Mon expérience d’assistante de langue

Ma famille paternelle étant originaire de València, c’est tout naturellement que le choix de cette ville s’est imposé à moi pour y réaliser mon annÉe d’assistanat. J’ai eu la chance d’être acceptée dans un établissement se situant, non seulement dans la ville de mon choix, mais en plus dans le quartier où vit ma famille, à Torrefiel. Même s’il a été difficile de quitter la France et mes proches, l’opportunité de pouvoir travailler dans un environnement qui m’est familier m’a grandement motivée à faire mes valises et partir… 

L’établissement et sa situation

L’IES (Institut d’Éducation Supérieur) José Ballester Gozalvo se situe donc à Torrefiel, quartier populaire du nord de València, dans lequel 600 adolescents suivent leur scolarité. C’est la première fois que l’établissement reçoit un auxiliaire de conversation de français, et j’ai été extrêmement bien accueillie par l’ensemble de l’équipe pédagogique ainsi que par les élèves, à la fois contents et intrigués par ma venue.

Activités pédagogiques : cours, création de supports, animation d’activités, matériel

J’interviens depuis octobre dernier, dans une douzaine de classes allant de 1ESO (équivalent de la 5ème en France) jusqu’au segundo de bachillerato (terminale), au rythme de 16 heures par semaine. Le nombre d’heures peut paraitre léger, mais la préparation des cours en amont et le travail de suivi développé chez soi prend énormément de temps. J’apprends à varier et adapter les activités, les sujets, les thématiques, les supports ainsi que le matériel pédagogique afin d’intéresser les élèves, tout en m’adaptant à leur programme ainsi qu’au niveau de chacun.

Mon travail se fait en collaboration avec trois enseignants : le directeur du département de français, ainsi que deux jeunes professeures de 26 ans et 27 ans. Tandis que certains me guident dans le choix des thématiques, des modalités pédagogiques de mes interventions et des activités à réaliser, me considérant réellement comme une assistante, c’est-à-dire une aide, d’autres me laissent une totale liberté concernant le choix des thèmes abordés, du déroulement de la séance, et me permettent d’offrir un cours comme si j’étais une professeure à part entière. Ces deux modalités me conviennent parfaitement car je dispose d’une part d’une grande marge de créativité et d’autre part, d’une forme d’encadrement. Ces deux approchent s’articulent de manière harmonieuse et me permettent d’acquérir et de développer des connaissances et des méthodes d’enseignement que je pourrai transposer dans ma future pratique professionnelle.

Ainsi, nous avons proposé aux élèves des activités variées allant des quizz de culture générale française et divers jeux de société, en passant par des exercices plus traditionnels de grammaire et de conjugaison, jusqu’à la réalisation de podcasts, de petites pièces de théâtre, de débats sur des sujets d’actualité, et même des ateliers karaoké.

Le département de français : une équipe pédagogique en mode projet

Le département de français est très dynamique : en plus des enseignements sous forme de cours, l’équipe pédagogique a créé une page Instagram et organise régulièrement des activités originales telles que des sorties cinémas, des concours et chaque année un voyage d’études en France. Pour ma part, j’ai animé un atelier “crêpes” avant les vacances de Noël et participerai à un voyage d’études à Chambord et à Paris.

De manière à promouvoir le lycée et attirer une population d’élèves en provenance d’autres quartiers, le département de français a pour projet de mettre en œuvre le dispositif « bachibac » qui prévoit le passage du bac en français.

J’ai rencontré une équipe pédagogique très soudée, chaleureuse, investie à 100% dans son travail et à l’écoute des élèves.

Chaque jeune est considéré, pris en compte dans son parcours, ses potentiels et ses difficultés. Les apprentissages se déroulent dans une bonne ambiance, car chaque enseignant est garant de la bonne ambiance de travail.

Les élèves et leurs trajectoires de vie

Établissement public situé en banlieue, l’IES José Ballester Gozalvo a pour caractéristique d’accueillir un public très varié et parfois seulement de passage. Torrefiel est en effet, un quartier récepteur et intégrateur de populations immigrées. 

