« Représentation de la souffrance de l’individu sous la dictature franquiste et face aux guerres du XXe siècle dans la peinture de Juan Genovés »

Mémoire de M1 EHLAM réalisé par Justine ORNETO

Sous la direction de Saramaya PELLETEY et Eve FOURMONT GIUSTINIANI

Soutenu en 2019 devant un jury composé de Mmes Saramaya PELLETEY, Eve FOURMONT GIUSTINIANI et Nelly RAJAONARIVELO.

Mots-clés : Civilisation espagnole, art espagnol, franquisme, violence, individu, réalisme politique.

Resumen: Este artículo presenta la tesina en la cual trabajé el año pasado. Analicé la presencia del tema de la violencia y de la pérdida de identidad del individuo en tres cuadros de un pintor valenciano, Juan Genovés, en la década de los sesenta: La espera, Todos juntos y Testigos.

Pour mon mémoire de M1, j’ai choisi de m’orienter vers la peinture hispanique du XXe siècle. Il m’a paru particulièrement intéressant d’aborder l’œuvre d’un peintre témoin de la violence et de la répression sous la dictature franquiste, Juan Genovés, qui a voué sa vie à représenter une société en souffrance face aux guerres du siècle dernier.

Biographie du peintre : Juan Genovés naît en 1930 à Valence au sein d’une famille d’artisans spécialisés dans le travail du bois et la décoration de meubles. On lui découvre un don pour la peinture dès l’enfance, et il suivra la formation classique de l’École des Beaux Arts de Valence entre 1946 et 1950. Il rejoint ensuite des groupes de peintres comme Los Siete ou Hondo, au sein desquels il trouvera son propre style, jusqu’à s’affirmer, en 1960, comme peintre engagé dont l’art dénonce la violence et la souffrance subies par la société face aux dictatures et aux guerres du XXe siècle.

Ses œuvres, d’un point de vue technique, m’ont semblé très intéressantes à analyser car le peintre oscille astucieusement entre figuration et abstraction, entre l’envie de dénoncer ouvertement et le besoin de se protéger, entre l’explicite et l’implicite. Mon plan s’articule en trois parties autour de la question suivante :

Dans quelle mesure la peinture de Juan Genovés reflète, en 1965, sous la dictature, la souffrance et la solitude de l’individu dans un contexte politique de guerre ?

Présentation des œuvres : La espera, 1965, acrylique et huile sur toile (170 X 170 cm), Todos juntos, 1965, huile sur toile (85 x 85 cm) et Testigos,1965 (1965, technique mixte, 170 x 116 cm). Toutes les œuvres de Juan Genovés sont disponibles sur son site officiel.

Description : La espera est une acrylique et huile sur toile peinte en 1965. C’est une toile carrée (170 x 170 cm) qui représente une foule de petits bonhommes placés au centre d’un cercle qui s’apparente à une longue-vue. Les personnages sont statiques et regardent en direction de l’observateur du tableau qui, à son tour, les observe à travers ce cercle. Les bonhommes sont tous placés derrière une ligne blanche qui semble marquer la fin du sol ; s’ils vont au-delà de cette ligne, ils tombent. Ils se retrouvent donc enfermés entre les limites du cercle et la ligne droite, sous l’œil vigilant de l’observateur de la toile.
Todos juntos date également de 1965, c’est une huile sur toile de forme carrée (85 x 85 cm) qui s’articule en trois rectangles qui imposent une lecture du tableau du haut vers le bas. Dans le premier rectangle, on aperçoit une foule d’individus qui, représentés de très loin, ressemblent à des points ou des traits minuscules. Comme dans La espera, les bonhommes regardent en direction de l’observateur du tableau, mais, dans celui-ci, la foule est en mouvement et se rapproche de l’observateur qui, dans le dernier rectangle, peut remarquer divers éléments : un personnage dont la tête ressemble à un crâne, des visages brouillés par la peinture noire et dont on ne peut distinguer les traits, des points levés comme si les personnages se rebellaient…
Enfin, Testigos est une technique mixte (acrylique, huile et collage, 170 x 117 cm) qui s’apparente à un portrait. On peut observer la silhouette d’un individu, encore une fois face à l’observateur, dont le visage a été remplacé par de la peinture noire épaisse, évoquant quelque chose de brûlé, de carbonisé. L’absence de visage ne permet pas d’identifier l’homme, donc de lui donner une identité, ni de s’identifier à lui.

