Mon semestre Erasmus à l’université de Salamanque : une expérience riche en apprentissages et en découvertes

Photo du patio de la Universidad de Salamanca
Vue de l’église (à gauche) de la Universidad Pontifica, sur la rua Mayor. À droite, la fameuse Casa de las Conchas.
Photo: Manuel Ramallo sur Pixabay.com.

À l’issue de ma licence LLCER Espagnol à l’université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines (UVSQ), désireuse d’en savoir plus sur l’Espagne, j’ai décidé d’aller passer mon deuxième semestre de licence 3 dans une université espagnole. Or, laquelle choisir ? La question s’est posée dès le début de la deuxième année, car un semestre Erasmus se prépare l’année qui précède. Je souhaitais avant tout aller dans une université andalouse (Séville ou Grenade), mais étant donné que l’UVSQ n’est pas affiliée à toutes les universités espagnoles et ne choisit pour chacune que certaines matières, il s’est avéré que l’université de Salamanque (USAL) correspondait davantage aux matières que je privilégiais (histoire et arts). À ce critère s’ajoutait la notoriété de cette université, qui compte parmi les plus vieilles d’Europe, et j’y allais pour les 800 ans de sa création.

Nous voilà un an plus tard, en Janvier 2019. Le départ en Erasmus a coïncidé, dans mon cas, avec la vente de la maison dans laquelle j’avais grandi à Porchefontaine (quartier résidentiel de Versailles). Après de derniers préparatifs et 5 jours de voiture avec mes parents, me voici à Salamanque, dans un petit appartement de 45 mètres carrés en plein cœur de la vieille ville, à 2 minutes à pieds de la faculté de lettres, que j’ai loué avec l’aide de mes parents.

Nous voilà un an plus tard, en Janvier 2019. Le départ en Erasmus a coïncidé, dans mon cas, avec la vente de la maison dans laquelle j’avais grandi à Porchefontaine (quartier résidentiel de Versailles). Après de derniers préparatifs et 5 jours de voiture avec mes parents, me voici à Salamanque, dans un petit appartement de 45 mètres carrés en plein cœur de la vieille ville, à 2 minutes à pieds de la faculté de lettres, que j’ai loué avec l’aide de mes parents.

La vieille ville est entièrement piétonne et il est agréable de s’y balader, de se rendre en cours ou encore d’y faire ses courses.

Au niveau de la façon de faire cours, les espagnols sont un peu particuliers. Ils arrivent en retard et terminent en avance s’ils ont terminé ce qu’ils voulaient transmettre durant le cours. Je me suis parfois retrouvée à sortir 15 à 20 minutes avant la fin officielle du cours. Les thèmes d’enseignement diffèrent également de ceux utilisés en France. Par exemple, en histoire, le professeur détaille plus la vie des gens à une époque donnée que sur les faits historiques en eux-mêmes. J’ai ainsi découvert comment les espagnols vivaient à l’époque de l’invasion napoléonienne de 1808. Les élèves espagnols sont davantage incités à intervenir spontanément dans le cours, donnant parfois lieu à des débats que je trouve très enrichissants.

Le rythme espagnol, plus tourné vers la vie nocturne, m’a parfois déstabilisée. Deux jours par semaine, je terminais mes cours à 21 heures, un horaire inimaginable en France. Au sortir de ces cours, quelle n’était pas ma surprise de voir des gens effectuer le rituel du « paseo » (promenade) dès 7-8 heures du soir, toutes générations confondues. Si vous voulez faire vos courses à 15 heures, vous risquez d’avoir une mauvaise surprise! Les magasins espagnols ferment entre 14 heures et 17 heures, pendant que les gens prennent leur déjeuner (souvent vers 15-16 heures). Si vous êtes français et qu’à 13 heures, votre estomac crie famine, merci de patienter…!

En Espagne, il n’est pas rare de voir dans une salle de cours des élèves atteints d’un handicap, que ce soit mental ou physique. Les Espagnols semblent en effet mieux accepter la différence que les Français, comme en témoigne l’auteure et professeure d’espagnol Julia March dans son autobiographie.
Je me suis fait des relations à Salamanque, dont une amie avec qui je garde des liens encore à l’heure actuelle.

Je me suis enfin baladée en Andalousie avec ma famille venue aux vacances de Pâques, c’est à dire pendant la fameuse Semaine Sainte (Semana Santa). À Séville, à Grenade, à Cordoue, chaque jour, pendant une semaine, les processions sillonnent la ville: les costaleros transportent à dos nu d’impressionnants pasos (les chars) montrant des scènes de la Passion du Christ ou exhibant des statues de Vierges, encadrés de longues colonnes de pénitents coiffés de l’effrayant capirote. La foule qui se presse, la musique inquiétante des orchestres qui accompagnent les processions, font de l’assistance à une procession une expérience très intense ! Tenter de se frayer un chemin au milieu de tout ce monde ne fut pas toujours chose aisée.

Je prodigue à tous ceux qui aimeraient passer comme moi un Erasmus à Salamanque les conseils habituels (aller à la rencontre des gens, goûter à la cuisine, etc.) et, surtout, de prendre des vacances au moment de la Semaine Sainte. Une expérience qui vaut le détour.

Aurélia Courte

Étudiante en deuxième année de master « Études hispaniques et latino-américaines ».

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.