Être tutrice des étudiants de licence

Cette année, j’ai remplacé Vanessa Fernandes, partie en assistanat en Galice, pour coordonner le tutorat de Licence LLCER espagnol. La candidature requérant un niveau Master 2, j’avais déjà pensé à ce petit emploi dès la troisième année de licence et j’avais hâte de commencer, mais je ne m’étais pas du tout imaginé à quoi cela pouvait ressembler finalement. L’année dernière, j’ai donc assisté à quelques reprises aux cours de Vanessa, qui aidait les étudiants de Licence 1.

J’ai donc observé comment elle travaillait, comment elle préparait ses cours, je me demandais si elle préparait tout elle-même ou si les étudiants se présentaient à la séance avec leurs doutes et leurs questions, afin d’orienter le cours eux-mêmes.

Première « véritable » expérience

Bien que le cours se déroule en petit comité, j’étais quand même très inquiète à l’idée de parler devant plusieurs personnes. J’avoue que cela me stressait encore plus que ma soutenance de mémoire, ce qui peut paraître étonnant. En réalité mon stress ne se mesure pas au type d’exercice auquel je vais être confrontée, mais plutôt au nombre de personnes qui vont m’écouter, et ce depuis la première année de licence.

Au début, cela ne s’est pas très bien passé. J’étais censée intervenir auprès des étudiants de licence 1 principalement car ce sont eux, le plus souvent et en toute logique, qui ont besoin d’aide. Ils arrivent fraîchement du lycée, ne comprennent pas le fonctionnement de la fiche pédagogique, n’ont pas l’habitude de prendre beaucoup de notes, de faire des fiches… etc.

Lors de la première séance, personne ne s’est présenté. J’avais pourtant présenté aux étudiants, lors de cours magistraux, les atouts du dispositif; créé un groupe Facebook avec l’aide d’une étudiante de deuxième année afin de rester en contact avec les étudiants, mais je n’ai eu aucun retour. J’ai seulement eu des échos de la part d’autres étudiants, qui disaient que « ça ne les intéressait absolument pas » (mais en beaucoup plus vulgaire…).

Un rien désappointée, je n’ai cependant pas voulu me laisser abattre en pensant que le problème venait de moi. J’ai donc relativisé en me disant qu’il fallait laisser un peu de temps à ces étudiants à peine sortis du lycée Soit ils allaient se réveiller un peu plus plus tard et se rendre compte que ces études les passionnaient vraiment, soit la réalité allait les rattraper peu à peu et ils se réorienteraient.

La experiencia es la madre de la ciencia. Source : Pixabay

Trouver le juste milieu dans mon attitude à adopter envers les étudiants

J’ai eu le soutien des étudiants de Licence 2 qui sont venus à mes cours (et ils sont toujours là!) et nous avons avancé, semaine après semaine en essayant de vaincre leurs difficultés. Cela n’a pas été facile non plus, car je n’ai pas réussi à trouver le juste milieu. En effet, comme la séance de tutorat avait lieu le lundi cette année, je passais beaucoup de temps chaque week-end à préparer des cours et des exercices, jusqu’au moment où je me suis dis que même si cela partait d’une bonne intention, j’en faisais peut-être trop.

J’ai donc décidé de venir chaque lundi avec un minimum de matière que j’avais moi-même préparée (par exemple, nous sommes restés quelques semaines sur la linguistique et plus particulièrement sur la nature et la fonction des mots en grammaire, nous avons également travaillé la méthodologie de la dissertation et du commentaire de texte, ainsi que la méthodologie des révisions en civilisation), c’est-à-dire une chronologie de dates à savoir absolument, des termes historiques, des termes en grammaire, etc. Mais je ne leur donnais ces informations qu’à la fin du cours, pour les « obliger » à se concentrer et à participer, en leur rappelant que cette mise en place est une aide précieuse (et gratuite!) qui ne peut que leur être bénéfique.

En ce qui concerne mon attitude envers eux, cela a été difficile de trouver la limite et je dois avouer que je la cherche toujours. En effet, avec un écart d’âge qui n’est pas très important, comment savoir si je dois me positionner comme leur « copine » ou comme une enseignante ? J’essaie, en tout cas, de maintenir un tout petit peu de distance pour qu’ils se disent que cela reste un cours (bien que facultatif), et non un loisir, où tout le monde parle en même temps sans lever la main et chahute.

Je vais continuer de travailler avec eux au second semestre car comme je l’ai dit, cela m’aide beaucoup à vaincre mes angoisses de prendre la parole en public, je me sens utile, et cela me fera sortir le nez de mon mémoire au moins deux petites heures par semaine….

tennesseevilanova

Etudiante en Master 2 Etudes Hispaniques et Latino-Américaines Faculté ALLSH - Aix-en-Provence

More Posts


tennesseevilanova

Etudiante en Master 2 Etudes Hispaniques et Latino-Américaines Faculté ALLSH - Aix-en-Provence

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search