Plan du mémoire : Dans un premier temps, j’ai abordé l’un des thèmes qui se trouvent au centre de la peinture de Genovés, l’expression de la violence, en m’appuyant sur l’analyse des trois œuvres de mon corpus et sur la biographie de l’artiste. J’ai montré comment ce dernier a su utiliser ses souvenirs d’enfance (qui correspondent à la Guerre Civile espagnole et à la première partie du franquisme) ainsi que les images présentes dans les médias de l’époque pour exprimer une violence et une répression très présentes dans la société du XXe siècle. Ses œuvres, qui se ressemblent beaucoup entre elles, traduisent la violence comme « une boucle sans fin ».

Dans un second temps, je me suis intéressée à des notions plus abstraites présentes dans la peinture de Genovés, telles que les notions de « foule » et « d’individu », tout en m’appuyant sur la réflexion d’Edgar Morin dans son Introduction à la pensée complexe autour de l’un et du multiple. J’ai cherché quelle était l’idée du peintre à travers la représentation de la foule, et j’ai émis l’hypothèse qu’il voulait peut-être exprimer « une perte d’identité » de l’individu placé à l’intérieur d’une masse où règnent le conformisme et l’uniformité.

Ainsi, en dénonçant l’uniformisation de l’individu dans la société du XXe siècle, Genovés critique ouvertement les nombreux « blocs idéologiques » qui ne laissent pas de place à la différence : le bloc des Franquistes, qui s’opposent aux Républicains et aux différents partis de gauche catalogués sous les étiquettes de « la anti-España », ou « los rojos » ; mais aussi les blocs URSS/États-Unis qui s’affrontent pendant la Guerre Froide pour imposer leur idéologie. Il m’a semblé que le peintre rejetait l’idée d’une masse d’individus homogènes, et voulait exprimer, au contraire, une société où l’on prône l’identité personnelle et la diversité, comme il essaie de le représenter plus tard, dans ses œuvres des années 2000, où les individus, désormais distinguables les uns des autres, ne sont plus pris sous le joug d’une masse imposante.

Enfin, pour terminer, j’ai analysé les œuvres de Juan Genovés d’un point de vue plus technique, en observant comment le peintre parvenait à mélanger un style figuratif, celui de la Nouvelle Figuration, en s’inspirant fortement des images prises dans les médias, et un style abstrait par l’utilisation récurrente de la géométrie (formes circulaires, carrées, rectangulaires, flèches…) afin de plonger ses petites formes humaines dans un espace irréel, gris et hostile. Cet espace, de plus, crée de la distanciation entre les personnages et l’observateur des tableaux qui se retrouve dans une position passive, face à ces individus qui courent par-ci par-là pour tenter d’échapper à des militaires, des bombes ou des avions de chasses.

Conclusion : Le travail de recherche en M1 m’a semblé très intéressant car j’ai dû combiner des connaissances en analyse de l’image, en civilisation et en histoire de l’art espagnoles. Je n’ai pas choisi de refaire un mémoire sur l’art hispanique cette année car je souhaite me diriger vers les métiers de la culture, ce pour quoi je vais effectuer un stage au Centre Aixois d’Études Romanes et emprunter une voie plus professionnelle que théorique.

justineorneto

Étudiante en master d'études hispaniques et latino-américaines.

More Posts


justineorneto

Étudiante en master d'études hispaniques et latino-américaines.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search