La présence du franquisme dans l’espace public espagnol: notes autour d’une recherche à Valence

Comment réagiriez-vous en apprenant que l’immense monument devant lequel vous passez tous les jours a en fait été érigé par le gouvernement d’une dictature, afin de rendre hommage à ses morts durant le conflit civil qui a profondément divisé et meurtri votre pays?

L’actuelle Puerta Del Mar sur l’avenue Marqués de Estella a València, juin 2020. Photo: Chloë Bodji.

C’est ce qu’il m’est arrivé en 2020, lorsque je me suis rendu compte que l’arc de triomphe de Séville, devant lequel je passais plusieurs fois par semaine, était à l’origine un monument aux morts des Troupes Nationales durant la Guerre Civile, construit pendant la dictature franquiste.

En effet, durant mon année de Master 1, je suis partie étudier à l’Universitat de València durant deux semestres, dans le cadre d’une mobilité ERASMUS. Qui dit première année de Master, dit premier mémoire. Et surtout, trouver un sujet de mémoire

Parallèlement à la recherche d’un sujet, j’ai continué ma vie d’étudiante et ai visité la ville, et notamment le centre historique. Et c’est précisément en découvrant la ville que j’ai trouvé mon sujet, lorsque je me suis rendue compte que cet arc était auparavant un monumento a los Caídos por Dios y por España”.

Plus surprenant encore que de découvrir l’origine de ce monument, quel n’a pas été mon étonnement quand je me suis rendue compte qu’aucune de mes connaissances valenciennes ne connaissait le passé et la portée symbolique qu’avait eus cet arc. Ce constat était en réalité plutôt logique, puisque je découvris ultérieurement qu’absolument rien ne mentionnait l’historique de ce que l’on appelle aujourd’hui la Puerta Del Mar

Un peu de contexte

Une guerre civile a divisé l’Espagne entre 1936 et 1939: d’un côté, les troupes rebelles qui soutenaient le coup d’État militaire et défendait un pouvoir autoritaire et la vision d’une Espagne traditionnelle et catholique, de l’autre, les troupes qui soutenaient le gouvernement légitime de la Seconde République. Après trois ans d’une guerre meurtrière où plus de cent cinquante mille personnes trouvèrent la mort, les troupes rebelles finissent par contrôler la péninsule et le leader du mouvement national, le général Francisco Franco Bahamonde, prend le pouvoir. Ainsi s’achève une guerre fratricide, qui a profondément traumatisé et bouleversé la société espagnole, pour laisser place à une dictature qui durera jusqu’à la mort de Franco en 1975, soit presque quarante ans après la fin de la guerre. 

Le nouveau régime qui s’est installé après la guerre s’est efforcé de légitimer son pouvoir, et donc le coup d’État et  les responsabilités des militaires qui s’étaient soulevés contre la République. Petit à petit s’est mise en place une véritable propagande visant à présenter le conflit comme nécessaire pour le bien du pays, le transformant en une espèce de mythe de la grandeur de l’Espagne qui avait réussi à éliminer le “gène” communiste du pays. Cette propagande s’articulait autour de diverses stratégies, et parmi elles, la construction de monument aux morts, a “los caídos por Dios y par España”, envahissant ainsi l’espace public d’une mémoire agressive et violente du conflit, et permettant surtout d’exclure et d’effacer de cet espace la mémoire des vaincus. Ces monuments constituaient donc une des pierres angulaires du souvenir de la Guerre Civile imposé par la dictature et donc, comme nous allons le voir, des lieux de mémoire du franquisme. De ce fait, les divisions surgies lors du conflit se sont maintenues tout au long de la dictature, puisque le gouvernement excluait de l’espace public ceux qu’il avait physiquement éliminés quelques années auparavant. 

Les rapports de l’Espagne démocratique avec son passé

Si l’on peut comprendre tout cette dynamique mise en place pendant le franquisme, étant donné qu’il s’agissait d’une dictature, il est légitime de se poser la question de comment a été gérée cette vision biaisée de l’Histoire lors de retour de la démocratie, après 1975. Si la mort de Franco marque la fin de la dictature, elle ne suppose en aucun cas un changement de cap radical en ce qui concerne la gestion de la mémoire de la Guerre Civile et de la dictature, ou du moins pas immédiatement. 

En effet, la loi d’Amnistie votée en 1977 permet à l’Espagne de revenir à une démocratie de façon pacifique, mais, comme son nom l’indique, elle met en place l’amnistie pour tous les actes commis avant la publication de cette loi. Autrement dit, elle empêche à ceux qui ont souffert de la répression pendant la dictature d’attaquer en justice leur bourreaux. Il s’agissait de ne pas rouvrir les blessures du passé, de peur que ne resurgisse une guerre. 

