Maternité, secrets et mémoire dans ‘Madres Paralelas’, le dernier long métrage de Pedro Almodovar (2021)

Affiche promotionnelle du film Madres Parelelas de Pedro Almodovar (2021)

Dans le Madrid que nous connaissons, s’entrecroisent les chemins de deux femmes que tout semble opposer : Janis, photographe d’une quarantaine d’année accouche le même jour qu’Ana, une jeune femme à peine majeure, encore biberonnée par sa mère. L’une désire cet enfant, prête à perpétuer la tradition familiale « Je serai , dit-elle, comme toutes les femmes de ma famille, une mère célibataire, comme l’a été ma mère, puis ma grand-mère ». L’autre, la plus jeune, semble ne semble pas être capable de porter tout le poids des responsabilités qui incombent à une mère. Le thème de la maternité se mêle à une revendication sociale forte : l’exhumation de corps enfouis dans des fosses communes datant de l’époque de la Guerre Civile espagnole dans le village d’origine de Janis, à la recherche de la dépouille de son grand-père maternel.

Comme très souvent, Almodovar nous raconte une histoire de femmes aux destins hors du commun, porteuses de valeurs fortes et symboliques. On retrouve cette « signature » propre au réalisateur espagnol dans le choix des actrices, les fameuses « chicas Almodovar », incarnées par Pénélope Cruz et Rossi de Palma, mais aussi dans les décors travaillés, l’utilisation des couleurs, la prépondérance du rouge… Autant d’éléments qui ancrent le récit cinématographique dans cette « couleur locale » almodovarienne, tout en revendiquant tout le poids de la culture espagnole. En effet, nombreux sont les détails qui permettent au spectateur de ressentir l’exotisme de la culture ibérique : une reproduction d’un tableau de Sorolla accroché dans le salon de l’appartement de Janis, la recette de la tortilla transmise à Ana, les tranches de jambon de pays et le verre de Rioja pour l’apéritif avec Arturo… La gastronomie, l’art, tout semble ne faire plus qu’un afin de créer cette patte artistique propre au célèbre réalisateur madrilène.

Madres paralelas c’est aussi un film sur le secret. Un secret entretenu par Janis, qui découvre que la fillette qu’elle élève n’est pas sa fille. Par malheur, sa fille biologique, alors élevée par Ana, décède subitement dans son sommeil. Rongée par le poids du secret, elle décide de révéler la véritable identité de la fillette à la mère endeuillée.

Pour se faire, elle élabore un stratagème : elle propose du travail à Ana en tant que nourrice et aide-ménagère, afin de rapprocher les deux être qui avaient été séparés il y a des mois de cela à l’hôpital.

Contre toute attente, une romance nait entre Janis et Ana, qui nous apparait beaucoup plus masculine avec sa coupe à la garçonne et ses cheveux blonds décolorés. Pionnier dans le cinéma lesbien des années 90, Almodovar renoue avec des thèmes qui lui sont chers en mettant en scène ce couple de femmes.

Photogramme du film Madres paralelas (2021) : La préparation de la tortilla.

La filiation est une autre dimension fondamentale mise en scène par Almodovar. On perçoit en toile de fond, au-delà du récit personnel et intime de la maternité des deux protagonistes féminines, un autre accouchement ; celui du devoir de mémoire quant aux laissés pour compte du franquisme. La filiation n’est pas qu’une histoire de transmission génétique, c’est aussi dans le film le récit d’un passé douloureux commun à des millions d’espagnols qui n’ont pas encore fait le deuil d’un parent assassiné et jeté dans une fausse commune. La mort, le passé, n’ont jamais été aussi vivants. On dénombre aujourd’hui 4000 fausses du même genre que celle présenté dans le film. Environ 100 000 restes humains doivent encore être exhumés en Espagne. Cette prise de conscience dans le film montre à quel point la question de l’apprentissage est important : Janis vit aux rythme des rendez-vous avec l’anthropologue chargé de mener à bien l’excavation des corps, elle connait son histoire et celle de son pays et se charge de la transmettre à Ana, qui ne sait rien de l’histoire nationale. La transmission revêt plusieurs formes dans le film ;

  • Tout d’abord, le spectateur est confronté à la transmission d’un récit intime et personnel à travers les photos de famille de Janis présentées comme un arbre généalogique.
  • Ensuite, puisqu’il est question de maternité, il est aussi question de la transmission de gènes, de traits physiques propres aux ancêtres du nouveau-né.
  • Enfin, en assistant à l’excavation des dépouilles des hommes tombés sous Franco dans le village d’origine de Janis, Ana, Cecilia (sa fille) et les personnages présents ainsi que les spectateurs, assistent à un événement historique. La transmission du savoir relatif au devoir de mémoire devient Histoire.

Mon point de vue personnel sur le film:

De manière générale, le film m’a plus, même si à certains moments certains choix m’ont semblés faciles et quelque peu stéréotypés. Cependant, pour le simple fait d’y retrouver des actrices phares, des décors millimétrés et somptueux, et pour écouter de l’espagnol, je vous conseille d’aller le voir.

Actuellement au cinéma Mazarin.

Lien pour voir la bande annonce du film : https://www.youtube.com/watch?v=fahQARfx6EM

Inès Prin-Clary

Etudiante en deuxième année de master en recherches hispaniques et latino-américaines à la faculté d'Aix-Marseille.

More Posts


Inès Prin-Clary

Etudiante en deuxième année de master en recherches hispaniques et latino-américaines à la faculté d'Aix-Marseille.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search