Noémie Castellanos

 » Vivamos como hermanos y congregados en un solo cuerpo. Cuidemos de la protección y conservación de los españoles, criollos, mestizos, zambos e indios, por ser todos compatriotas, como nacidos en estas tierras y de un mismo origen « 

– Tupac Amaru

Cette citation de Tupac Amaru II illustre parfaitement le processus de construction aussi bien psychologique que physique qui a fait de moi la personne que je suis actuellement. Mais qui suis-je réellement?

Moi, c’est Noémie Castellanos, franco-péruvienne, 21 ans et actuellement en première année de Master Recherche Langues, Littératures et Civilisations Etrangères et Régionales (LLCER).

Originaire du Pérou, plus précisément de la ville d’Arequipa, je viens en France à l’âge de 2 ans. Pendant plus de 3 ans, j’oscille entre ces deux pays -mon pays d’origine et mon pays d’accueil comme je me complais à les appeler- et je finis par m’installer définitivement en France à l’âge de 5 ans et demi, pour ne plus jamais repartir. C’est ainsi que progressivement je m’adapte à ce pays, qui au départ ne m’est pas aussi familier qu’on pourrait le penser, et dont je dois apprendre la langue, les coutumes, la manière de vivre et tant d’autres choses encore.

Dans une volonté d’adaptation irréprochable, et coupée de ses racines (permettez-moi de rappeler qu’à cette époque les communications intercontinentales n’étaient pas aussi performantes que celles d’aujourd’hui), ma mère cesse peu à peu de me parler espagnol et c’est ainsi que cette langue et ces traditions commencent à me paraître bien lointaines. Ce n’est qu’arrivée au collège, en 5ème plus précisément, lorsque le choix d’une seconde langue s’impose, que l’univers hispanique réapparaît dans ma vie.

Depuis mon arrivée en France, aux yeux de mes camarades j’étais -et je le suis- toujours « la péruvienne »; et si au départ ce surnom m’embarrassait car me faisait me sentir différente et stigmatisée, je compris, tout bêtement, lors de cette fameuse année de 5ème que ce n’était autre qu’une chance inestimable et une caractéristique qui m’était propre. A partir de cette année là, je commençai à m’intéresser de plus près à la langue, à renouer les liens linguistiques et syntaxiques perdus au fil du temps, et cet intérêt grandissant se transforma progressivement en une fierté naissante. Dans cet élan, je repris contact, via certaines plateformes numériques, avec ma famille maternelle et je recommençai, malgré certaines difficultés, à me familiariser avec le parler et le jargon typique péruvien.

Le cursus scolaire, suite à cette année de 5ème fondamentale, ne fit qu’accentuer cette curiosité qui m’habitait. Je fis la rencontre de ma meilleure amie, une fille comme moi aux origines hispaniques et françaises, et ensemble nous développâmes un amour débordant pour ce monde qui nous était -et continue d’être- si cher, et nous reliait d’une certaine manière.

Mais pour pouvoir parler et maîtriser une langue, il fallait bien évidemment un apprentissage et en ce sens, mes professeurs de secondaire avaient contribué à cet épanouissement linguistique. C’est lors de ce nouveau pallier scolaire qu’une autre de mes aspirations s’est peu à peu dessinée: l’enseignement. J’étais fascinée par certains de mes professeurs, leur prestance, leur méthode d’apprentissage, leur facilité à capter le public et c’est tout naturellement qu’à mon tour je me suis fixée comme objectif d’être un jour à leur place.

Arrivée en première année de Licence, c’est un monde tout nouveau qui s’offrait à moi, un monde de liberté aussi bien sur le plan personnel (puisque je quittai ma famille pour m’installer à Aix-en-Provence) que professionnel (puisque le système de la fac était radicalement différent de celui que j’avais pu connaître auparavant). Durant ce cursus de 3 ans, j’ai eu la chance de rencontrer des professeurs, toutes spécialités confondues, qui m’ont confortée dans mon idéal professionnel. J’ai aussi pu réaliser des stages (dans le cadre de certaines UE) qui m’ont permis de savoir dans quel niveau scolaire ou établissement je voulais enseigner ou non.

Fraîchement licenciée et aux prémices du Master (intégré il y a quelques mois), je peux dire que je suis fière du parcours que j’ai réalisé jusqu’à présent et compte bien aller au bout de mes objectifs. J’ai pour projet de me destiner au métier de l’enseignement supérieur; et pour ce faire je souhaite partir au Pérou, via le système de l’assistanat, en M2 (pour en revenir totalement bilingue) et prétendre l’année suivante à l’Agrégation.

ncastellanos

Etudiante de Master 1 Recherches LLCER espagnol, passionnée par le monde hispanique et les Arts, c'est tout naturellement que je mets ma plume à son service.

More Posts


ncastellanos

Etudiante de Master 1 Recherches LLCER espagnol, passionnée par le monde hispanique et les Arts, c'est tout naturellement que je mets ma plume à son service.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search