Le nouveau gouvernement démocratique, bien qu’il n’ait pas légitimé pas la dictature, imposa une forme de silence qui fit que la mémoire républicaine, la mémoire des vaincus, continuait d’être marginalisée, voire était absente à la fois des discours politiques officiels et de l’espace public. 

La revendication de la mémoire des victimes de la répression franquiste apparaît avec l’émergence du mouvement dit de “récupération de la mémoire historique”, qui se concrétise par la constitution de l’Association de la Récupération de la Mémoire Historique (ARMH) en décembre 2000, et dont les principaux objectifs sont d’exhumer des fosses communes et d’identifier les victimes de la dictature, pour permettre une meilleure connaissance de ce que fut la répression franquiste. 

Par ailleurs, il faut rappeler qu’une des réponses immédiates du gouvernement face aux demandes de ce mouvement a été de faire retirer de l’espace public tous les symboles franquistes, soulignant l’importance que joue cet espace dans la construction d’un récit mémoriel. 

Valence, une ville à part

Valence a joué un rôle singulier dans le conflit. En effet, pour fuir les troupes rebelles qui avançaient vers la capitale, le gouvernement officiel de l’époque, dirigé par Francisco Largo Caballero, partit s’installer à Valence. Elle a donc été capitale de la Seconde République durant onze mois, du 7 novembre 1936 au 31 octobre 1937, s’autodéclarant “capitale de l’antifascisme”. Cet épisode de l’histoire valencienne supposa une profonde transformation de la ville, afin d’accueillir les différentes institutions de la Seconde République. La gestion de l’espace public durant cet épisode tendait donc à représenter les valeurs idéologiques républicaines, à revendiquer l’identité républicaine de la ville.

La plaque qui mentionnait l’hommage “a los caídos por Dios y par España” a été recouverte d’une plaque vierge, rendant impossible l’identification de l’origine du monument. Photo: Chloë Bodji, 2020

Par ailleurs, elle devint dans le même temps l’ennemie principale des troupes rebelles, puisqu’elle représentait la principale opposition idéologique. C’est pourquoi lorsque la dictature s’est mise en place, la ville de Valence a doublement subi la répression : d’une part, parce que la répression de tous les comportements dérivants de l’idéologie franquiste -le “national-catholicisme“- était systémique, mais aussi parce qu’il y avait l’idée que la ville ayant été contaminée par le gène communiste, nécessitait une épuration d’autant plus musclée.

Ainsi, quand émerge au retour de la démocratie la vague de “récupération de la mémoire historique”, les revendications sociales se centrent sur la reconnaissance de la mémoire des réprimés, mais aussi, dans le cas de Valence, sur la revendication du passé républicain et de sa mémoire. Quant à la récupération de ce passé républicain, de nombreux éléments vont être mis en place afin de rendre compte de cet épisode historique et des traces qu’il a laissées, qu’elles soient matérielles ou identitaires: publications universitaires, création d’une délégation de la Mémoire Historique au sein de la députation valencienne, création d’une “route de la mémoire” rendant compte des lieux emblématiques de la période, etc.

Que questionne le mémoire de recherche ? 

Ce mémoire prétend par conséquent faire un parallèle entre ce qu’il reste des lieux de mémoire franquistes et les lieux de mémoire républicains créés après la dictature. Cependant,  au-delà du rapport qu’entretiennent l’Espagne et la ville de Valence avec leur passé, le sujet choisi invite son lecteur à se questionner lui-même sur les rapports qu’il entretient aussi bien avec son histoire personnelle, familiale, qu’avec l’histoire de son pays. Ce travail invite tout lecteur, quelles que soient ses connaissances sur la Guerre Civile espagnole, à s’interroger sur le rôle de la mémoire dans nos sociétés contemporaines, et les positions qui doivent être prises ou non à son propos, sur qui doivent être les acteurs de ce travail de mémoire: les pouvoirs publics? Les associations? Les universitaires? En résumé, ce qu’il faut retenir de ce mémoire, ce n’est pas seulement la comparaison de ce qu’il reste dans l’espace public des lieux de mémoire franquistes et républicains, mais quelle place nous accordons à la mémoire dans nos sociétés, à travers l’exemple de Valence.

Aller à la présentation du mémoire



Citer ce billet
Chloë Bodji (2021, 2 juillet). La présence du franquisme dans l’espace public espagnol: notes autour d’une recherche à Valence. Papel y Pantalla. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t3vr

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search