« Sorolla, Femenino plural » : une exposition d’un autre genre à la maison-musée du peintre à Madrid

Du 22 septembre 2020 au 10 janvier 2021, l’exposition « Sorolla, femenino plural » est ouverte au public au sein de la maison-musée du peintre Joaquín Sorolla y Bastida, située à Madrid. Les femmes sont au cœur de cette exposition et à cette occasion deux conférences ont été tenues les jeudi 19 et vendredi 27 novembre. La première présentée par Lorena Delgado Bellón visait à contextualiser l’œuvre et la vie du peintre, tandis que la seconde intitulée “Mucha mujer. Modelos femeninos en la pintura de Sorolla” et dirigée par Consuelo Luca de Tena, analysait sa production picturale ayant pour protagonistes les femmes.

Joaquin Sorolla, né le 27 février 1863 à Valencia et mort le 10 août 1923,  était un grand observateur et admirateur des femmes qui occupent une place importante dans son œuvre picturale. En effet, dans la production de Sorolla les femmes sont individualisées, ce sont des personnages concrets qui ne sont pas traitées comme un être abstrait et universel. D’abord représentées selon les thèmes traditionnels de l’époque –les femmes au sein du foyer, les femmes travaillant aux champs, ou encore les femmes déchues, tombées en disgrâce –, les femmes peintes par Sorolla illustrent également une nouvelle image de la « femme moderne » nouvellement inscrite dans le monde du travail en tant qu’actrice, dramaturge, chanteuse… En effet, grand moment de libéralisation des femmes, le XIXe siècle voit dorénavant les femmes, qui ne sont plus circonscrites à l’espace privé, faire partie du tableau de la vie publique et moderne. 

L’exposition « Féminisme pluriel » s’articule autour de quatre grands axes qui permettent de mettre en lumière les différentes thématiques traitées par le peintre dans son œuvre quant à la représentation plurielle des femmes.

« Histoire, mythologie et autres prétextes »

Premier aspect mis en avant dans cette exposition, « Historia, mitología y otros pretextos » permet de voir que la représentation de la femme passe par le nu dans la jeunesse du peintre. Cette pratique picturale, qui est un passage obligé dans la formation des jeunes peintres, trouve son inspiration dans la myhtologie et l’histoire puisqu’elle vise d’abord à évoquer le monde gréco-romain, puis à représenter l’imaginaire orientaliste sous l’influence du romantisme (scènes de harems avec des odalisques…). La pratique du nu de Sorrolla passe d’abord par la représentation sensuelle du corps de la femme (qui n’est pas encore entièrement nu), comme on peut le voir dans sa Mesalina en brazos de un gladiador (1886). Mais peu à peu la symbolique mythologique de l’Antiquité et de l’Orient a été remplacée par le thème de la modèle nue dans le studio du peintre, thème que l’on retrouve provocant et sensuel chez Sorrolla dans un tableau où il peint sa femme, Clotilde : Desnudo de mujer (qui rappelle vivement la Venus del espejo de Velázquez).                                                           Chez Sorrolla la représentation du corps de la femme ne passe pas forcément par la volonté de représenter un corps parfait et idéalisé. Au contraire: avec sa touche impressionniste, Sorolla essaie seulement de peindre avec réalisme ces corps nus en laissant de côté la scénographie et les artifices.

« Mujeres del pueblo »

L’apparition des « mujeres del pueblo » marque un tournant dans la production de Sorolla, surtout lorsqu’il se trouve à Asís, où le peintre va chercher un style qu’il va finalement trouver dans la représentation simple et directe de ce qui l’entoure : les villageoises dans les champs, des femmes de condition sociale modeste et/ou rurale. À la même époque, pour survivre, Sorolla se consacre à la réalisation de petites scènes de genre « costumbristas » où les femmes valenciennes occupent une grande place. Ces protagonistes représentées au sein du foyer correspondent aux stéréotypes de la femme pieuse, travailleuse, et mère avant toute autre chose. Sorolla ne montre que rarement la difficulté de la vie rurale et les scènes représentées sont souvent bucoliques, champêtres et pittoresques.

C’est dans les années 1890 que l’on voit émerger la veine du réalisme social dans l’œuvre de Sorolla. Sa peinture la plus représentative de cette période est Trata de blancas, qui aborde le sujet des femmes « déchues » avec la volonté de montrer la condition de ces femmes qui vivent dans la misère et se voient obligées d’officier en tant que prostituées.

« Trabajadoras y madres »

Les travailleuses dépeintes dans l’œuvre de Sorolla peuvent être des repasseuses, des serveuses, des prostituées… jusqu’en 1910, les Espagnoles ne pouvaient pas accéder à l’éducation supérieure et le droit de vote ne leur a été concédé qu’en 1931 en Espagne, un progrès que Sorolla n’a pas pu connaître. Mais les valenciennes sont ses véritables héroïnes populaires. Ces pêcheuses qui s’occupent de leurs enfants sur la plage, qui attendent le retour des hommes ou déchargent leurs paniers pour aller vendre le poisson sur les marchés sont les protagonistes de tableaux gais et lumineux, tels la célèbre Pescadora valenciana de 1908. Ces femmes sont monumentales, puissantes et fortes, malgré la peur qui les habite de ne jamais voir revenir leurs maris sortis en mer, comme la très inquiète Pescadora con su niño.  

De manière toujours très édulcorée, Sorolla a également peint des femmes andalouses. Tout en s’éloignant des stéréotypes attribués aux femmes gitanes (insignifiantes, voleuses…), Sorolla rend à ces femmes leur dignité à travers des toiles comme dans María la Guapa ou Joaquina la gitana.  

« Elegantes y modernas »

Grâce à ses talents de portraitiste, Sorolla a pu compter parmi ces modèles des femmes issues de l’aristocratie, de la bourgeoisie, mais également des actrices (María Guerrero), des parolières célèbres, des chanteuses (comme Lucrecia Arana, Raquel Meller  fin de l’expo avec une magnifique robe blanche, un blanc sorollesco mêlé de bleus / roses et mauves) et des auteures (comme Emilia Pardo Bazán). À l’époque de Sorolla, on accorde beaucoup d’importance à la mode et à l’élégance. Aussi, le peintre catalan va choisir des modèles élégants comme María Angeles de Beruete y Moret. Ces sujets élégants permettent au peintre de travailler les tissus et les matières comme la soie et la dentelle ainsi que les pierres et les bijoux, tant de détails qui démontrent la grande maîtrise technique du peintre.

Au vu des conditions actuelles (la COVID19) le musée a rendu possible la visite virtuelle de l’exposition et a mis en ligne l’enregistrement des conférences tenues, pour le plus grand plaisir du public. Je vous invite d’ailleurs à aller les consulter pour découvrir sous le pinceau impressionniste du peintre une autre façon de représenter les femmes au XIXe siècle.  

Pour voir l’exposition virtuelle c’est par ici :  https://www.youtube.com/watch?v=Vl0TH4taOV0

Pour voir et revoir la conférence de Consuelo Luca de Tena, “Mucha mujer. Modelos femeninos en la pintura de Sorolla”, cliquez ici :  https://www.youtube.com/watch?v=u1fGtc9HouY


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search