« Mémoire(s) de la Retirada, 80 ans après. L’exil républicain espagnol de 1939, entre répression et résistance ». Compte-rendu de la journée d’études

Le 12 novembre 2019 a eu lieu une journée d’études du laboratoire Telemme au sein de la faculté dans le cadre de la commémoration des 80 ans de l’exode de plus de 500.000 républicains, en partenariat avec les associations Horizontes del Sur et La Noria, et le Cinéma Le Mazarin d’Aix-en-Provence.

Extrait du programme du festival Cinehorizontes 2019.

La journée a commencé par une conférence intitulée Le consulat du Mexique à Marseille : un(e) port(e) vers l’exil, donnée par Gérard Malgat, docteur en Études Ibériques de l’Université Paris Nanterre. Auteur d’un livre sur le consul du Mexique Gilberto Bosques, il est revenu sur les mémoires de l’exil républicain à Marseille.

Entre 1939 et 1942, le consulat du Mexique (qui était alors sous la présidence de Lázaro Cárdenas du 1e décembre 1934 au 30 novembre 1940 et de Manuel Camacho ensuite) à Marseille a contribué à l’exil de milliers de réfugiés républicains Espagnols qui fuyaient le régime franquiste. Lorsque Gilberto Bosques arrive à paris le 1e janvier 1939, il met en place un dispositif d’aide pour les réfugiés en ayant pris contact en amont avec Juan Negrín, chef du gouvernement, et Manuel Azaña, président de la Seconde République Espagnole en guerre. Celui-ci et Lázaro Cárdenas avaient d’ores et déjà établi leurs liens idéologiques lorsque fin 1938, le président du Mexique envisagea la possibilité d’accueillir les républicains.

Lorsque la France, sous le régime de Vichy, signe le 25 février 1939 les accords de Bérard-Jordana avec l’Espagne à Burgos, siège du gouvernement nationaliste, elle reconnait officiellement la Seconde République Espagnole comme illégale et le gouvernement franquiste comme légitime, afin d’obtenir sa neutralité en cas de conflit avec l’Italie de Benito Mussolini et l’Allemagne nazie.

Les réfugiés espagnols, désormais indésirables en France, doivent organiser leur fuite. Bosques coordonne leur départ vers le Mexique dans des bateaux de la marine marchande. Plus de 6000 personnes s’y rendent entre le printemps et l’été 1939. Mais à partir de 1942, l’étau commence à se resserrer autour de Gilberto Bosques, qui avait également aidé à sauver des Juifs persécutés par l’Allemagne. Il est arrêté avec un groupe de diplomates à Marseille et déporté, avant d’être assigné à résidence durant 14 mois. Il sera relâché en avril 1944.

Une phrase m’a particulièrement marquée lorsque Gérard Malgat a terminé sa conférence :

« Il faut parfois sortir de la légalité pour aller dans le droit, le droit à la liberté des hommes »

La journée s’est poursuivie avec la projection du documentaire intitulé Mémoires de la Retirada (© CNRS Images, 2012, 35 min) de Marie Mora Chevais, écrit par deux ethnologues, Véronique Moulinié et Sylvie Sagnes. Le documentaire décrypte le processus de construction de la mémoire, en particulier dans le sud-ouest de la France. Plusieurs membres du FFREEE (Fils et Filles de Républicains Espagnols et Enfants de l’Exode) y sont interviewés, leur but étant de « recueillir en marge de l’histoire officielle, contre l’oubli, la part de mémoire vivante qui tisse les liens d’un peuple ».           

tennesseevilanova

Etudiante en Master 2 Etudes Hispaniques et Latino-Américaines Faculté ALLSH - Aix-en-Provence

More Posts


tennesseevilanova

Etudiante en Master 2 Etudes Hispaniques et Latino-Américaines Faculté ALLSH - Aix-en-Provence

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search