Mon expérience Erasmus à Cadix

Dans le cadre de la licence LLCER Espagnol j’ai effectué mon dernier semestre en Espagne, plus précisément en Andalousie, à Cadix. J’étais dans une ville d’environ 118.000 habitants, entourée par la mer, à 120 km de Séville. Pour ceux qui ne savent pas où est Cadix (honte à vous) voici une carte  :  

IMAGE 1.

Je suis arrivée à Cadix en février 2017, je suis allée à l’agence immobilière récupérer mes clefs et j’ai commencé ma vie d’étudiante Erasmus. Je suis restée en Espagne cinq mois et j’ai adoré chaque instant. Dans cet article je vais résumer et surtout conseiller les étudiant.e.s intéréssé.e.s par le projet de partir en Erasmus en Espagne. Quelques précautions sont nécessaires ! 
 

  1. Faire bien attention à l’endroit où on compte s’installer 

La plupart des étudiant.e.s Erasmus vivent dans la même ville où se trouve leur campus universitaire, c’est à mon avis, la meilleure chose à faire. Parfois les loyers sont un peu plus chers mais le gain de temps et parfois d’argent (le prix des abonnements mensuels de bus ce n’est pas gratuit hein !) est considérable. Mais avant de poser ses valises il faut déjà savoir où l’on va vivre et avec qui ! C’est là que je veux en venir : il faut faire très attention avec les annonces sur internet : de préférence il faudrait visiter l’appartement avant de vous y installer, rencontrer les colocataires en personne (ou échanger pas mal avec eux avant de venir en Espagne) et connaître vos propres limites (oui oui !). Par limites je veux dire qu’il faut savoir que si l’on est désordonné ou bien difficile à vivre il vaudrait peut-être mieux privilégier un appartement seul ou une chambre étudiante plutôt que de penser à la colocation.
Dernier point important, si l’on fait de la colocation avec des étudiant.e.s étranger.e.s (ce qui est bien pour être immergé à 100% dans la langue) on prend aussi soin de bien parler la langue et de la pratiquer au maximum pour être bien compris.e.s. Il faut aussi se renseigner sur les conditions météos de l‘endroit pour savoir à quoi s’attendre.  

Voici quelques liens utiles pour trouver un logement :  
https://www.idealista.com/es/  
https://www.pisocompartido.com/  
https://www.pisos.com/  
https://erasmusu.com/fr/  

  1. Arrêter avec l’utopie que la bourse Erasmus va tout prendre en charge

Triste réalité mais essentielle à connaître : il faut faire attention avec l’engagement financier que peut demander une mobilité Erasmus (que ce soit pour un an ou cinq mois). Selon la situation des étudiants les frais de prise en charge ne sont pas les mêmes, pour les étudiants boursiers la bourse est maintenue et pour les étudiants non boursiers il y a la bourse Erasmus d’environ 150€ par mois. Faut être réaliste, avec 150€ par mois on ne peut pas payer les courses et le loyer (même si on aimerait bien !), il faut alors compter sur soi (ressources des parents, économies, trouver un travail en même temps qu’Eramsus, etc) et apprendre à gérer son argent. Pour certains (moi par exemple) Erasmus c’était la première sortie de la maison familiale et ça m’a demandé une certaine maturité et une véritable responsabilité. Il faut donc s’organiser pour savoir trouver son appartement, savoir environ combien on va dépenser par mois (loyer, courses, électricité/eau, loisirs) et commencer à établir les fonds nécessaires. En plus, il faut préciser que la recherche pour le loyer est personnelle, ce n’est pas la mobilité qui trouve le logement !  
 

