Retour d’expérience : mon stage de M1 au Centre Aixois d’Études Romanes (CAER)

Dans le cadre du Master 1 LLCER, il est prévu d’effectuer un stage d’une durée minimale d’un mois, par exemple dans un laboratoire de recherche ou dans une institution culturelle.

Pourquoi un stage ?

Tout d’abord, il semble judicieux d’éclaircir la question qu’on se pose à peu près tous à la rentrée : pourquoi un stage dans un cursus Recherche ?

D’après le Guide des stages étudiants du Ministère de l’Enseignement Supérieur (disponible sur le Guide de l’étudiant), il s’agit d’une « mise en situation professionnelle » visant à « acquérir des compétences professionnelles nouvelles que je pourrai valoriser dans mon CV ou dans un premier emploi » et permettant « d’avoir une idée concrète de la vie d’une entreprise (ou de tout autre organisme), de son fonctionnement, d’engranger une expérience non négligeable qui me servira lorsque je chercherai un emploi. De plus, le stage est un moyen de modifier ou d’affiner mon orientation professionnelle car je me confronte à une expérience réelle ».

En effet, si on choisit bien son stage, cette expérience peut s’avérer très riche et s’inscrit de manière réellement utile dans le cours de notre cursus et de la préparation de la suite de nos études. Ça a été le cas pour moi !

L’institution d’accueil: un laboratoire de recherche

Pour ma part, j’ai choisi d’effectuer mon stage au sein d’un laboratoire de recherche : le Centre Aixois d’Etudes Romanes (CAER), l’un des deux laboratoires de rattachement du Département d’Études Hispaniques et Latino-Américaines (DEHLAM). Il me semblait pertinent de profiter de l’opportunité d’un stage pour découvrir les coulisses d’un laboratoire de recherche.

Fondé à l’Université de Provence en 1996 à l’initiative de Georges Ulysse, le CAER est né de la fusion des anciens centres de Recherche des langues romanes de l’Université de Provence. Son siège se situe au troisième étage de la Maison de la Recherche, sur le site Schuman d’Aix-Marseille Université. Il est actuellement dirigé par Claudio Milanesi. Les littératures, les civilisations et la linguistique de l’aire culturelle romane, notamment de l’Italie, de l’Espagne, de l’Amérique Latine, du Portugal et de la Roumanie, constituent ses domaines de recherche.

La toute nouvelle Maison de la Recherche sur le site de la Faculté des Lettres à Aix

Pourquoi le CAER ?

Mon choix s’est donc porté sur ce laboratoire auquel est rattachée une large part des enseignants-chercheurs du DEHLAM. Cette première année de Master nous introduisant dans le monde de la recherche, il m’a paru judicieux de saisir l’opportunité que nous offre un stage pour connaître de manière plus approfondie les tenants et les aboutissants du métier d’enseignant-chercheur. Me destinant à cette carrière, j’ai souhaité acquérir une expérience portée tout particulièrement sur l’aspect « chercheur » de la profession, étant plus familiarisée avec l’aspect enseignement.

Mes attentes

Mes attentes étaient d’acquérir et/ou approfondir des connaissances et des compétences dans plusieurs domaines, à savoir la structure et les rouages de l’organisation du laboratoire, la communication et le travail en équipe, les normes d’édition propres aux publications du CAER, la mise en place des colloques, ainsi qu’une expérience de terrain dans le déroulement d’une journée type.

Mes missions

Mes missions durant ce stage ont constitué trois activités principales :

  • la relecture des articles issus de communications proposées lors de colloques organisés par le laboratoire, en vue de leur publication;
  • la participation à la préparation des colloques et l’accueil des intervenants;
  • et la mission communication: j’étais chargée de l’administration des pages « AIPI Summer School » sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter), évènement qui a eu lieu en juillet 2017, à l’initiative d’un groupe de doctorants d’Etudes italiennes.

Mon bilan

Le CAER m’a effectivement offert une première expérience professionnelle concrète par l’immersion dans le monde de la recherche universitaire. Les difficultés rencontrées ont été bénéfiques en ce sens qu’elles m’ont permis de me confronter à des situations susceptibles de se reproduire au long de mon cursus de formation universitaire puis de ma carrière. Ce stage s’est donc parfaitement inscrit dans la logique de mon plan de formation et a répondu à mes attentes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.