Mon stage à la Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH)

Vue d'ensemble du bâtiment de la MMSH
Le site de la MMSh au Jas-de-Bouffan à Aix. Photo: Wikimedia Commons

J’ai effectué mon stage à la phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH) d’Aix-en-Provence. La phonothèque a été intégrée à la MMSH lors de sa création en 1997. Elle est actuellement dirigée par Véronique Ginouvès. La phonothèque a pour but la collecte d’enregistrements du patrimoine sonore qui apportent des informations sur les champs ethnologiques, linguistiques, historiques, musicologiques ou littéraires, centrées sur l’aire méditerranéenne

Mon choix s’est orienté sur la phonothèque pour diverses raisons. En premier lieu, au niveau professionnel, le stage de cette première année de Master m’a offert l’opportunité de découvrir le monde de la recherche. En deuxième lieu, au niveau personnel, d’origine péruvienne et habitant dans le sud de la France depuis sept ans, j’ai eu envie de découvrir et d’enrichir mes connaissances sur la Méditerranée.

Mes missions

Mon stage a donné lieu à trois missions principales:

  • un travail de traduction (du français à l’espagnol et de l’espagnol au français) de ressources proposées sur le site de la phonothèque;
  • un travail d’analyse de fonds sonores destinés aux archives de la phonothèque;
  • et enfin l’analyse d’enquêtes de terrain (orales et écrites) de chercheurs liés à la MMSH, en vue de leur catalogage dans les archives de la phonothèque.
Image en gros plan d'un vieux magnétophone bobine à bobine.
Magnétophone bobine à bobine. Source: PublicDomainPictures.net

La traduction

Une de mes principales missions à la phonothèque a été de traduire des document, du français à l’espagnol comme de l’espagnol au français. J’ai dans ce cadre travaillé en binôme avec une collègue, comme moi stagiaire hispaniste à la phonothèque. Le premier document traduit était issu du Deuxième Congrès International d’Archives Numériques qui venait de se tenir à Morelia (Michoacán), au Mexique. Nous devions traduire de l’espagnol au français la présentation, l’objectif de la conférence ainsi que les thématiques abordées lors de la journée d’études. La conférence s’intitulait « Conectando los saberes de bibliotecas, archivos, museos y galerías para la preservación ».

Nous avons également dû traduire en français la présentation du congrès sur le site de la « Escuela Nacional de Estudios Superiores » (ENES) de Morelia. Notre traduction a été publiée sur les carnets de la phonothèque.

Image d'une loupe et d'un stylo posés sur un ouvrage ancien, à côté d'un globe terrestre.
Photo by João Silas on Unsplash

Nous avons enfin traduit du français à l’espagnol le billet « Numériser des archives audiovisuelles à la phonothèque de la MMSH » également disponible sur ces Carnets.

Ces exercices m’ont permis d’approfondir mes techniques de traduction en les appliquant à un univers scientifique et lexical concret. Il a aussi été l’occasion pour moi de découvrir les procédés de numérisation qui sont réalisés par l’équipe de la phonothèque.

L’analyse de fonds sonores

Dispositif de numérisation d'archives sonores: magnétophones à bobines, table de mixage, ordinateur.
Les archives sonores du département de musicologie de l’Université Saint-Esprit de Kaslik. Photo Bagolina, licence CC BY-NC 2.0, phonotheque.hypotheses.org/25326

La mission sur les analyses de fonds sonores m’a été confiée au vue de la journée d’atelier « Données citoyennes et petit patrimoine », organisée le 12 mars 2018, qui a eu lieu au Campus du CNRS Joseph Aiguier à Marseille.

L’objectif de ma mission était d’analyser onze enregistrements, préalablement choisis par ma tutrice, sur la base de données Ganoub. Puis, en m’appuyant sur la fiche de renseignements de chaque document audio, je devais trouver les moments où le témoin décrivait ce qui pouvait être considéré comme un « petit patrimoine ».

Ces enregistrements m’ont fait découvrir les métiers tradionnels exercés dans le sud de la France, tels que le métier de pêcheur à Martigues, à Cassis et à Marseille, ainsi que le métier de mineur, à travers les témoignages de travailleurs des mines de Gardanne. Les écoutes ont été longues mais j’en ai tiré profit dans la mesure où elles m’ont permis d’approfondir et d’élargir mes connaissances sur ce thème, et de me former à une technique d’analyse de documents que je n’avais guère pratiquée jusque là.

