La série « Las Chicas del Cable » ou le reflet d’une Espagne féministe et engagée

Las Chicas del Cable es una serie protagonizada por mujeres, pero que no es sólo para las mujeres”

Blanca Suárez, actriz
Youtube, bande-annonce de Las Chicas del Cable (2017)

Las Chicas del Cable (Les demoiselles du téléphone en français) est la première production espagnole de la célèbre plateforme américaine de visionnage de films et séries en ligne Netflix. Diffusée depuis 2017, elle ouvre ainsi l’ascension des séries espagnoles mondialement connues de la plateforme. Crée par Ramón Campos et Gema R. Neira, la série place au cœur de son intrigue la lutte féministe. Nous nous retrouvons alors plongés dans l’univers madrilène des années vingt aux côtés de Lydia (Blanca Suárez), Marga (Nadia de Santiago), Angeles (Maggie Civantos), Carlota (Ana Fernández) et Sara (Ana María Polvorosa), cinq femmes indépendantes et engagées dans une lutte acharnée pour faire valoir leurs droits. À leurs côtés, les figures masculines, si elles existent et jouent un rôle important au bon développement de l’intrigue, ne sont que des personnages secondaires. Toutes téléphonistes au sein de la Compagnie de Téléphone de Madrid, les héroïnes se retrouvent symboliquement dans un lieu propice au progrès, dans un premier temps technologique, qu’elles ne tarderont pas à étendre sur le plan social. 

Affiche promotionnelle à Madrid, Puerta del Sol, Auteur : Fred Romero, CC BY 2.0, source : Wikimedia Commons

« Femme » se décline au pluriel

Le ton féministe et engagé de la série apparait dès le titre. En effet, dans le discours populaire, nous avons tous tendance à parler de « la femme » lorsqu’on évoque des questions féministes. La série, en utilisant cinq femmes au cœur de son intrigue et en rappelant ce pluriel jusque dans son titre nous rappelle qu’être une femme n’est pas un modèle unique à suivre. En effet, Las Chicas del Cable représentent des types de femmes bien distincts, de sorte que chaque téléspectatrice peut aisément s’identifier à au moins l’une d’entre elles. Le message est clair : le modèle que la société d’alors voulait imposer aux femmes, celui d’épouse et de mère parfaite, n’était pas la seule voie possible qui s’offrait à elles. 

Une série historique ? 

La série, composée de cinq saisons dont la dernière a été diffusée par la plateforme en juillet 2020 mêle les aventures de ses héroïnes avec la scène historique. Nos cinq téléphonistes se retrouvent alors en pleine Guerre civile espagnole (1936) et la série met en scène prison de femmes, front de guerre, répression …  

Cependant, force est de constater que nous ne pouvons pas qualifier Les Chicas del Cable de série historique. En effet, les anachronismes et inexactitudes sont facilement repérables pour qui connait un tant soit peu l’histoire espagnole. À titre d’exemple, nous pouvons remarquer que la dictature de Miguel Primo de Rivera (1923-1930) n’est jamais citée dans les dialogues, bien que l’action soit censée se dérouler durant cette période.  Nous pouvons nous interroger sur la raison de ces coquilles. Si elles servent bien sûr au bon déroulement de la fiction et de la romance, elles nous poussent à nous interroger une fois de plus sur l’engagement féministe que souhaite faire partager la série. Ne pourrait-on pas y voir là une volonté de placer la lutte féministe dans une sorte d’atemporalité ? Si beaucoup de droits ont été acquis par les femmes depuis les années vingt (on voit notamment une scène où une des héroïnes ne peut pas disposer de son compte bancaire sans l’accord de son époux), la fiction nous pousse à nous interroger sur les progrès qu’il reste à faire au sein de notre société actuelle (la série traite par exemple des inégalités de genre au travail). 

 La cause féministe en Espagne 

Le fait que la première production espagnole originale Netflix décide de mettre en avant la cause féministe nous pousse à nous interroger sur la place qu’occupe ce phénomène dans la péninsule. La dictature franquiste a imposé pendant de nombreuses années un régime politique sexiste et c’est sans doute pour cette raison que l’Espagne s’affirme depuis plusieurs années comme un des pays européens les plus impliqués dans la lutte pour l’égalité des genres au niveau institutionnel et politique.  La sociologue et spécialiste du harcèlement et des violences de genre Laetitia César-Franquet affirme qu’ «au niveau législatif, l’Espagne est un modèle en matière de lutte pour l’égalité des sexes et l’éradication des violences liées au genre. Elle est largement en avance sur la France». En 1983 est créé l’Institut de la Femme (Instituto de la Mujer) qui est un organisme indépendant directement rattaché au Ministère de la Santé, ainsi qu’un ministère se consacrant à l’égalité en 2004, qui n’a pas son pareil en France. 

Tweeter, tweet de Pedro Sánchez, président du gouvernement, 8/03/2019

Aujourd’hui, le gouvernement affiche publiquement sa position féministe et engagée. En 2017, année de diffusion de la première saison de Las Chicas del Cable, les différents partis politiques (PP, PSOE) signent un pacte national contre la violence de genre comportant plus de 200 mesures pour faire cesser les violences faites aux femmes. C’est d’ailleurs un féminicide qui ouvre le premier épisode de la série, scène qui ne peut que ramener les spectateurs à l’actualité à laquelle nous sommes encore confrontés aujourd’hui. 

Las Chicas del Cable, série aussi divertissante que vectrice d’un véritable engagement social, nous semble alors être le reflet d’une Espagne engagée et féministe qui, par le biais d’une plateforme internationale telle que Netflix n’hésite pas à diffuser ses idées et à insuffler un esprit de révolte à ses téléspectatrices et téléspectateurs bien au-delà de ses frontières. 

Références bibliographiques :

eolivier

Étudiante en Master LLCER Études hispaniques et latino-américaines, passionnée par les cultures étrangères et les voyages. Diplômée d'une Licence LLCER Espagnol par l'Université d'Aix-Marseille.

More Posts


eolivier

Étudiante en Master LLCER Études hispaniques et latino-américaines, passionnée par les cultures étrangères et les voyages. Diplômée d'une Licence LLCER Espagnol par l'Université d'Aix-Marseille.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search