La huella del Franquismo y de la Guerra Civil en el espacio público de la ciudad de València (1975-2016)

Mémoire de M1 LLCER PT EHLAM de l’Université d’Aix-Marseille, rédigé par Chloë Bodji, sous la direction de  Severiano ROJO HERNANDEZ.

Soutenu le 23 septembre 2021, devant un jury composé de Severiano ROJO HERNANDEZ et Pierre LOPEZ.

Résumé: Ce mémoire prétend analyser l’évolution des politiques mémorialistes et la place qu’a occupée la mémoire de la Guerre Civile dans l’espace public sous la dictature de Franco, afin de les comparer avec celles de la période démocratique post-dictature dans la ville de València.

On en trouvera la contextualisation méthodologique et historique dans le billet “La présence du franquisme dans l’espace public espagnol: notes autour d’une recherche à Valence“.

La plaque qui mentionnait l’hommage “a los caídos por Dios y par España” a été recouverte d’une plaque vierge, rendant impossible l’identification de l’origine du monument. Photo: Chloë Bodji, 2020

Que questionne ce sujet? 

Ce mémoire prétend faire un parallèle entre ce qu’il reste des lieux de mémoire franquistes et les lieux de mémoire républicains créés après la dictature. Cependant, au-delà du rapport qu’entretiennent l’Espagne et la ville de Valence avec leur passé, le sujet choisi invite son lecteur à se questionner lui-même sur les rapports qu’il entretient aussi bien avec son histoire personnelle, familiale, qu’avec l’histoire de son pays. Ce travail invite tout lecteur, quelles que soient ses connaissances sur la Guerre Civile espagnole, à s’interroger sur le rôle de la mémoire dans nos sociétés contemporaines, et les positions qui doivent être prises ou non à son propos, sur qui doivent être les acteurs de ce travail de mémoire: les pouvoirs publics? Les associations? Les universitaires? En résumé, ce qu’il faut retenir de ce mémoire, ce n’est pas seulement la comparaison de ce qu’il reste dans l’espace public des lieux de mémoire franquistes et républicains, mais quelle place nous accordons à la mémoire dans nos sociétés, à travers l’exemple de Valence.

Le mémoire 

Il s’articule autour de trois axes afin de se centrer petit à petit sur le cœur du sujet : la question de la mémoire à València dans l’espace public. Il a donc fallu avant tout mettre en avant les problématiques soulevées par la question de “mémoire”, et d’autant plus quand on l’applique à l’espace public. Une fois mises au jour les contradictions de la mémoire, ce travail essaie de définir quelles ont été les politiques mémorialistes menées par le gouvernement de Franco par rapport à la Guerre Civile, et plus précisément à l’espace occupé par cette mémoire dans l’espace public, afin de les comparer dans une troisième partie à celles de la ville de València depuis la Transition Démocratique

Ce travail s’appuie sur les différentes publications scientifiques antérieures, et notamment sur le travail de Paloma Aguilar Fernández, pionnière dans le domaine des politiques mémorialistes de Franco et de la mémoire de la Guerre Civile. En ce qui concerne le cas plus précis de València, j’ai choisi quelques lieux symboliques, comme la Puerta del Mar évoquée dans cet article. Etant donné que je me trouvais dans la ville-même, j’ai pu bénéficier des archives municipales de València  pour établir l’historique de ce monument. Au fur et à mesure de mes recherches, j’ai pu trouver des publications propres à la mémoire démocratique de le ville, un travail de recherche mené en grande partie par l‘Universitat de València. Grâce à ce travail, le mémoire présente comment s’est développée la mémoire démocratique à València, mémoire qui revendique le moment où la ville a accueilli le gouvernement de la Seconde République (et de façon plus générale revendique l’identité républicaine). Ce travail de mémoire a également la volonté de s’inscrire dans l’espace public, en établissant par exemple une “route de la mémoire”, qui parcourt les lieux emblématiques de cette période. 

En annexe de ce mémoire, on retrouvera des archives de la construction de la Puerta del Mar, mais aussi un travail de cartographie, qui vient matérialiser les anciens lieux de mémoire franquistes, telles que des monument sou des rues portant le noms de partisans du franquisme, ainsi que les lieux mentionnés dans la “route de la mémoire”.

Lire le billet “La présence du franquisme dans l’espace public espagnol: notes autour d’une recherche à Valence



Citer ce billet
Chloë Bodji (2021, 4 novembre). La huella del Franquismo y de la Guerra Civil en el espacio público de la ciudad de València (1975-2016). Papel y Pantalla. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t3w1

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search