« Aspects actuels de la linguistique comparée des langues romanes (espagnol, français, italien, portugais, roumain) ». Compte rendu du colloque Licolar 2020

Dans le cadre de sa promotion de la recherche sur des aspects de la linguistique romane dans une visée comparative, Sophie SAFFI, linguiste italianiste, et fondatrice de l’axe LICOLAR (Linguistique comparée des langues romanes) et Stéphane PAGES, linguiste hispanique et co-directeur du même axe, ont organisé un colloque les 4, 5 et 6 novembre, au sein du Centre Aixois d’Études Romane.

LICOLAR 2020 a été réalisé en collaboration avec l’association internationale de psychomécanique du langage, la Università Degli Studi di Napoli « l’Orientale », l’Équipe de Recherche Interdisciplinaire sur les Aires Culturelles (ERIAC EA 4705) de l’université de Rouen Normandie et enfin, le laboratoire Parole et Langage.

À l’occasion, se sont rassemblés divers intervenants (doctorants, professeurs émérites, professeurs des universités et maîtres de conférences) pour dresser un état des lieux de la recherche et des différentes approches linguistiques.

Le colloque s’est déroulé sur trois jours, il était prévu pour le 8, 9 et 10 juin 2020 mais étant donné le contexte de crise sanitaire, il a été reporté et a eu lieu de manière virtuelle, sur la plateforme de communication Zoom.

La diversité a d’ailleurs aussi été marquée au niveau géographique, avec les interventions de chercheurs provenant d’universités des quatre coins du monde: Brésil, Italie, Portugal, Espagne, Russie, Pologne, ainsi que de plusieurs universités françaises notamment celles de Paris (Sorbonne et Nanterre), Rennes, Nantes ou encore Rouen.

Les interventions centrées sur le domaine hispanique étaient les suivantes:

Stéphane PAGÈS (CAER, Aix Marseille Université, France), avec une communication intitulée « Analyse de l’alternance modale après de ahí que : un exemple d’emploi anomal ? » ;

Florian JULIEN (doctorant au CAER, Aix Marseille Université, France):
« Essai de systématique submorphologique en espagnol » ;

Catherine GAIBROIS CHEVRIER (Université nationale d’Education à Distance, centre associé de Málaga, Espagne): “Miradas cruzadas sobre el olvido de la lengua materna en adultos. La reestructuración del sistema lingüístico francés bajo la influencia del español como señal de atrición” (« Regards croisés sur l’oubli de la langue maternelle chez l’adulte. La restructuration du système linguistique français sous l’influence de l’espagnol comme signe d’attrition ») ;

Mary Catherine LA VISSIÈRE (Université de Nantes): « Deux futurs du subjonctif : la forme en -re dans les textes juridiques castillans et portugais » ;

Le colloque s’est terminé par une nouvelle intervention de Stéphane PAGES, qui a abordé la langue d’un point de vue surbmorphologique en faisant état des « Problèmes épistémologiques de l’approche submorphologique : étude de cas en espagnol ». Cette approche, qui nourrit les nombreux débats de la linguistique contemporaine opposant les tenants de l’arbitraire aux tenants de la motivation du signe linguistique, a été le thème central du colloque LICOLAR 2016. L’ouvrage Submorphologie et diachronie dans les langues romanes en a été le fruit1 .

  1. PAGÈS, Stéphane, Submorphologie et diachronie dans les langues romanes, PUP, 2017 []

Rawaa Talib

Étudiante en Master II Recherche Études hispaniques et latino-américaines.

More Posts


Rawaa Talib

Étudiante en Master II Recherche Études hispaniques et latino-américaines.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search