Le diagrammatisme du signe en question

« Il n’y a rien de plus profond dans un langage que sa surface : pour qui sait la regarder, elle est la traduction  même de ce qu’il est en profondeur. »1

Mémoire de M2 EHLAM réalisé par Rawaa TALIB

Sous la direction de Stephane PAGÈS

Soutenu le 2 juillet 2021 devant un jury composé de Sophie SAFFI, Michel JONIN et Stephane PAGÈS

Mots-clés: Linguistique, phonosymbolisme, submorphologie, cognématique, Théorie de la saillance.

Résumé : La question de l’origine du Langage ainsi que de la nature de la relation entre les mots et les idées ne date pas de quelques siècles mais de quelques siècles avant Jésus-Christ. Aujourd’hui, de nouvelles hypothèses et théories apparaissent et les thèses, articles et ouvrages de linguistique sur le rapport entre sens et forme pullulent.
Notre travail questionne l’hypothèse de recherche d’une enseignante-chercheuse sur la création du sens dans les unités phraséologiques animalières et en propose un dépassement.

Resumen: La concepción del signo lingüístico de Saussure siempre ha sido el punto de vista del lenguaje privilegiado académicamente. Consiste en afirmar el carácter arbitrario del vínculo entre significado y significante.
No obstante, en las últimas décadas, el desarrollo de las teorías de la “lingüística del significante” y del fonosimbolismo han ido cambiando las opiniones.
Nuestra tesina cuestiona uno de los trabajos de una Profesora-Investigadora, que presenta una teoría sobre la creación del sentido en las unidades fraseológicas.

La présentation de l’hypothèse

L’enseignante-chercheuse s’appuie sur l’étude de quelques unités phraséologiques de l’espagnol et du français en avançant l’idée que celles-ci peuvent s’expliquer par la structure submorphémique des signifiants qui les constituent ainsi que par les réseaux analogiques que ces mêmes signifiants permettent de former autour d’eux sur un plan conceptuel.

Voici un exemple des réseaux conceptuels qu’elle a pu tirer d’une des expresions:

Pour Tener la mosca detrás de la oreja, qui est l’équivalent espagnol de Avoir la puce à l’oreille, elle présente la glose définitoire proposée par la RAE : « estar escamado, sobre aviso o receloso de algo » et décèle donc une matrice submorphémique commune : (M-S-K) pour mosca et (S-K-M) pour escamado ainsi que tout un réseau analogique qui se construit autour de cette matrice qu’elle lie incontestablement, en s’appuyant sur plusieurs travaux, à la méfiance et aux soupçons.

Le plan du memoire

Dans une première partie intitulée « Sur une hypothèse d’étude » nous avons exposé et expliqué l’article dans lequel Marine Poirier a formulé son hypothèse d’étude, qui interroge le mode de production et d’émergence du sens et qui s’inscrit dans une linguistique du signifiant adoptant une approche énactive de la parole.
Nous y avons aussi consacré une section spécifique à l’inconscient et à son rôle dans l’engendrement du sens, et nous nous sommes basé pour cela, sur les travaux de Michel Arrivé, de Freud (à travers les écris de Assoun Paul Laurent), de Lacan et du dernier ouvrage de Bravo. ((Frederico Bravo, Linguisteries, pour une grammaire des affects, 2021))
À la fin de cette première partie, nous avons proposé une exégèse critique dans laquelle nous avons exposé la démarche analytique de Poirier en soulignant ses limites. 

La deuxième partie est intitulée « L’émergence du sens, cadre théorique ». Il s’agissait d’y préciser de manière approfondie le cadre théorique de ce mémoire qui fait la part belle à la théorie de la saillance de Grégoire. Nous y avons traité aussi la théorie des cognèmes de Bottineau et enfin, la psycho-phonétique ou phonosymbolisme de Fónagy, Nobile, Contini et Bidaud pour ne citer qu’eux. 