  1. Êtreextraverti.e

 Là c’est mon vécu qui parle. J’ai passé cinq mois à l’université à voir des français rester… avec d’autres français ! Tous les cours ils étaient ensemble, ils sortaient le soir ensemble, ils vivaient ensemble (voici comment gâcher son expérience Erasmus). Lorsqu’on fait une mobilité Erasmus il faut sortir de sa zone de confort et oser rencontrer d’autres personnes, généralement des camarades de cours, des copains de comptoirs, etc. Il faut oser sortir de chez soi pour parler la langue, pas juste l’entendre en cours ou l’écrire dans un e-mail. Il faut se créer un réseau d’amis qui permettra au fur et à mesure de découvrir de magnifiques endroits, corriger des fautes de langues et connaître les meilleurs bars à tapas du coin par exemple.    

Il faut absolument oser, surtout que si l’on a déjà fait l’effort de changer de pays ce n’est pas pour se cloisonner chez soi ! Au-delà d’une expérience pour consolider le niveau d’une langue c’est une découverte de soi, de ses peurs, de ses points forts ou faibles. C’est une manière de savoir comment créer du social autour de soi, il faut alors sortir : marcher à pied, aller dans des bars, aller au musée, au cinéma, à la bibliothèque et bien sûr à la fac !  

  1. Profiter de l’opportunité 

En plus de pouvoir rencontrer de nouvelles personnes tout en améliorant son niveau de langue, Erasmus c’est aussi une opportunité de découvrir des endroits magiques. Peu importe la région où l’on se trouve, c’est peut-être la dernière fois qu’on y sera alors autant découvrir un maximum de choses. D’abord on peut découvrir la région puis pourquoi pas voyager en train, en avion, en Blablacar et faire un roadtrip ! On peut découvrir les montagnes, la mer, des monuments, etc. Il faut oser découvrir les paysages naturels, la culture en elle-même : les fêtes nationales, les plats traditionnels. Chaque ville a sa propre richesse et il faut essayer d’en profiter au maximum (en plus, en 2018 bouger c’est vraiment simple avec Google Maps hein). Dans mon cas, l’Andalousie était riche et chaque ville que j’ai découverte était différente de l’autre, l’accent des personnes était différent, les plats, etc. En plus généralement le taux horaire des cours n’est pas très dense et permet des “minivoyages”.  

  1. Ne pas trop se reposer non plus…

C’est évident qu’il faut rencontrer des personnes pendant sa mobilité Erasmus mais il ne faut pas oublier que le but d’une mobilité Erasmus c’est de valider au moins un semestre universitaire (eh oui!). On ne doit pas oublier que ça reste une année universitaire et qu’on peut la valider mais aussi la rater ! Mon expérience m’a montré que beaucoup d’étudiant.e.s Erasmsus se reposaient sur leurs lauriers et finissaient par ne plus venir en cours, ils ont d’ailleurs fini par ne pas valider leur semestre (oui, il ne faut pas croire que tous les Erasmus valident tout!). On peut faire les deux : s’amuser et être sérieux. Généralement le système académique espagnol est très attentif aux élèves : on peut aller au tutorats des enseignants et parfois les modalités d’examens sont différentes pour les étudiant.e.s Erasmus ! Donc pas d’excuses, faut bosser quand même.  Le bonus d’Erasmus c’est que si on a vraiment bien bossé et qu’on a une bonne moyenne générale on peut avoir la mention, donc à ne pas négliger ! Parole d’une Erasmus qui a bossé pour avoir la mention et qui a beaucoup souffert pour valider une U.E d’histoire espagnole là-bas…  

En résumé, j’ai profité de mon expérience Erasmus pour consolider mon niveau d’espagnol et je n’ai pas regretté une seule seconde. C’est vraiment une expérience que je recommande car on apprends énormément sur soi-même pendant ces mois passés à l’étranger. En plus ça permet de prendre un certain recul et de réfléchir à ce que l’on voudrait faire dans la continuité de sa carrière professionnelle. Inutile de préciser que cette mobilité m’a fait rencontrer des tas de personnes intéressantes avec qui je suis encore aujourd’hui en contact.  

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search