Être musicien: Vocation ou profession?

Une réflexion sur la profession de musicien

Je suis Elizabeth López, une soprano ethnomusicologue spécialisée dans le répertoire traditionnel irlandais “Sean Nós Singing”, de l’Université de Limerick; Ireland (2012-2013) https://www.irishworldacademy.ie/. Pendant mes études en Irlande, j’ai été invitée au Gathering 2013, un événement national annuel qui promeut le folklore irlandais – musique, danse, gastronomie, entre autres – par le biais de divers festivals. Voici quelques extraits de mes performances musicales :

Participation au Gathering, Ireland. Marz-avril, 2013
Emigrant’s Farewell. Casa Teatro el Poblado. Medellín, Colombia, 2013
Graigie Hill con el grupo Aire Irlandés. Medellín-Colombia, 2014

Après avoir tenté pendant quinze ans de vivre de la musique sans avoir atteint une situation suffisamment stable, je propose ici une réflexion sur le métier de musicien et notamment dans le marché de la musique, depuis une perspective sociologique critique à la lumière de l’article de Pierre François “La vocation des musiciens : De l’illumination individuelle au processus collectif”, publié en 2009.

Être musicien : Vocation ou profession ?

Le fait que tout au long de l’histoire de l’humanité, le travail de la musique ait été assimilé à une tâche divine, a créé un mythe dans lequel la profession de musicien est comprise comme une affaire d’élite, un choix d’ordre étranger à l’humain (François, 2009, p. 165). Et ce mythe persiste dans le présent lorsque l’on croit que, contrairement aux professions établies, le métier de musicien est choisi pour une motivation poétique, abstraite, romantique ou même ésotérique qui retombe sur l’individu et le convertit comme par magie en musicien d’un instant à l’autre.

Contrairement à ce que le mythe nous montre, le musicien doit faire face à une formation longue et ardue – académique ou non – pour parvenir à la maîtrise de son instrument: le perfectionnement d’un instrumentiste est un travail inachevé.

Dans cette fiche synthétique, deux raisons sont invoquées pour expliquer le déséquilibre entre l’offre et la demande dans le domaine de la musique professionnelle.

Tout d’abord, lorsqu’il est prêt à offrir ses services, le musicien rencontre une difficulté sur le marché : ce qu’il offre est un service que tout le monde utilise, mais pour lequel presque personne n’est prêt à payer, c’est-à-dire une difficulté de la demande. Et il y trouve une différence avec les professions établies, qui offrent des services de base que le consommateur est non seulement prêt à payer, mais aussi obligé de faire.

Mais qu’est-ce qui motive un musicien à choisir sa profession ? Qu’est-ce qui le pousse à opter pour cette formation ardue, sachant que son travail professionnel sera tronqué par une question de faible demande ? (François, 2009, p. 165) La choisirait-il parce qu’une force étrangère le pousse à suivre son destin de musicien ? La réponse est non. Tout comme les professions établies, il existe un collectif qui influence la décision d’un musicien de poursuivre sa carrière professionnelle. Ce sont les professeurs, les parents et les premières expériences de leur travail musical qui interviennent dans cette décision (François, 2009, p. 168) et ces pressions extérieures constituent tout un engrenage qui, comme pour d’autres professions, est décisif pour leur avenir professionnel.

Une deuxième raison – et c’est un aspect que l’article de Pierre François n’aborde pas – est que tous ceux qui vivent de la musique ne sont pas des musiciens de formation académique, mais que beaucoup ont un talent intuitif, ce qui fait que le marché s’attache à payer non pas le musicien le mieux formé, mais celui qui est reconnu par les médias. Qu’advient-il du processus professionnel de ces musiciens qui n’ont pas de formation académique, mais qui parviennent à vivre confortablement de la musique grâce à la célébrité ? Pour répondre à cette question, on pourrait dire que parler de profession musicale ne renvoie pas à la relation directe entre la formation et l’exercice professionnel, comme c’est le cas pour les professions établies, dans lesquelles la formation académique est un facteur déterminant de la compétence professionnelle. Et c’est peut-être cette promesse de célébrité qui fait que de nombreux amateurs persistent dans leur tentative de recevoir un revenu important grâce à la musique qui leur permettra d’en vivre.

Référence bibliographique

FRANÇOIS, Pierre, “La vocation des musiciens : De l’illumination individuelle au processus collectif”, in Didier Demazière éd., Sociologie des groupes professionnels. Acquis récents et nouveaux défis, Paris, La Découverte, 2009, p. 165‑174. Disponible sur: https://www.cairn.info/sociologie-des-groupes-professionnels–9782707152145-page-165.htm

Elizabeth López

Étudiante de M1 Études Hispaniques et Latino-américains Aix-Marseille Université; passionnée par l'Ethnomusique.

More Posts


Elizabeth López

Étudiante de M1 Études Hispaniques et Latino-américains Aix-Marseille Université; passionnée par l'Ethnomusique.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search