Enfin, la troisième partie intitulée « Le lexique au prisme submorphologique » a été le cœur de notre travail. Il s’agissait de notre propre travail d’analyse qui a consisté à tester et approfondir la théorie linguistique de Poirier qui ne représente qu’un article. 
Cette partie a été analytique et personnelle, une pure application de la théorie soumise à un regard, notre humble regard critique. L’appui textuel a été exclusivement sous forme d’unités phraséologiques. Cependant, nous ne nous sommes pas contenté seulement d’expressions figées animalières, comme dans l’article de Poirier ; nous y avons varié le type d’expressions (animalières, somatiques, etc.). 


Notre analyse d’un des groupes d’unités phraséologiques
en guise d’illustration

Hablar por boca de ganso, littéralement « Parler d’une bouche d’oie », comporte la composante animalière « ganso » en position de déterminant du nom « boca » qui précise la manière dont une personne parle. 
Des sites de vulgarisations expliquent l’expression de par l’analogie du son qu’émettent les oies en s’imitant les unes les autres. Ainsi, de la même manière qu’une oie (ganso) imite sans raison les sons émis par ses congénères, une personne qui répète les idées de quelqu’un d’autre sans en comprendre le sens ou en être convaincue le fait por boca de ganso

Unité phraséologique espagnoleHablar por boca de ganso
Éléments submorphémiques structurantsPhonèmes : /b/ /p/ /b/ /k/ /g/ récurrence du trait occlusif Saillance :  Gans-
Définitions Juan Gil: «referencia a los chicos jóvenes que hablan por boca de su ayo o preceptor, conformándose con su opinión y criterio, o repitiéndolos mecánicamente».  Léxico: “decir (una persona) lo que otra ha dicho o ha sugerido. Decir tonterías”.  DiLEA: «decir lo que otra persona ha sugerido». 
Réseau analogique (niveau conceptuel)Repetir – Tragar, Necedad, Tontería
Traduction française Parler avec/par/d’une bouche d’oie / parler comme un perroquet

Les gloses dictionnairiques reprennent l’idée d’imitation; or, on peut souligner que l’expression est structurée par un procédé d’allitération occlusive.
En effet, au niveau du signifiant, on peut observer la forte composante occlusive /b/, /p/, /b/, /k/, /d/, /g/ ; et cette réduplication ne concerne pas seulement le trait occlusif mais aussi les phonèmes vocaliques avec quatre récurrences de la voyelle centrale /a/ et trois occurrences de la voyelle vélaire /o/. 

On retrouve donc au niveau submorphémique du signifiant de cette expression une répétition qui se trouve aussi dans son sens qui renvoie justement à l’idée d’une répétition oiseuse et sans discernement. 

De plus, si l’on prend en compte l’idée de quelqu’un qui est crédule et qui « gobe » tout, on observe qu’en espagnol, l’idée de « gober » peut tout à fait s’exprimer à travers le verbe « tragar »; or justement, le mot qui désigne l’animal en question et le verbe ont en commun l’occlusive vélaire /g/ en position explosive.

 Par ailleurs, et en plus de l’idée de répétition, le signifiant de l’expressions figée hablar por boca de ganso contient une saillance qui a déjà été étudiée par Grégoire et qui, selon lui, est associée à l’idée de gaucherie.

L’animal est donc clairement associé à la sottise, et ainsi, il est logiquement possible de dégager un réseau de mots dérivés comme « gansada » et « gansear ».
Enfin, un autre signifiant pourrait rejoindre ce réseau : il s’agit du substantif « asno » ; en effet, malgré l’absence d’occlusive en début de mot, il n’en reste pas moins une forme partiellement anagrammée de « g-anso » de sorte que, selon une approche diagrammatique (tant du signifié que du signifiant), cela permettrait d’expliquer qu’il s’insère dans le réseau connotatif de la sottise (grâce à sa deuxième acception de la RAE).



Citer ce billet
Rawâa (2021, 31 décembre). Le diagrammatisme du signe en question. Papel y Pantalla. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t3ww

  1. Chevalier Jean-Claude, Launay Michel, Molho Maurice, “Le signifiant”, In Langages, 21ᵉ année, n°82, 1986, p. 96 []

Rawâa

Titulaire du Master-Recherche "Études hispaniques et latino-américaines"

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search