Zotero : un outil révolutionnaire pour les étudiant.e.s du master

Zotero est un logiciel de gestion de références gratuit, libre et open source qui s’inscrit dans la philosophie du Web 2.0. Il permet de gérer des données bibliographiques et des documents de recherche.  

Étudiante assise sur un lit entourée de livres volant autour de sa tête
Zotero, l’arme de désencombrement massif de votre mémoire !! (source: Pixabay) 

J’ai découvert l’outil informatique Zotero en première année de master LLCER (ex-master ACR recherche) par le biais d’une formation à la Bibliothèque Universitaire. La B.U. a d’ailleurs mis en ligne un super tutoriel pour ceux qui auraient raté la formation ou manqué des épisodes…

Après une prise en main quelque peu fastidieuse, j’ai commencé à utiliser Zotero pour recenser mes sources, d’abord pour réaliser mon mémoire, puis pour mes cours et enfin pour mes projets personnels.

Pour télécharger le logiciel, c’est par ici !!

Malgré le nom quelque peu comique de l’outil (oui, nous avons tous pensé à Zorro…) je m’y suis aventurée avec beaucoup de réticences : « encore un outil universitaire qui ne sert à rien », « ça va être compliqué à manier », etc.

… Pour finalement me rendre compte que c’était simple et efficace !

Zotero, compliqué à utiliser? Non….

Alors, pourquoi s’en servir ?  Voici 3 bonnes raisons d’utiliser Zotero

1. Pour en finir avec les mille favoris accumulés depuis 2015 qu’on se promet de trier tous les ans  

Le souci avec les favoris, c’est qu’on peut vite les stocker, et très lentement les trier… Ils finissent par s’accumuler par centaines et rien que le temps de défiler la longue liste, on n’a déjà plus envie de les consulter.

Image d'un tunnel fait de tranches d'ouvrages reliés
Dans le tourbillon des références bibliographiques (source: Pixabay)

Pour remédier à ça, Zotero est bien plus pratique et rapide, on peut créer des dossiers (qu’on appelle dans Zotero des collections), y ajouter des sous-dossiers («sous-collections») et moissonner ainsi des données de façon bien plus organisée que dans une liste chronologique de favoris. 

Et ça ne sert pas seulement pour les études, d’ailleurs: si on est passionné.e. de danse ou de musique, on peut faire des « collections » de nos passions et ne JAMAIS les perdre.

Sans oublier que la fameuse collection « non classés » déjà configurée dans le logiciel vous permet quand même d’enregistrer des références qui restent à trier ou à effacer ! La perte des références n’est pas non plus définitive puisqu’on peut les récupérer dans la corbeille.

Bref, plus aucune excuse pour trier, et aucun moyen de perdre des références.   

Si c’est à ça que ressemble votre espace de travail, il est temps vous se mettre à Zotero ! (Pixabay)

2. Pour vaincre le monstre des normes académiques bibliographiques

Pour les étudiant.e.s qui découvrent le magnifique monde des normes bibliographiques, c’est toujours un peu compliqué de savoir exactement comment bien citer ses sources. Et en plus d’être compliqué, c’est toujours assez long à faire.

La magie de Zotero opère alors particulièrement à ce moment-là : lorsque l’on découvre que Zotero peut fonctionner avec Word et ainsi générer automatiquement une bibliographie impeccable, en deux clics.

Main sur une souris d'ordinateur, à côté d'un clavier et d'une tasse de café
Et clic ! Générer une biblio, c’est simple comme boire un café ! (source: Pixabay)

Dans le cadre des études hispaniques, la norme académique généralement prescrite est «ISO 690 (author-date, Spanish)». En générant automatiquement la bibliographie, certains détails peuvent être à modifier mais plus de la moitié du travail est faite, plus besoin de recopier une à une les références sous Word ! Fini les feuilles volantes, oui oui ! Et, ce qui ne gâte rien, on ne perd JAMAIS sa bibliographie.

En plus, on peut utiliser Zotero pour stocker les fiches de lectures et les pièces jointes, ce qui permet de lier automatiquement la références des sources recensées avec les informations qu’on tient à ne pas oublier.     

Personne dessinant un schéma heuristique
Parce qu’une idée mal rangée, c’est une idée perdue… (source: Pixabay)

3. Pour impressionner les enseignant.e.s (et vous-même)  

Pour être honnête, il faut plus que Zotero pour impressionner les enseignants… Mais c’est déjà un bon début ! Je m’explique, lorsque l’on doit rendre un dossier ou bien faire un exposé il est toujours utile de donner aux enseignant.e.s une bibliographie, pour montrer quelles sont nos sources afin de démontrer le sérieux du travail effectué (et, au passage, ne pas prétendre s’approprier les travaux des autres !).

Une bibliographie permet de se rendre compte qu’on a vraiment travaillé un sujet; et, cerise sur le gâteau, on peut aisément la partager, et la réutiliser selon les besoins. Sans oublier que l’on peut mentionner dans le mémoire l’utilisation de Zotero, ce qui prouve qu’on sait l’utiliser et que les formations dispensées à la Fac ne sont pas inutiles (ce qui fait toujours plaisir aux enseignants).   

Voilà les principales raisons pour lesquelles j’ai adopté Zotero, évidemment la liste n’est pas exhaustive et reste personnelle… à vous de vous faire votre propre avis!


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search