Un stage à La Maison de l’Espagne (Aix-en-Provence)

Pendant le deuxième semestre de mes études de Master 1 LLCER Études Hispaniques et Latino-américaines, en 2019, j’ai fait un stage de 150 heures à l’association La Maison de l’Espagne, qui est située au cœur d’Aix-en-Provence, 7, rue Mignet.
Tout d’abord, un peu d’histoire de cet endroit. La Maison est située au sein même du Couvent des Dominicaines de Saint Barthélémy fin XIII-ème début XIV-ème siècle. De cette façon, le local même fait partie du patrimoine historique d’Aix. Ensuite, j’ai eu de la chance d’y faire mon stage notamment l’année 2018, car cette année la maison de l’Espagne a fêté ses 20 ans d’existence. Le fait que mon stage a duré 7 semaines m’a permis de faire la connaissance de plusieurs types d’activités organisées par la Maison, mais aussi d’y participer et de rencontrer plusieurs gens passionnés par la culture et l’histoire de l’Espagne, dont la plupart était de l’âge avancé, ce qui rendait l’échange entre nous encore plus enrichissant pour moi.
Mon stage se composait de deux parties – pédagogique et culturelle.

Mon premier objectif était de préparer des cours de soutien scolaire en espagnol pendant une semaine de vacances scolaire en février (11-15 février) pour les collégiens qui venaient à l’association pour qu’on les aide à résoudre des problèmes individuels au niveau de l’espagnol. Ma deuxième mission était de préparer un cours de rattrapages de deux heures pour trois adultes de différents niveaux (A1, A2, B1), qui a eu lieu le samedi 16 mars. Finalement, j’ai participé 3-4 fois aux tables rondes-clubs de conversation que préside Anne-Marie, une femme qui s’occupe d’Aixpaña. Ils ont lieu chaque jeudi -de 18h-19h- les conversations en français pour les espagnols et de 19h-20h- celles en espagnol pour les français. J’ai vu comment il faut organiser ce type d’activités orales, parce que c’est déjà tout à fait autre approche.

Pendant mon stage culturel j’ai eu plusieurs missions. Tout d’abord, j’aimerais bien parler de la chance que j’ai eu- et notamment – d’assister à une réunion à la Mairie d’Aix-en-Provence. C’était la réunion sur la Fête de l’Europe, qui a lieu en mai. Étaient réunis les présidents de toutes les associations représentant les pays européens, chacun devant exposer son programme. Le pays mis à l’honneur cette année-là était la Roumanie, qui présidait l’Union Européenne.
Le 18 mars avec Ana et autres membres de la Maison de l’Espagne, nous avons participé à La Quinzaine pour la famille et la jeunesse. Nous avons animé le stand de l’association pendant cette journée où ,ous avons surtout promu le cycle de conférences «Comprendre et accompagner l’enfance bilingue» du docteur Frank Scola, qui ont eu lieu à la Maison de l’Espagne en mars et avril 2018, dont l’objectif principal était d’éclairer les parents dans leurs missions d’acteurs d’une éducation bilingue, en apportant une information réaliste et concrète, par l’analyse des facteurs favorables à l’acquisition de compétences linguistiques plurielles en harmonie avec le développement affectif et identitaire de l’enfant.
Mais l’expérience la plus enrichissante pour moi a été de participer à la «Soirée des femmes», qui a eu lieu vendredi 8 mars. Je figurais, avec une artiste peintre, une artiste plasticienne et une danseuse, au programme de la soirée. Le sujet principal de la soirée était l’engagement féminin dans de différents domaines de la vie quotidienne et en tant que résultat, la signature de la pétition pour les droits de femmes qu’Ana devait transmettre à l’attention des instances supérieures. J’ai ainsi présenté le sujet de mon mémoire, «Las Madres de Plaza de Mayo en la lucha por los Derechos Humanos en Argentina- un contrapoder?», un sujet qui cadrait avec le thème de la soirée: l’engagement des femmes, politique et social. Pour cette occasion j’ai fait la présentation PowerPoint et j’ai préparé le briefing de mon mémoire en français, parce que la plupart du public était francophone. J’ai réussi à attirer l’attention du public et la soutenir pendant tout mon exposé, et après on m’a posé beaucoup de questions sur le sujet. Cette activité m’a appris encore une fois de me tenir devant le public assez nombreux (20 personnes à peu près) et susciter l’intérêt des gens qui  n’avaient pas de connaissances profondes sur ce sujet. De plus, mon intervention était directement liée au sujet de mon mémoire et j’ai de nouveau compris que ce sujet ne laisse pas les gens indifférents.
En conclusion, je voudrais dire que ce stage m’a donné beaucoup de nouvelles impressions et expériences. Premièrement, c’était un grand enrichissement culturel, pour moi qui viens de Russie. Je n’avais pas beaucoup de possibilités de m’approcher de la culture espagnole, mais à la Maison de L’Espagne, grâce aux différentes activités qu’on a organisées et auxquelles j’ai assisté, j’ai pu le faire. Par ailleurs, avant, je n’avais pas autant d’expérience de l’enseignement de l’espagnol que de celle du russe et du français. À présent, après avoir donné des cours à des élèves de différents âges et différentes catégories sociales, je me sens plus sûre de moi.

Daria Zotova

dzotova

étudiante d'Aix-Marseille Université en M2 Etudes Hispaniques et Latino-américaines, professeur de russe

More Posts


dzotova

étudiante d'Aix-Marseille Université en M2 Etudes Hispaniques et Latino-américaines, professeur de russe

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search