendre sensible les traces de la dictature avec l’objectif de donner corps et voix à toute une histoire niée par la propagande officielle, qui a permis d’occulter la réalité du régime.

L’oeuvre La luz se propaga en el vacío, de Paula Rubio Infante (2011), procède d’un travail de l’artiste a travaillé sur le cimetière de Toro, à Zamora, où elle a réalisé cette performance en illuminant pendant 4 heures le lieu où se trouveraient les ossements de 290 des victimes du coup d’État. L’œuvre célèbre le vide et le rien et met le doigt sur l’inexistence d’initiatives de patrimonialisation qui rendraient visible le passé et préconiseraient son enseignement.

Dans le même sens, Eve Fourmont a commenté l’installation de Paula Rubio Infante intitulée Come mierda, de 2010, ou encore la fresque murale d’Alto réalisée en janvier 2015 sur les facades de la Tabacalera à Madrid (Glorieta de Embajadores, Lavapiés), baptisée « Contra la impugnidad de los crimenes franquistas ».

Le troisième axe de la conférence s’intitulait « Incommodants patrimoines », et visait à monbtrer comment l’art peut contribuer à orienter et à mettre le doigt sur les problèmes liés à la patrimonialisation de la mémoire. Les œuvres de Fernando Sánchez Castillo sont particulièrement significatives à cet égard, telles que Narón 2003 (2007), qui représente de jeunes militants galiciens déboulonnant une statue officielle de Franco, ou bien Síndrome de Guernica (2012), pour laquelle l’artiste a racheté le bateau de plaisance de Franco et l’a découpé en morceaux qu’il a ensuite compactés. Pour Fake Games, El monumento colectivizado (2019), l’artiste a choisi de travailler sur la célèbre photographie signée par Robert Capa représentant un milicien républicain mourant au combat pendant la guerre civile, suspectée d’être une mise en scène; d’où le titre de « Fake Games ». À partir de cette photographie, il a fait fabriquer 2000 statuettes, des soldats de plomb, par un fabricant de jouets mexicain, qui est un exilé de la Guerre Civile espagnole. Lors de l’exposition, les spectateurs âgés de plus de 15 ans, soit l’âge de s’engager dans les milices durant la guerre civile, pouvaient repartir avec l’une des figurines, à condition de laisser sur un bout de papier accroché au mur une anecdote autour de la Guerre Civile et de la Dictature. L’œuvre s’est transformée en “mur des lamentations” qui fait office de monument “collectivisé”. Le spectateur a ainsi son rôle à jouer dans l’oeuvre, car il est le réceptacle de cette souffrance. 

Pico Reja, La verdad que la tierra esconde (Producciones Singulares, 2021)

Chloë BODJI, diplômée du Master Études Hispaniques, a introduit la projection du film en présentant ses principaux aspects. On peut retenir de son intervention que ce film traite de la répression à Séville pendant la Guerre et la Dictature à travers un cas spécifique, celui de la fosse commune dite de “Pico Reja”. Il faut garder en tête que Séville fait partie des zones les plus touchées par la répression franquiste car elle tombe aux mains des nationalistes le jour même du coup d’État

La fosse de Pico Reja est à ce jour la plus grande fosse commune ouverte en Europe. Depuis le début des travaux, 6800 personnes en ont été exhumées, parmi lesquelles 1524 victimes de la répression. Dans la fosse, les corps ont été entassés face contre terre: un symbole illustrant le fait que ces exécutions ont empêché les familles des victimes de célébrer des rituels mortuaires. Leurs victimes ont donc été doublement punies. 

Le but de l’ouverture de la fosse est de rendre les corps aux familles et de pouvoir les identifier. Dans le film, des descendants de victimes interviennent pour raconter l’histoire familiale, la mémoire ressurgit et se transmet par ses témoignages. 

Le film documentaire : outil de combat mémoriel ?

Table ronde et débat avec le public, en présence de Remedios Malvárez, réalisatrice du film.

Lors de cette table ronde, le public et les intervenants ont échangé avec Remedios Malvárez sur divers aspects du documentaire Pico Reja, la verdad que la tierra esconde, diffusé à cette occasion pour la première fois en France. Nous revenons ici sur les points abordés les plus importants et significatifs. 

Remedios Malvárez a expliqué qu’avant de faire le film, elle ne savait pas ce qui se passait dans son pays et dans sa ville. Après avoir fait quelques recherches, elle a compris l’importance d’en faire un film pour que sa génération et les générations futures comprennent ce qu’il y a derrière la Guerre Civile et la Dictature. Elle a repris une phrase du film qui selon elle exprime ce qu’il s’est passé sur la mémoire et l’oubli : « El miedo llevó al silencio y el silencio llevó al olvido ». Elle voudrait que la Guerre Civile et la Dictature soient enseignées dans les centres éducatifs et elle pense que l’art peut y aider (la chanson présente dans le film, par exemple). Elle a pris conscience que beaucoup de gens n’ont pas les connaissances nécessaires sur les sujets qui touchent à la Dictature. Elle espère que la loi du 5 octobre 2022 puisse faire en sorte que les Espagnols apprennent ce qu’il s’est passé, en soient conscients afin de faire ressurgir la mémoire et de la transmettre. 

Son objectif pour ce film était de ne pas tomber dans l’émotion, la douleur et la compassion mais plutôt faire en sorte que le public tire ses propres conclusions du film. Un autre de ses objectifs était de se détacher de la politique et penser seulement aux droits humains. De plus, le film ne devait pas être ancré dans le passé mais plutôt être un « film du présent ». Pour choisir les personnes interviewées dans le documentaire, elle a fait en sorte qu’elles puissent se détacher du passé et avoir un regard sur le sujet orienté depuis le présent. Ainsi, aucun des témoins sauf un ne milite dans une association mémorielle. Remedios Malvárez est entrée en contact avec ces personnes grâce au bureau de mémoire historique et démocratique présent dans la Mairie de Séville, où les particulier peuvent donner un échantillon de leur ADN pour contribuer à l’identification des victimes de la dictature, et engager des démarches pour localiser leurs proches. 

Conclusion:

Au cours de cette journée d’études, les intervenants et le documentaire projeté ont pu mettre en lumière un phénomène passé encore peu connu en Espagne, et encore moins en France: les fosses communes. Le public a pu observer, après avoir été informé sur l’aspect historique, comment certains artistes traitaient ce passé afin de faire prendre conscience au plus grand nombre de la présence de fosse commune en Espagne. La journée d’études avait aussi pour but de faire comprendre au public l’importance de la mémoire collective, dans un cas précis (les fosses communes durant le franquisme) mais aussi de manière générale. Cette journée a été intégrée, au moyen d’un partenariat avec le Rectorat d’Aix-Marseille, au plan de formation continue des enseignants du second degré de l’Académie, ce thème présente en effet un intérêt éducatif non seulement en Espagne, ou il est encore très peu exploitée dans le milieu scolaire, mais aussi en France où l’histoire étrangère, et ici espagnole, est méconnue par un très grand nombre.



Citer ce billet
Laurie Rouit (2023, 5 juillet). Images du Franquisme dans l’Espagne contemporaine: compte rendu de la journée d’études. Papel y Pantalla. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t3y2

Laurie Rouit

Étudiante en deuxième année de Master LLCER Études hispaniques et latino-américaines.

More Posts

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search