L’analyse d’enquêtes de terrain (orales et écrites)

Cette troisième mission m’a d’abord amené à travaillé sur les archives écrites de Michel Seurat, sociologue et chercheur au CNRS, issues de notes qu’il a prises lors d’enquêtes de terrain en Syrie et au Liban entre 1981 et 1985. J’ai dû les organiser et les classer selon différents critères établis avec ma tutrice.

J’ai par la suite pu travailler sur les archives orales de Pierre Laurence. Il faut préciser que ces archives sonores, qui se trouvaient sur la base de données de la phonothèque, avaient été en grande partie mélangées et supprimées. C’est pour cette raison que depuis quelques années la phonothèque est en train de restaurer les fonds sonores enregistrés par celui-ci. J’ai donc contribué à cette mission en analysant ces extraits audio en vue de leur catalogage sur la base de données Ganoub. Pour chaque extrait, j’ai rédigé un petit commentaire en expliquant brièvement les questions posées par Pierre Laurence, tout comme pour les réponses des informateurs. La plupart des témoignages reprennent les histoires de sorcellerie et des chants en patois qui décrivent leur tradition. 

Grace à ces deux enquêtes, j’ai acquis tout d’abord des connaissances sur les pays musulmans, notamment sur la Syrie et le Liban avec les archives de Michel Seurat. Avec celles de Pierre Laurence, j’ai découvert ensuite des éléments en lien avec les croyances et les histoires de sorcellerie. Lors de mon stage, les chants en patois m’ont le plus surpris, car j’ai trouvé ces derniers très originaux.

Bilan du stage

Au niveau professionnel, je considère que mon stage à la phonothèque de la MMSH a été très bénéfique car j’ai énormément appris sur le domaine des humanités numériques et sur l’analyse d’archives sonores. Cette découverte a été possible grâce aux tâches que j’ai menées telle que la mise en ligne d’enregistrements en format MP3 sur la base de données Ganoub. J’ai particulièrement apprécié le travail de recherches réalisé sur les archives sonores.

La journée atelier au CNRS, à laquelle j’ai participé en constituant un corpus d’extraits sonores, m’a beaucoup apporté au niveau professionnel, car le fruit mon travail a été diffusé au public pendant l’atelier. Cela a été une belle expérience, car j’ai pris part à un événement scientifique organisé par le CNRS.

De la même manière, ma traduction pour le « Deuxième Congrès International d’Archives Numériques », au Mexique a enrichi mon lexique de spécialité et m’a permis de connaître les activités mexicaines dans le domaine de la numérisation. 

Au niveau personnel, comme je l’ai affirmé précédemment, l’une des raisons qui m’a fait choisir la phonothèque pour accomplir mon stage était l’envie d’approfondir mes connaissances sur la France méditerranéenne. Les enregistrements réalisés par Pierre Laurence m’ont fait découvrir de nouvelles langues régionales telles que l’occitan et le provençal ainsi que les traditions et les danses typiques des villages méditerranéens français.

L’accueil qui m’a été réservé, lors de mon arrivée, a favorisé ma bonne intégration à l’équipe et le déroulement harmonieux de mon stage. Cette ambiance conviviale m’a permis de réaliser les tâches qui m’étaient assignées dans de bonnes conditions. Le suivi de ma tutrice tout au long de mon stage a été important car, il a été vecteur d’apprentissages de savoirs et de savoir-faire. Travailler avec Véronique Ginouvès a été une expérience enrichissante car elle m’a transmis son savoir sur le monde méditerranéen.

En conclusion, je ne peux que conseiller aux futurs étudiants du master de choisir de réaliser leur stage de M1 à la Phonothèque de la MMSH ! Et de façon générale, si vous aimez les archives sonores ou si vous êtes intéressés par le monde méditerranéen, je vous conseille vivement d’aller faire un tour à la Phonothèque.

Anthony Garro

Etudiant en Master 2 Etudes Hispaniques et Latino-américaines à Aix-Marseille Université

More Posts

Follow Me:
LinkedIn


1 réflexion sur « Mon stage à la Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH) »

  1. Véronique Ginouvès

    Merci Antoni d’avoir présenté votre travail à la phonothèque de la MMSH, c’était très intéressant de vous lire et de découvrir la façon dont vous avez appréhendé la question du traitement des données de terrain. Bon courage et bon travail pour la suite !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.