La majorité des élèves sont issus de l’immigration, et viennent le plus souvent d’Amérique Latine (majoritairement Colombie, Bolivie, Equateur), du Maghreb (Algérie, Maroc), d’Afrique (Sénégal, Soudan, Côte d’Ivoire), des pays de l’est (Roumanie, Slovénie), et même des élèves palestiniens, originaires de Gaza. 

L’établissement accueille ainsi des élèves de toutes origines et de toutes confessions, et les professeurs de FLE mettent cette mixité culturelle à l’honneur dans leurs cours. Si cette dernière fait la richesse de l’établissement, elle entraine aussi certaines difficultés auxquelles je me suis confrontée. Par exemple, récemment deux nouveaux élèves sont arrivés au lycée : l’un vient du Soudan et ne parle qu’arabe et l’autre vient du Sénégal et ne parle que wolof. Cette barrière de la langue a été et est toujours un obstacle lorsque je dois communiquer avec ces élèves, car ils ne maitrisent ni l’anglais, ni l’espagnol, et encore moins le français. Il a donc fallu mettre en place, à l’aide des élèves et des professeurs, des stratégies afin de faciliter les échanges. Ainsi, une grande partie des élèves parlant arabe, ce sont eux qui s’occupent de traduire les consignes au jeune soudanais, qui malgré ses lacunes dans la plupart des matières, progresse de jour en jour. En revanche, avec l’élève parlant seulement wolof, la communication est souvent impossible, et tous nos efforts n’ont pas suffi à nouer contact avec lui, ce qui m’a confrontée aux sentiments d’échec et d’impuissance à plusieurs reprises. L’établissement envisage de donner des cours d’espagnol supplémentaires à tous les nouveaux arrivants afin de les aider au mieux. 

Le lycée compte aussi parmi ces élèves des situations particulières: telles que des élèves en proie à de grands retards et difficultés, aux situations familiales compliquées, à des troubles du comportement ou porteurs de pathologies entraînant des situations de handicaps : c’est le cas de certains élèves atteints d’autisme Asperger par exemple.

Quelques notes personnelles

À ce stade de mon expérience, je retiens la grande solidarité qui existe entre les élèves et qui est encouragée par l’équipe enseignante. Au-delà des enseignements et des programmes, l’IES Ballester, de part son brassage de populations, offre aux jeunes scolarisés un apprentissage de la tolérance, du respect de l’autre et se révèle être une véritable fenêtre sur le monde.

En ce sens, ce que je découvre avec cette expérience d’assistanat, confirme mon projet professionnel : ce qui me plaît dans l’enseignement d’une langue, de cultures et de civilisations, c’est aussi de contribuer à l’éducation et la formation de jeunes citoyens du monde.

Ce que je vais devoir travailler, à présent, c’est le lien d’attachement que je peux ressentir à l’égard de ces adolescents : comment préserver une distance nécessaire et les limites de la relation enseignant-enseigné, notamment lorsque ces jeunes ont déjà des parcours de vie si complexes ?

Une première réponse se trouve dans la force de l’équipe enseignante.

J’ai en effet trouvé une équipe soudée, des enseignants engagés, qui partagent les situations de travail et s’entraident. Il semble que cela soit une clef essentielle pour garantir un enseignement de qualité, dans une ambiance agréable pour tous.

En guise de conclusion… provisoire

Ces trois premiers mois d’assistanat m’ont permis de mettre en pratique les enseignements que j’ai reçu dans le cadre de mon option FLE de licence et de m’ouvrir à de nouvelles perspectives : enseigner en qualité de professeure de FLE en Espagne. Je retiens également l’intérêt et la motivation des élèves pour la culture française, clef d’entrée pour l’initiation et la pratique de notre langue.



Citer ce billet
jcollvasquez (2022, 2 janvier). Mon expérience d’assistante de langue. Papel y Pantalla. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t3wx

jcollvasquez

Étudiante en Master 2 Études hispaniques et latino-américaines.

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search